NCAA : Gros plan sur Daniel Oturu, le nigérian qui a fait tomber l'Ohio State

Depuis le début de la saison, l'Ohio State fait très souvent la une de nombreux médias américains en raison de sa longue série d'invincibilité de neuf victoires en autant de matchs, ce qui lui a permis d'être n°3 au sondage AP. Mais alors que de nombreux observateurs voyaient déjà l'Ohio State comme un potentiel n°1 pour le sondage de ce lundi, l'inattendu s'est produit dimanche soir, avec une surprenante défaite face au Minnesota qui restait pourtant sur un bilan négatif de 4-5. La faute à un excellent Daniel Oturu, auteur de 14 points à 6/12 aux tirs, 13 rebonds et 2 blocs en 38 minutes. Le pivot sophomore nigérian a mené les Golden Gophers à une victoire autoritaire de 84 à 71. C'est la toute première défaite de l'Ohio State (9-1) cette saison après dix matchs. Cette défaite prive donc les Buckeyes de la première place du sondage AP de la semaine, car les Jayhawks du Kansas seront très probablement n°1 à la place de Louisville qui a chuté face au Texas Tech il y a quelques jours au Madison Square Garden de New York. 

En dix matchs disputés cette saison, Daniel Oturu tourne avec une moyenne en double-double de 17,6 points à 63.4% de réussite aux tirs, 11.2 rebonds, 1.1 passe décisive et 3.4 blocs en 31.4 minutes. 

NCAA : Gros plan sur Daniel Oturu, le nigérian qui a fait tomber l'Ohio State

Les clameurs de l'intérieur de l'église de la Montagne de Feu et des Miracles peuvent être entendues bien en dehors des murs ce dimanche d'automne à St. Paul.

Alors que la voix du pasteur hurle dans le microphone, le plus grand membre de la congrégation se balance d'avant en arrière au milieu d'un banc violet.

Il y a des cris. Ça tremble. Il y a des chants tout autour.

Le pivot des Gophers Daniel Oturu ferme les yeux, pompe les poings et se tape la poitrine en réponse au sermon du matin.

«Oh, mon Dieu, lève-toi et aide-moi à avoir un impact positif sur ma génération», répète-t-il.

Les Gophers peuvent-ils briser le cycle et faire un autre tournoi NCAA?
C'est un élément essentiel de la culture nigériane, un jeune homme engagé à ouvrir la voie aux autres derrière lui. C’est le rôle d’Oturu maintenant. Donnez l'exemple et guider.

Il embrasse ce rôle à la maison et pour l'équipe de basket-ball des Gophers du Minnesota, qui vienne de briser la longue série d'invincibilité de l'Ohio State(9-1). Oturu a aidé le Minnesota à atteindre le tournoi de la NCAA en tant qu'étudiant de première année (Freshma), et il a ajouté du muscle l'été dernier, déterminé à réaliser une deuxième saison mémorable. En tant que Freshman, Daniel Oturu tournait avec une moyenne de 10.8 points à 61.5% de réussite aux tirs, 7 rebonds et 1.3 blocs en 23.8 minutes par match.

Élevé dans une famille qui a passé des années à part et a traversé un océan avant d'arriver dans le Minnesota. Pour Oturu c'est "l'œuvre de Dieu" qui a fait qu'il est ici en ce moment, un talent cultivé au Minnesota qui joue pour la ville des Gophers.

Son père, Francis, qui mesure seulement 1.65 m mais qui a si bien appris à jouer au ping-pong se balançait à côté de lui sur le banc, a ouvert la voie à la migration de la famille du Nigéria.

À côté d’eux, la mère d’Oturu, Deborah, qui mesure 1.85 m n’a jamais joué au basket-ball, a acheté son premier ballon rond surdimensionné à son fils et l’a encouragé à faire un essai.

Daniel Oturu en discussion avec sa maman Deborah après l'église Mountain of Fire and Miracles.

Daniel Oturu en discussion avec sa maman Deborah après l'église Mountain of Fire and Miracles.

Deborah rit maintenant d'être si nerveuse qu'elle a quitté son siège du Target Center et s'est dirigée vers le hall avant le dunk au buzzer de son fils qui a remporté Cretin-Derham Hall qui est le championnat d'État de classe 4A 2018. «C'était un match que nous ne pouvons jamais oublier», a-t-elle déclaré.

