Dans un entretien accordé à Sportando, l'entraîneur du Fenerbahçe Zeljko Obradovic juge qu'aucun coach européen n'officie actuellement en NBA car la ligue nord-américaine est « une mafia »

Dans un entretien accordé à Sportando, l'entraîneur du Fenerbahçe Zeljko Obradovic juge qu'aucun coach européen n'officie actuellement en NBA car la ligue nord-américaine est « une mafia »

Dans un entretien accordé à Sportando, l'entraîneur du Fener juge qu'aucun coach européen n'officie actuellement en NBA car la ligue nord-américaine est « une mafia ».

Zeljko Obradovic n'est pas un grand adepte de la langue de bois. L'entraîneur serbe du Fenerbahçe Istanbul, qui a gagné l'Euroligue à neuf reprises avec cinq clubs différents, a comparé la NBA à une « une mafia », dans un entretien réalisé par le site Sportando.

«Aucun entraîneur européen ne s’est encore formé en NBA. Parce que?  Parce que c’est une mafia, ils ne laissent pas les entraîneurs européens travailler. Personne ne veut en parler, mais je peux le dire parce que ça ne m’intéresse pas », lâche t-il, ajoutant: « J’ai beaucoup d’amis qui entraînent en NBA, nous sommes ensemble pendant les étés, ils sont venus à ma formation, je suis en contact avec eux mais sans aucun doute, en Europe, il existe de nombreux entraîneurs du même niveau que ceux de la NBA. C’est comme ça.”

Ses propos portent quand on sait que Obradovic a gagné neuf Euroleague avec cinq équipes différentes (Partizan 1992, Joventut Badalone 1994, Real Madrid 1995, Panathinaikos 2000, 2002, 2007, 2009 et 2011, et Fenerbahçe 2017).

Les seuls coaches européens à avoir eu droit de cité en NBA avaient également soit la nationalité américaine (Mike D’Antoni et David Blatt) alors que le Serbe Igor Kokoskov a passé vingt ans aux Etats-Unis avant d’avoir un poste dans la ligue US.

Le coach serbe n’a fait que dire tout haut ce que pensent ses collègues européens.

Si la saison NBA 2019-2020 s'est ouverte avec 108 joueurs internationaux (comprenez non-Américains), aucun coach actuellement en poste n'est issu du Vieux Continent. L'an passé, Igor Kokoskov était devenu le premier entraîneur né en Europe à devenir head coach, mais les Phoenix Suns l'ont viré au bout d'un an. « Et il a coaché aux États-Unis pendant vingt ans avant de pouvoir entraîner une équipe NBA », précise Obradovic, pour qui les techniciens européens ne sont pas assez pris en considération de l'autre côté de l'Atlantique.

Retour à l'accueil