James Harden marche sur Orlando en inscrivant 54 points

A Orlando, Houston a infligé un cuisant 130-107 au Magic, qui restait pourtant sur quatre victoires de rang. Orlando a fait l'erreur de choisir un marquage individuel pour tenter de contrer James Harden. Résultat: l'arrière des Rockets, en feu, a marqué 54 points. C'est son cinquième match à plus de 50 points cette saison, autant que tous les autres joueurs de NBA réunis. "J'ai l'impression qu'il nous a battus à lui tout seul ce soir", a lâché l'arrière d'Orlando, Evan Fournier.

Le Magic est en jambes dès l’entame du match, et Markelle Fultz sent bien le jeu à la baguette. Evan Fournier en profite, et se démarque bien de la défense de Danuel House Jr., qui prend une première alerte de la part de Mike D’Antoni.

Sur un nouveau panier du français, le Magic prend les commandes (11-7). Le duo Harden-Westbrook pratique son activité (jardinière) favorite, à savoir arroser, sans succès jusqu’à présent. Clint Capela ramasse quelques miettes en attaque, et s’il aide surtout son équipe à resserrer la vis en défense, c’est Ben McLemore qui montre de belles choses en sortie de banc. Sur une passe de Russell Westbrook, l'ancien joueur des Kings plante à mi-distance et permet à son équipe de prendre la main après douze minutes (28-22).

Malgré un Aaron Gordon tranchant, les Rockets restent concentrés et le duo Clark-McLemore creuse le plus gros écart du match (38-28). La bande d’Evan Fournier réagit de la meilleure des manières, et c’est sous les panneaux que la bataille fait rage entre Clint Capela et un très énergique Khem Birch. À l’arrière, Evan Fournier se comporte en vrai leader mais James Harden prend déjà feu (25 points à la pause) et il permet à sa formation d’atteindre la pause avec trois possessions d’avance (62-55).

James Harden leur fait la totale
La seconde période démarre, et le show Harden se poursuit. À 3-points, près du cercle et à mi-distance, « The Beard » livre un récital sans oublier de voler quelques ballons de son côté du parquet, mais aussi de contrer. Avec le coup de chaud du meilleur marqueur de la NBA, les Rockets arrivent à creuser un écart un peu plus conséquent (79-63).

Steve Clifford demande un arrêt de jeu, son équipe prend l’eau de toutes parts. Evan Fournier est bien seul à faire le travail en attaque, et Gordon joue par intermittence malgré sa présence en défense. Les seconds couteaux des Rockets se montrent à nouveau, avec un Ben McLemore vraiment très précieux. Les visiteurs ont passé la vitesse supérieure, et les hommes de l’Amway Center n’arrivent plus à suivre les mouvements de Houston. En toute logique, et porté par un James Harden au four et au moulin, les Rockets ont pris une belle avance après trois quart-temps (96-78).

L’entraîneur d’Orlando ouvre son banc à la recherche des solutions. Mo Bamba, D.J. Augustin et Terrence Ross tentent des choses et c’est l’ancien Raptor qui redonne un peu d’espoir à sa formation, en allumant de loin.

Mais James Harden est inarrêtable (114-98). Le fantastique gaucher climatise la salle shoot après shoot, et détruit toute la défense du Magic qui ne sait plus où donner de la tête. Le public commence à quitter la salle, et le « garbage time » permet à certains de dégourdir leurs jambes. Sur le banc, Russell Westbrook et James Harden peuvent sourire : leur équipe a fait le job et repart d’Orlando avec une victoire méritée (130-107).

Retour à l'accueil