Boston sgine une victoire autoritaire face aux Sixers

Après trois défaites cette saison contre Philadelphie, les Celtics ont brisé la série face aux 76ers d'un Joel Embiid totalement en travers.

Sans Kemba Walker, les Celtics encaissent le premier panier du match, et il est collector. Il est signé Joel Embiid, et ce sera son seul du match ! Le pivot camerounais a vécu une soirée cauchemar avec un affreux 1 sur 11 aux tirs et seulement 5 rebonds. Sa relation avec Al Horford est clairement problématique, et le pivot All-Star a perdu beaucoup de ballons. Comme celui-ci qui permet aux Celtics de lancer un 7-0 avec Jaylen Brown qui nous fait du Carmelo Anthony à mi-distance.

Jayson Tatum posterize Al Horford
Les Celtics ont pris les commandes (7-4), et ils enfoncent le clou avec un 10-0, dont 9 points de Jayson Tatum. L’ailier All-Star, en dribbles, perfore la défense de Philly, et il s’en va même exploser un dunk sur son ancien coéquipier Al Horford. La salle est déjà debout, et Boston s’échappe (19-8). Comme souvent cette saison, Ben Simmons surnage mais il est bien seul, et Marcus Smart enfonce le clou, épaulé de Semi Ojeleye au dunk (28-16). Le symbole de ce premier quart-temps, cette nouvelle balle perdue d’Embiid que Brad Wanamaker convertit en dunk : 39-28 pour les Celtics.

C’est Tobias Harris qui essaie de réveiller ses coéquipiers mais Philly n’est clairement pas dans son assiette. Cette équipe est difficile à cerner cette saison, et c’est encore Wanamaker, sur un un tir primé, qui maintient l’écart (46-30). Il n’y a aucun sentiment de révolte côté Sixers alors que les Celtics jouent avec envie et altruisme. Les deux équipes sont fâchées avec leur tir extérieur, mais Tatum parvient à trouver la mire pour laisser Philly à distance (50-34). En face, c’est encore et toujours Ben Simmons qui fait son maximum. Il prend carrément le match à son compte par sa vitesse pour limiter les dégâts à la pause (59-51).

« We Want Tacko, We Want Tacko »
Verra-t-on un autre visage de Philly au retour des vestiaires ? La réponse est vite donnée puisque les Sixers n’inscrivent pas le moindre panier pendant cinq minutes ! Boston en profite pour signer un 12-1 avec un super Jaylen Brown. On ne sait pas s’il veut envoyer un message mais on l’a rarement vu aussi serein sur le jeu en isolation avec des moves dignes d’un Devin Booker : changements de rythme, travail des appuis, dunk…

La défense des Sixers est sur les talons, et les Celtics s’échappent (79-57). La fin de quart-temps se transforme en duel entre Ben Simmons et Jaylen Brown. Le Celtic va chercher le « and-one » sur un dunk énorme, et Boston attaque le dernier quart-temps avec une confortable avance (86-67).

Ce dernier quart-temps confirme le talent offensif de Shake Milton, et le seul intérêt de la période, c’est l’entrée en jeu de Tacko Fall. Comme toujours, c’est du grand délire dans la salle et le pivot sénégalais remercie cet accueil royal d’un joli hook après un bon travail d’appuis. Les Celtics s’imposent au final 116-95. Sans Kemba Walker faut-il le rappeler, ni Enes Kanter.

Retour Ă  l'accueil