Les Lakers se relancent au Staples Center en dominant les Spurs

Au Staples Center, s'il y a eu match entre les Lakers et les Spurs, ça n'a pas duré plus d'un quart-temps. Malgré un DeMar DeRozan des grands soirs (28 points, 9 rebonds, 7 passes), les Texans n'ont plus existé au-delà des douze premières minutes. Mais c'est surtout dans le dernier quart-temps que la domination des Californiens a été la plus intense, un moment où LeBron James a fait parler la poudre avec 19 de ses 36 points inscrits et surtout une série de cinq tirs à trois points réussis d'affilée dans ces douze minutes à haute intensité. Mais James n'a pas été seul à l'occasion de cette large victoire avec Anthony Davis (18 points) et JaVale McGee (14 points) qui ont confirmé la confiance mise en eux par Frank Vogel. Kyle Kuzma (18 points, 12 rebonds) est sorti du banc avec succès. Face à une telle force de frappe, les Spurs se sont lourdement inclinés (129-102), leur deuxième revers de suite concédé à Los Angeles après celui face aux Clippers ce lundi. Un succès qui permet aux Lakers de rester solidement en tête de la Conférence Ouest devant l'autre équipe de Los Angeles. 

La rencontre débute sur un festival de tirs ratés de chaque côté. Après cinq minutes, le score en témoigne (6-6). Les Spurs ne trouvent la solution qu’à 3-points tandis que les Lakers ne marquent que dans la peinture. Très vite, les bancs s’ouvrent et l’adresse revient quelque peu. Mais le rythme reste toujours aussi décousu. Los Angeles piétine offensivement et enchaîne les pertes de balle, mais San Antonio n’en profite pas pour autant. Au final, ce sont les Californiens qui virent en tête (21-19) après douze minutes sans saveur.

Dans le deuxième quart temps, les Lakers défendent fort et forcent les Spurs à rater 11 tirs d’affilée. Le premier écart se crée (28-20). Le temps-mort de Gregg Popovich remet son équipe sur les rails mais San Antonio ne défend pas sa raquette et se laisse distancer une fois de plus. DeMar DeRozan (12 points à la mi-temps) tente bien de combler l’écart, mais il est trop esseulé. Sans briller, Los Angeles mène de dix points à la pause (51-41).

L’adresse est enfin au rendez-vous au retour des vestiaires, notamment du côté des Lakers qui font grimper leur avantage (61-47). LeBron James et Anthony Davis se sont mis en route et ça se ressent. Et en plus, JaVale McGee connaît un temps fort : 10 points pour le pivot dans le quart-temps. L’écart touche la vingtaine de points (78-59) et les Spurs se frustrent, à l’image de DeMar DeRozan qui prend une technique.

Mais elle a le mérite de réveiller ses troupes puisque San Antonio inflige ensuite un 10-1 aux Angelenos. Finalement, les Spurs ne se retrouvent menés « que » de treize points à la fin du troisième quart-temps (87-74). Et ils peuvent remercier DeMar DeRozan, auteur de 14 unités dans la période.

Dans le dernier acte, le match s’anime enfin. Les Lakers prennent feu et inscrivent 7 tirs à 3-points (dont 4 pour le seul LeBron James) en quatre minutes. Forcément, ils s’envolent au score et obligent les Spurs à prendre un temps-mort (108-87). Et tout le banc de L.A. vient congratuler LeBron James sur le parquet. 

Finalement, ce coup de chaud sera fatal aux Texans qui ne reviendront jamais. À cinq minutes de la fin, Gregg Popovich agite le drapeau blanc et ouvre son banc. Les Spurs auront été écrasés au rebond (58-28) et n’auront jamais vu le jour en deuxième mi-temps (78-61).

Au niveau des statistiques, LeBron James finit en 36-7-9. À ses côtés, Anthony Davis ajoute 18 points tandis que Kyle Kuzma et Dwight Howard terminent en double-double en sortant du banc. En face, DeMar DeRozan compile 29 points et 9 rebonds mais aura manqué de soutien. Défaits à deux reprises à Los Angeles, les Spurs débutent mal leur « rodeo trip ». Quant aux Lakers, ils « sweepent » pour la première fois de leur histoire San Antonio en saison régulière (3-0). Et s’imposent pour la première fois au Staples Center depuis le décès de Kobe Bryant.

Retour à l'accueil