Attendue était cette première confrontation entre les deux leaders (pour l'heure) incontestés des conférences Est et Ouest. Outre la perspective de peut-être les retrouver début juin pour les finales --et d'avoir justement une idée de ce à quoi elles ressembleraient--, c'est le match dans le match opposant trois candidats au titre de MVP de la saison qui promettait.

Attendue était cette première confrontation entre les deux leaders (pour l'heure) incontestés des conférences Est et Ouest. Outre la perspective de peut-être les retrouver début juin pour les finales --et d'avoir justement une idée de ce à quoi elles ressembleraient--, c'est le match dans le match opposant trois candidats au titre de MVP de la saison qui promettait.

Stoppés par Dallas après 18 victoires de rang, les Bucks ont remis la machine en route à l'occasion du gros choc face aux Lakers (111-104). Nouvelle prestation XXL signée Antetokounmpo.

C’est qui le patron ? C’est Milwaukee de Giannis Antetokounmpo ! Les Bucks sont la première équipe à atteindre le cap des 25 victoires cette saison, après leur succès 111-104 contre les Lakers dans le choc au sommet entre les deux meilleures équipes de la Ligue. Deux équipes qui avaient perdu leur dernier match (les Lakers à Indiana et les Bucks contre Dallas), mais qui alignaient la meilleure équipe possible ce jeudi au Fiserv Forum.

La rencontre a plutôt tenu ses promesses, même si Milwaukee a mené au score quasiment de bout en bout. Portés par un excellent Giannis Antetokounmpo (34pts, 11rbds, 7pds, et un nouveau record en carrière à 3pts, avec 5/8), les leaders de l’Est ont compté jusqu’à 21 points d’avance en milieu de deuxième quart (un quart-temps remporté 42-29 !).

Les Lakers, emmenés par leur duo de stars (21pts, 12rbds, 11pds pour LeBron James, 36pts, 10rbds, 5pds pour Anthony Davis) se sont accrochés et sont revenus à -8 en début de dernier quart. Mais le « Greek Freak » a remis son équipe sur le bon chemin, avec onze points marqués en huit minutes, et les Lakers n’ont jamais pu revenir à hauteur. Ils encaissent donc une deuxième défaite de suite, et tenteront à leur tour d’atteindre la barre des 25 victoires, contre Denver dimanche.

Giannis Antetokounmpo montre aux Lakers qu'il est le patron

La bataille fut bel et bien galactique, avec des images fortes, comme ce contre par derrière de Giannis sur LeBron en première période ou ce dunk énorme de Davis sur ce même Antetokounmpo au 4e quart-temps.

Au niveau statistique, ces deux derniers ont fini avec des chiffres similaires: 34 points, 11 rebonds, 7 passes pour le premier (qui a battu son record derrière l'arc à 5/8), 36 pts, 10 rbds, 5 passes pour le second.

Un ton légèrement en-dessous, malgré un triple-double (21 points, 12 rebonds, 11 passes décisives), James a péché dans le money-time, accusant deux pertes de balles qui ont privé L.A. d'opportunités à recoller au score. Il n'empêche, à bientôt 35 ans, le "King" continue sa marche d'empereur, puisqu'il a dépassé Gary Payton au 9e rang des meilleurs passeurs de l'histoire.

Avec trois stars qui se neutralisent, la différence s'est faite sur le plan collectif, un secteur où les Bucks ont été bien plus efficaces devant leur public chauffé à blanc.

Une statistique le prouve: le banc des Lakers a été limité à 4 points, celui de Milwaukee en a inscrit 32. Sans l'apport habituel de Dwight Howard (2 pts), Rajon Rondo (2 pts), Avery Bradley et Alex Caruso (0), et en l'absence de Kyle Kuzma, remonter le retard accumulé à la mi-temps (65-46) était impossible.

Avec plus de ressources, la franchise du Wisconsin a ainsi su contenir le retour des Californiens pour les battre pour la... sixième fois d'affilée. La voilà seule au sommet de la Ligue (25 victoires, 4 défaites), les Lakers concédant pour leur part un deuxième revers de rang (le 5e au total, 24 succès), ce qu'ils s'étaient promis de ne pas faire cette saison.

Retour Ă  l'accueil