Milwaukee déroule face à San Antonio

Le non match des Clippers contre Memphis (114-140) et la défaillance de Dallas face à Charlotte (120-123) ont contrasté avec le sérieux et la solidité de Milwaukee devant San Antonio (127-118). Victorieux avec Atlanta contre Indiana (116-111), Vince Carter est entré dans l'histoire par sa longévité.

Sans âme, sans idée et encore moins de cohésion, les Clippers ont joué leur pire match de la saison, pour le bonheur du mal classé Memphis qui aura eu le mérite de ne pas venir au Staples Center battu d'avance. Les Grizzlies n'en sont cependant pas revenus, en constatant la largesse au score final en leur faveur (114-140).

Los Angeles était certes démuni offensivement par les absences de Paul George (adducteur) et Patrick Beverley (poignet), mais c'est surtout l'attitude générale, aux antipodes de leur habituelle combativité, qui a fâché leur entraîneur.

"On n'a pas joué ensemble, on n'a pas attaqué ensemble... Je crois qu'on est venu en pensant qu'on gagnerait naturellement ce match, mais on s'est fait botter les fesses et on l'a mérité", a pointé Doc Rivers, passablement énervé après l'humiliation subie.

Une attitude qui fait tache pour un prétendant au titre, où seul l'indéfectible 6e homme, Montrezl Harrell (28 pts, 9 rbds) a surnagé. Kawhi Leonard a lui été maladroit à 8/24 aux tirs (24 pts, 8 rbds) et même récolté la deuxième faute technique de sa carrière pour contestation. Les Clippers glissent à la 4e place à l'Ouest, les Grizzlies, portés par une grosse performance de l'arrière Jae Crowder (27 pts, 8 rbds, 7 passes, 3 contres, 3 interceptions), sont 11e.

Milwaukee tient son rang, Doncic triple-double perdant
Les Bucks ont engrangé une cinquième victoire consécutive aux dépens San Antonio (127-118), pour conforter leur meilleur bilan de la Ligue (32 succès, 5 défaites) et logiquement la tête du classement à l'Est devant Boston, vainqueur à Chicago (111-104). Comme d'habitude, le MVP en titre Giannis Antetokounmpo a fini meilleur marqueur de son équipe (32 pts, 8 rbds), mais l'autre artisan du succès de Milwaukee est le pivot Brook Lopez, particulièrement dissuasif avec ses 7 contres, dont deux infligés sur une même action à DeMar DeRozan qui n'a pas démérité (26 pts) chez des Spurs désormais 9e à l'Ouest.

Avec Luka Doncic auteur de son 10e triple-double (39 pts, 12 rbds, 10 passes) de la saison, Dallas s'acheminait sur une victoire en force en comptant 12 points d'avance au 4e quart-temps après avoir remonté un déficit de 20. Jusqu'à ce que sa défense laisse Charlotte recoller au score puis ensuite arracher la victoire en prolongation (123-120).

Terry Rozier (29 pts) a inscrit un panier à longue distance qui a donné trois points d'avance aux Hornets, conservés ensuite aux lancers francs, pendant que Doncic manquait deux tentatives et perdait son cinquième ballon du match. Sans Kristaps Porzingis (genou) et Tim Hardaway Jr (cuisse), le prodige slovène ne peut pas faire (encore) de miracles tout seul et Dallas cède la 5e place à Utah, vainqueur à Orlando (109-96) grâce notamment à 32 points de Donovan Mitchell.

Carter s'offre un nouveau record 
En prenant part à la victoire d'Atlanta contre Indiana (116-111), Vince Carter (3 pts en 18 min) est devenu le premier joueur de l'histoire de la NBA à avoir joué sur quatre décennies. Un rendez-vous qu'il s'était fixé en décidant cet été de disputer sa 22e et dernière saison dans la Ligue.

Qui d'autre peut se targuer d'avoir évolué en NBA en même temps que Hakeem Olajuwon, Charles Barkley et Patrick Ewing dès son année de draft en 1998, Michael Jordan, Shaquille O'Neal, Tim Duncan, Kobe Bryant dans les années 2000, LeBron James, Kevin Durant, Stephen Curry dans les années 2010, Giannis Antetokounmpo et Luka Doncic en 2020 ? Personne.

Retour à l'accueil