Une minute de silence a été respectée avant les quatre matches de la soirée, en hommage à l'ancien dirigeant décédé mercredi à 77 ans, qui entre 1984 et 2014 a transformé la NBA en marque mondiale.

Une minute de silence a été respectée avant les quatre matches de la soirée, en hommage à l'ancien dirigeant décédé mercredi à 77 ans, qui entre 1984 et 2014 a transformé la NBA en marque mondiale.

Privée de Karl-Anthony Towns et Andrew Wiggins, la jeune équipe de Minnesota a bien défendu ses chances contre Milwaukee, la formation qui caracole en tête de la NBA. Mais les Bucks ont fini par l’emporter (106-104) sous l’impulsion de Giannis Antetokounmpo. Le MVP a cumulé 32 points, 17 rebonds et 4 passes décisives. Un 15-6 passé par la franchise du Wisconsin au retour des vestiaires, alors qu’elle ne comptait qu’un seul point d’avance, a fait passer l’écart à 77-71 en faveur du Grec et de ses coéquipiers. Les Wolves se sont rapprochés jusqu’à 2 points mais sans parvenir à arracher la prolongation.

Les Bucks ont lutté jusqu'au bout pour dominer (106-104) des Minnesota Timberwolves coriaces, tandis que les Lakers ont assommé Phoenix d'entrée (43-17 au premier quart-temps puis 74-41 à la pause) avant de gérer difficilement leur avance pour remporter un 3e succès de rang (117-107) depuis leur défaite dans le derby de Los Angeles face aux Clippers la semaine dernière.

Milwaukee peut remercier son géant grec Giannis Antetokounmpo: le meilleur joueur de la dernière saison régulière (MVP) a marqué 32 points et pris 17 rebonds face aux Timberwolves. C'est déjà son 30e "double-double" en 33 matches cette saison!

Sa performance a permis de compenser le manque d'efficacité de son équipe, en particulier à trois points (9 sur 36).

Avec 31 victoires pour cinq défaites, Milwaukee présente le meilleur bilan de son histoire à ce stade de la saison, effaçant le record de ses glorieux prédécesseurs de la saison 1971-1972 (30 victoires, 6 défaites) emmenés par un certain Kareem Abdul-Jabbar.

Retour à l'accueil