Le meneur Centrafricain de première année est loin de ses brillantes années avec la NBA Africa Academy de Saly

Le meneur Centrafricain de première année est loin de ses brillantes années avec la NBA Africa Academy de Saly

Depuis son arrivée chez les Lobos du Nouveau-Mexique il y a environ deux mois en Division I de la NCAA, Kurt Wegscheider n'a pas bénéficié du temps de jeu qu'il espérait avoir, et pire encore, le meneur Centrafricain est souvent laissé sur le banc en tenue sur décision du coach Paul Weir.

Kurt Wegscheider vit un début de saison particulièrement difficile depuis son arrivée en Division I de la NCAA et c'est le moins que l'on puisse dire. Pour sa première année universitaire, le meneur freshmann, très attendu par les fans centrafricains est encore très loin de son rêve d'accéder à la NBA. 

Formé à bangui en République Centrafricaine et passé par la NBA Africa Academy de Saly au Sénégal, Wegscheider a disputé seulement trois des dix matchs du Nouveau-Mexique cette saison. Si les Lobos restent sur un très bon bilan de 8-2 avec des victoires obtenues contre des équipes non classées, Wegscheider lui, passe la plupart de son temps sur le banc, en jouant seulement 9 minutes au total sur les dix matchs pour une moyenne de 3 points, 0 rebond et 0,3 passe décisive. Il a joué respectivement 3, 2 et 4 minutes lors de ces trois matchs pour un total de neuf points et une passe décisive. 

Difficile d'entrevoir un meilleur avenir avec un temps de jeu aussi minime surtout pour un jeune qui aspire à être drafté en NBA et dont on a beaucoup parlé durant ses années passées à l'académie de la NBA en Afrique. Si l'on doit se fier au fait qu'aucun jeune sorti de l'académie NBA de Saly depuis son ouverture ne s'est encore imposé en Division I de la NCAA, à l'image de l'intérieur congolais de deuxième année Patrick Mwamba qui traverse la même situation à Arlington Texas, l'avenir de Wegscheider à New Mexico ne promet rien de bon, en tout cas si rien ne change d'ici là. 

NCAA : Kurt Wegscheider doit-il demander à être transféré ?

Tous les jeunes africains qui s'imposent généralement en Division I de la NCAA ont tous un point en commun : ils ont fait leur école d'apprentissage aux États-Unis, notamment au High School (Lycée). Ce qui leur offre sans doute une meilleure formation et une chance d'affronter les meilleurs prospects de leur génération avant d'entamer une carrière universitaire. Cela facilite également l'adaptation au basketball américain dont le niveau de concurrence est très élevé, ce qui pousse ces jeunes à avoir un éthique de travail hors du commun pour se faire une place.

Ce qui est le plus inquiétant dans le cas de Wegscheider aujourd'hui est son temps de jeu, car aucun joueur présent à la Draft NBA n'a été aussi laissé sur le banc à ses débuts en NCAA. Le temps de jeu est un facteur très important pour un joueur qui rêve de la NBA, la ligue la plus exigente de la planète. Être un freshman, autrement dit un étudiant de première année en NCAA ne signifie pas forcément que vous êtes condamné à rester sur le banc car cela envoie un signal négatif quant au réel potentiel du joueur. 

Jusque là hors des radars de ESPN et des scoots NBA, Wegscheider devra sérieusement travailler pour élever son niveau afin de convaincre le coaching staff des Lobos du Nouveau-Mexique qu'il a le package nécessaire pour aller loin. En tout cas, c'est tout ce que l'on peut lui souhaiter aujourd'hui. 

Doit-il demander à être transféré ? Le natif de bangui avait obtenu une bourse de quatre ans pour l'université du Nouveau-Mexique. Si il ne parvient pas à s'imposer dans le groupe des Lobos, l'école peut toute fois décider de le transférer dans un autre programme universitaire de Division I ou II selon l'équipe intéressée. Une chose est sûre, le meneur freshman a tout intérêt à aller là où il peut jouer si le Nouveau-Mexique ne lui garantit pas un rôle important dans l'équipe d'ici la fin de la saison.

Affaire à suivre...

Retour à l'accueil