Après ce buzzer beater, Oturu avait signé avec les Gophers, malgré la réception d'une offre de bourse du Kansas et l'intérêt du Michigan State. Ces programmes ne pouvaient pas offrir ce que le Minnesota pouvait offrir - la possibilité de rester à la maison avec ses parents et ses trois frères et sœurs.

Maintenant, avec Amir Coffey et Jordan Murphy chez les pros, Oturu est devenu le point focal offensif et défensif, le visage du programme.

"Il est humble; il aime s'amuser », a déclaré l'entraîneur Richard Pitino. «Il est très fier de l'État et très fier du nom sur le devant du maillot. Il veut gagner et a un grand cœur. »

Ce cœur a fini par apprécier tous les sacrifices consentis par ses parents en cours de route, à commencer par la décision de Francis de quitter le Nigéria. Il est parti de la nation ouest-africaine densément peuplée à la recherche de meilleures opportunités pour sa famille, même si cela signifiait des années d'écart alors qu'il travaillait à établir un foyer pour eux.

Oturu est né à Brooklyn, New York, où ses parents ont été réunis. Peu de temps après, la famille a déménagé au Minnesota et a vécu ici pendant près de deux décennies, tout en établissant la congrégation Mountain of Fire.

"Grandir en tant qu'Oturu est définitivement [spécial]", a déclaré Oturu. «Mes parents travaillent dur. Ils font beaucoup pour subvenir aux besoins de ma famille et de mes frères et sœurs. Ils ont fait beaucoup pour vraiment m'aider à arriver là où je suis. "

Le pouvoir du pingpong

Pensez à la distance entre le Minnesota et Chicago. C’est à quelle distance les parents d’Oturu ont grandi au Nigéria.

Francis est originaire de Fadeyi, une banlieue de Lagos, qui est une ville d'environ 21 millions d'habitants le long de la côte atlantique. Sa mère est originaire d'Ife, une ancienne ville intérieure d'environ 750 000 habitants dans l'ouest du Nigéria.

Les parents d'Oturu se sont rencontrés lors du voyage de son père à l'université locale d'Ife, où son frère était étudiant. Aîné de 16 enfants, Francis se souvient que son père était un homme strict qui insistait sur l'éducation et gardait ses enfants à l'abri des ennuis dans les rues de Lagos - où certains de leurs pairs étaient exposés à des gangs, à la drogue et à l'alcool.

"Il n'a jamais voulu que nous grandissions et fassions quelque chose qui pourrait ruiner notre vie", a déclaré Francis.

Francis a utilisé cette éducation disciplinée pour concentrer son énergie à frapper une minuscule balle blanche. Il est devenu une star du tennis de table, parcourant le monde en jouant pour l'équipe nationale nigériane.

Francis Oturu a joué au tennis de table, ce qui l'a amené en Amérique pour la première fois.
En 1983, il a aidé l'équipe à remporter le titre de l'US Open. C'était 16 ans avant la naissance d'Oturu, mais le fils a vu des photos de son père avec la légende nigériane Atanda Musa, médaillée d'argent au tennis de table aux Jeux olympiques de Séoul en 1988.

"Pingpong a donné à mon père l'occasion de venir ici", a déclaré Oturu. «J'ai toujours entendu ces histoires, avant même que je joue au basket, à propos de sa victoire sur l'adversité dans [son sport].»

NCAA : Gros plan sur Daniel Oturu, le nigérian qui a fait tomber l'Ohio State

Après son mariage, Francis a eu une vie confortable au Nigeria dans la même maison où il a grandi. Pourtant, son passeport a continué à collecter des timbres de Visa lors de voyages aux États-Unis pour jouer au ping-pong. Chaque visite lui donnait envie de rester plus longtemps.

Peu de temps après la naissance du premier enfant des Oturus, Eunice, en 1990, Francis a quitté Lagos pour jouer dans son dernier tournoi de ping-pong, au Cobo Hall de Détroit. Il a pris la décision difficile de ne pas retourner au Nigéria pendant 11 ans, dont sept ans loin de sa femme et de sa jeune fille, tout en empruntant un chemin difficile pour établir la citoyenneté américaine.

Après des journées inlassables à travailler comme recruteur pour une entreprise de sécurité à New York, Francis passait des nuits à téléphoner à la maison pour s'assurer qu'Eunice n'oublie pas la voix de son père.

