Les Warriors s'offrent une victoire de prestige en faisant tomber les Rockets

Les Warriors enchaînent un troisième succès de rang face aux Rockets (116-104). Les deux stars de Houston, Westbrook et Harden, ont plutôt été bien maîtrisée.

La NBA pensait avoir vu juste en programmant les Rockets sur le nouveau parquet de leur bête noire, Golden State, à l’occasion des « Christmas Games ». Mais les blessures de Stephen Curry et Klay Thompson ont largement déséquilibré le débat depuis… Et pourtant ! Opposés à une équipe de Houston qui montait en puissance ces dernières semaines, les troupes de Steve Kerr ont créé la surprise en tenant le coup jusqu’au bout pour finalement passer un run fatal aux Texans.

Les Warriors se montrent dans le coup d’entrée en attaquant par un 7-0. Ben McLemore par deux fois et Gary Clark doivent alors s’employer derrière l’arc, mais ils trouvent Alec Burks et Jacob Evans pour leur répondre. Après 12 premières minutes équilibrées (28-29), Marquese Chriss s’empresse d’attaquer le deuxième quart-temps avec un « alley oop », mais comme on pouvait s’y attendre, Russell Westbrook, Danuel House et surtout James Harden font le nécessaire pour distancer les Warriors.

Les exploits de James Harden insuffisants
« The Beard » passe notamment un « floater », deux stepbacks à 3-points et un alley-oop pour Clint Capela et le score affiche soudainement 38-50. Golden State s’accroche, profitant au passage de quelques boulettes des Texans bien exploitées par Damion Lee par exemple. Même lorsque James Harden, PJ Tucker et Austin Rivers enchaînent les missiles de loin pour porter la marque à 55-66, le tandem Russell-Lee s’arrache pour passer un 9-2 pour recoller à 64-68 à l’heure de la pause.

Le suspense reste entier à mi-parcours, déjà une petite victoire pour les Warriors et tous les amateurs de basket. Mais le meilleur reste à venir. Les Rockets commencent à montrer des signes de faiblesse à l’image du manque d’adresse extérieure de Russell Westbrook. Et cette fois, c’est Draymond Green qui se démultiplie pour suppléer un Damion Lee inspiré au scoring.

Un 19-2 en pleine poire
Willie Cauley-Stein fait alors rugir le Chase Center d’un dunk qui vient lancer un 10-0 pour les Warriors et donner une première tendance. Les locaux passent donc devant au cours de ce run et gardent la main à 12 minutes de la fin (92-87). Russell Westbrook toussote de loin, mais heureusement pour les Rockets, James Harden et Danuel House sont là pour aider Houston à remonter la pente et repasser devant (96-97). On croit alors se diriger vers un « money time » des plus indécis, il n’en sera rien.

Golden State va en effet renvoyer le suspense à la douche avant tout le monde en alignant un improbable 19-2. Draymond Green et Glenn Robinson III bouclent d’abord un 10-0 grâce à deux paniers à 3-points avant que le fils du « Big Dog » n’enfonce le clou d’un panier depuis le corner qui relègue les Rockets à -12 (111-99).

Le mal est fait et, dans la précipitation, les troupes de Mike d’Antoni enchaînent les bourdes. En bon maître de cérémonie, Draymond Green clôture la soirée d’un nouveau panier à 3-points. Vainqueurs 116-104, les Warriors et leurs fans ne pouvaient espérer plus beau cadeau au pied du sapin !

Retour à l'accueil