Les Grizzlies s'imposent au Madison Square Garden

Dans une partie marquée par une fin de match très houleuse, les Grizzlies ont facilement gagné à New York (106-127) et affichent désormais un bilan à l'équilibre (24v - 24d).

Les deux formations mettent de l’intensité en défense, et les intérieurs montrent les muscles. Julius Randle se chauffe avec Jonas Valanciunas qui lui répond du tac au tac par deux hooks successifs. Les duels de col bleus se succèdent, et Marcus Morris essaye de limiter l’impact de Jae Crowder, qui sourit au public du Garden qui venait de le chambrer (11-7).

Dillon Brooks commence à se chauffer le poignet. Le Canadien est inspiré, et fait ficelle à quasiment chacun des tirs ouverts qui lui sont laissés. Mais les Knicks ont du répondant, et ils tiennent le coup avec Mitchell Robinson qui détourne quelques tirs, et une défense qui montre un peu plus d’envie que d’habitude. Après douze minutes, les deux équipes sont dos à dos (32-32).

La facilité de Dillon Brooks
À Memphis, un Canadien peut en cacher un autre ! Après les bons passages de Brooks, c’est au tour de Brandon Clarke de se mettre en valeur. L’athlétique intérieur sorti de Gonzaga exploite toutes les petites failles de la défense locale, et il se régale poste bas, et à mi-distance. Morant joue juste, et Kyle Anderson fait briller sa lecture de jeu pour aider les Grizzlies à prendre un peu plus d’avance (43-36).

Dillon Brooks retrouve le parquet et il refait sa spéciale. Chaud comme la braise, l’ancien d’Oregon calme les ardeurs des fans locaux (19 points à la pause), qui avaient repris un peu de voix après quelques belles séquences de Bullock en défense. Le collectif des hommes du Tennessee est bien en place, et Morant montre une fois de plus pourquoi il est l’immense favori pour le trophée de Rookie Of The Year. Le meneur bondissant est appliqué, et il se comporte déjà quasiment comme le patron. Memphis n’arrive pas à creuser un écart plus conséquent, mais garde la main sur les débats à la pause (59-52).

Ja Morant impose son tempo
Les Grizzlies ne veulent pas tergiverser, et passent la vitesse supérieure en cette entame de seconde période. Jae Crowder profite des tirs ouverts qu’on lui laisse pour punir de loin. Le fils de l’ancien palois Corey Crowder se fait plaisir, et seul Julius Randle a du répondant côté Bockers. Coach Miller est dans le rouge, et son équipe commence de plus en plus à lâcher prise (77-59). Memphis n’en demande pas plus, et croque ses adversaires. Brooks, Crowder et Morant lâchent les chevaux et jouent sur un rythme d’une intensité rare en saison régulière. Les Knicks ne savent plus quoi faire, et coach Miller a beau tenter plusieurs changements, le bateau new-yorkais prend l’eau de toutes parts. Randle et Smith Jr marquent de loin durant un temps faible adverse, mais la dynamique est clairement côté Memphis dans cette période (96-84).

Mike Miller tente le tout pour le tout en envoyant sur le parquet tous ses shooteurs, dont le vétéran Wayne Ellington. Mais Marko Guduric aime ce genre de défi, et il plante de loin. Ja Morant poursuit sa prestation de haut niveau, et son équipe suit les pas de sa jeune star (108-91). En face, Marcus Morris n’hésite pas à prendre les ticket shoots, en voyant ses coéquipiers s’effacer.

Mais les Grizzlies dominent tranquillement, et alors que le match se dirige tranquillement dans son ultime minute, Morris décide de bousculer violemment Crowder sur la ligne à 3-points. C’est l’accrochage, un début de mêlée… Les deux sont expulsés, les techniques volent… Finalement, les esprits se calment, et Memphis s’impose (127-106) pour une 18e victoire sur ses 26 derniers matches, et les voilà enfin à l’équilibre : 24 victoires, 24 défaites.

Retour à l'accueil