Ils l'ont finalement rejoint en 1997 et Akinfayoshe Daniel Oturu est né deux ans plus tard. Deborah voulait un nom biblique fort, alors elle a choisi Daniel pour son deuxième prénom. Francis a aimé le nom Akin, qui signifie héros. Il a ajouté «fayoshe», ce qui signifie vivre avec joie et bonheur à Yoruba. «Je disais à ma femme qu'à chaque fois que Dieu me donnerait un garçon », a-t-il dit, «j'allais lui donner ce nom.»

Famille d'église

Le drapeau nigérian vert et blanc drape l'entrée du mur de Mountain of Fire. L'héritage africain de la congrégation est également représenté par leurs coiffes, écharpes et chemisiers colorés.

Oturu porte un polo des Gophers marron et noir, mais il se souvient de s'habiller et d'aller à l'église tous les dimanches dans sa jeunesse. Il connaissait la Bible dans son intégralité et enseignait l'école du dimanche.

«Mes parents sont très religieux. Ce sont des gens qui prient beaucoup », a déclaré Oturu. «Ils m'ont toujours inculqué, ainsi qu'à mes frères et sœurs, des enseignements et des leçons de vie pour nous aider à mesure que nous grandissons.»

Jouer pour l'université de la ville où il a  grandi, fait de Daniel Oturu un modèle pour les enfants de l'église Mountain of Fire and Miracles à St. Paul.

NCAA : Gros plan sur Daniel Oturu, le nigérian qui a fait tomber l'Ohio State

Après un service d'automne, Oturu suit sa famille dans un couloir derrière l'autel. Eunice et son mari demandent au pasteur de bénir leur premier enfant qui naîtra bientôt. La famille Oturu pose alors pour une photo de famille.

Lorsqu'une meilleure opportunité d'emploi est apparue au Minnesota, Francis les a quittés pour deux ans et a cherché un endroit où toute la famille pourrait s'installer.

Daniel avait 3 ans et Eunice avait 12 ans lorsqu'ils sont arrivés avec leur mère de New York en 2002. Un an plus tard, Francis et Deborah ont suivi les enseignements de l'église Mountain of Fire à laquelle ils ont assisté à Lagos et à New York et ont commencé un chapitre local dans le Twin Villes.

"Je suis reconnaissant à Dieu de ma situation actuelle", a déclaré le père d'Oturu. «C'est bien mieux que là où j'étais avant. Quand vous avez votre famille autour de vous, vous avez tout. »

Francis est aussi fier de l'église et de son club de tennis de table de St. Paul que d'être conseiller pendant 20 ans à Fraser, une entreprise offrant des soins de santé mentale à la petite enfance. Deborah aime remplir le ventre de ses enfants avec des plats traditionnels nigérians et travaille dans des maisons de retraite depuis près de 15 ans.

En plus de travailler pour subvenir aux besoins de leurs quatre enfants, les deux parents sont devenus ministres ordonnés, déterminés à fonder leur famille dans la foi chrétienne et à faire grandir l'église. La première succursale Twin Cities de Mountain of Fire a ouvert ses portes en 2003. Ce qui était au départ 20 membres est maintenant plus de 200 d'une dénomination pentecôtiste fondée à Lagos en 1989.

"Il y a beaucoup de bonne humeur, de chants et de chants", a déclaré Oturu. "C'est rapide."

Grand frère

Ayant grandi à Woodbury, Oturu faisait du vélo avec son équipe pour jouer au ballon dans les arrière-cours et les allées. La nuit, il rentrait à la maison et se battait contre des cartes et des jeux vidéo.

Déjà aussi grand que sa mère (1.85 m) en sixième année, Oturu s'est distingué à Lake Elmo Elementary comme un homme-enfant dégingandé, maladroit et charismatique.

"Il n'était pas le clown de la classe, mais il était plein d'énergie", a déclaré le meilleur ami d'enfance d'Oturu, Michael Roberts. "Il a toujours été ce genre de gars pétillant."

Autant Oturu aimait s'amuser, il prenait son rôle de grand frère au sérieux, avec ses frères et sœurs et même en encadrant des enfants plus jeunes.

NCAA : Gros plan sur Daniel Oturu, le nigérian qui a fait tomber l'Ohio State

Il discutait avec des enseignants du lac Elmo, demandant comment David et Priscilla s'en sortaient à l'école. Ce qui a commencé comme chaperon lors de sorties sur le terrain pour ses frères et sœurs s'est transformé en bénévolat dans son ancienne école primaire et secondaire.

"Ils sont généralement comme," Qui est ce grand, grand enfant? "", A déclaré Oturu. "Je leur dis que j'étais une fois à votre place."

En mars, l’ancienne enseignante de maternelle d’Oturu, Tracy Mankowski, a profité d’une pause en classe pour basculer la télévision sur le match de première ronde du tournoi NCAA entre les Gophers et Louisville. Les étudiants portaient un équipement Gopher pour soutenir le grand homme sur le campus de l’U avec un grand sourire et un cœur plus grand.

"Pour ces petits gars, admirer ce jeune homme qui a du succès, savoir qu'il était autrefois un petit gars peut être vraiment significatif pour eux", a déclaré Mankowski.

Rester à la maison

Un mur dans la chambre dans laquelle Oturu a grandi est composé d'affiches de LeBron James, Kevin Durant et Kobe Bryant, ses trois joueurs NBA préférés.

Il aimait le basket-ball, mais il lui a fallu un certain temps pour prendre le jeu au sérieux. Ce n'est que lorsqu'il a terminé deuxième aux championnats nationaux de l'AAU avec les Rice Street Rebels de St. Paul en septième année.

"Cela m'a inculqué confiance et sérieux dans le basket-ball", a déclaré Oturu. «Avant, je jouais surtout pour le plaisir.»

À partir de là, Oturu a accéléré le programme AAU chargé d'Howard Pulley et a finalement commencé sur le campus de Cretin-Derham Hall.

Quand il s'agissait de jouer au ballon collégial, même après être devenu une des 50 meilleures recrues avec une pléthore d'offres Power Five, Oturu n'a jamais imaginé s'éloigner de sa famille.

Lorsque sa sœur aînée a quitté la maison pour aller à l'université, la famille a pleuré. Cela n'arriverait pas avec Daniel, qui a conduit son frère à l'école à Cretin quelques jours après avoir joué dans le tournoi NCAA.

"Il était à notre école pour saluer le directeur, le directeur adjoint et nos entraîneurs", a déclaré l'entraîneur de Cretin-Derham Hall, Jerry Kline. «Il est entré et a rendu visite à des gens dans tout le bâtiment pendant quelques heures. C'était vraiment cool."

Oturu a pensé que c'était cool que Pitino ait envoyé par la poste des pièces d'un puzzle qui devaient être assemblées une par une pour former une affiche de lui dans un uniforme de Gophers. L'image plus grande que nature couvre toujours la moitié du mur jusqu'à l'entrée de la maison familiale Oturu.

"La chance de jouer ici est évidemment l'œuvre de Dieu", a déclaré Oturu.

Toute la stratégie de recrutement des Gophers se concentrait sur Oturu, sachant que s'ils pouvaient l'obtenir, d'autres recrues suivraient.

Effectivement, après Oturu, sont venus les autres stars locales Gabe Kalscheur et Jarvis Omersa en 2018. Il s'agissait du plus grand nombre de joueurs du Minnesota dans une classe de recrutement pour le programme depuis 2009.

Daniel Oturu à son domicile de Woodbury en train de regarder ses nombreux trophées et récompenses.

Daniel Oturu à son domicile de Woodbury en train de regarder ses nombreux trophées et récompenses.

La prochaine étape pour Oturu sera de devenir l'un des meilleurs joueurs de la ligue universitaire. 

"Je veux être un joueur des All-Big Ten", a déclaré le pivot qui a mené tous les étudiants de première année de la conférence dans les rebonds (7,0), les blocs (46) et le pourcentage de tirs (55,0). «Nous pouvons montrer aux gens qu’il existe une excellente occasion de faire des choses ici au [Minnesota].»

Les attentes grandissent pour Oturu, mais le voyage de sa famille dans ce pays le maintient humble. Sa foi lui a appris à avoir un impact positif.

"Cela signifie beaucoup", a déclaré la mère d'Oturu. «S'il arrivait qu'il se rende dans un autre État, certaines des choses que nous avons faites ensemble pourraient ne pas être en mesure de le faire. C’est bien qu’il soit resté à la maison. Je pense que le fait qu'il reste à la maison apporte quelque chose de positif que les gens pourront embrasser. »

Retour à l'accueil