LeBron James et les Lakers marchent sur San Antonio

Les deux leaders de conférence, Milwaukee et les Los Angeles Lakers, partagent un point en commun : ils n'ont plus perdu depuis huit matches. Une série que les Angelins (15 v.-2 d.) ont prolongé sur le parquet des San Antonio Spurs (114-104), dont le succès chez les New York Knicks après huit défaites de rang, n'aura été qu'une courte embellie dans un début de saison morose. Face à LaMarcus Aldridge (30 points, 5 rebonds) et DeMar DeRozan (24 points, 4 rebonds, 5 passes), LeBron James a livré un gros match (33 points à 13/24, 14 passes), bien aidé par le double-double d'Anthony Davis (19 points, 12 rebonds, 6 passes). La belle image de la soirée restera également l'ovation réservée à Danny Green (6 points, 9 rebonds), ancien joueur de la franchise texane (champion NBA avec les Spurs en 2014).

Le rouleau compresseur « pourpre et or » a encore opéré cette nuit, marchant sur des Spurs pourtant déterminés à faire bonne figure à domicile. Le tandem DeRozan-Aldridge a tout tenté pour faire vaciller le leader de la conférence Ouest, mais LeBron James était tout simplement trop fort, forçant la décision à lui seul dans le dernier acte.

Les Lakers affichent leurs intentions d’entrée avec JaVale McGee et LeBron James qui s’en vont tester la résistance des cercles texans. Kyle Kuzma et Troy Daniels enchaînent ensuite deux paniers chacun pour maintenir les Californiens en tête et mettre à mal le boulot de DeMar DeRozan et LaMarcus Aldridge (22-25).

Un chasedown block pour la route
Dans le deuxième acte, LeBron James se mue en scoreur et attaque la période par trois paniers de suite dont deux dunks qui font mal à la tête des Spurs (27-32).

Derrick White, titulaire cette nuit, essaie d’inverser la tendance à 3 -points mais le King lui répond cette fois d’un tir lointain… avec la planche. Il faut alors toute l’efficacité du travail en isolation de DeMar DeRozan, auteur de trois paniers de suite, pour permettre à San Antonio de refaire surface.

Bryn Forbes poursuit avec trois bonne séquences à son tour et malgré le « chasedown block » de LeBron James sur Dejounte Murray, ce sont bien les hommes de Gregg Popovich qui virent en tête au repos (56-54).

Bryn Forbes fait monter la température avec deux paniers à 3-points qui portent l’écart à +6 (69-63). Mais San Antonio doit cette fois faire face à un LeBron James passeur. Le King fait briller Kentavious Caldwell-Pope par deux fois de loin, puis sert Anthony Davis avant d’envoyer JaVale McGee dans les airs. C’est toutefois lui qui redonne l’avantage aux siens d’un step back dans la peinture (73-74).

Qui pour stopper le King ?
L’adresse à 3-points de Troy Daniels et Rajon Rondo offrent alors quatre longueurs d’avance aux Lakers à 12 minutes de la fin (82-86), le début des ennuis pour les Spurs. Car suite à un nouveau panier de loin signé Rajon Rondo, LeBron James prend feu et sanctionne par trois fois la défense adverse avec trois missiles derrière l’arc qui font soudainement la différence (85-96).

Déchaîné, le King poursuit avec un lob pour Javale McGee, un panier avec la faute de DeRozan et un service pour Danny Green, l’ancien de la maison, qui ne se prive pas pour donner le coup de grâce à la franchise pour laquelle il a joué pendant sept ans (91-102). La connexion James – Davis achève définitivement les Spurs pour boucler ce qu’on appellera une nouvelle démonstration de force de la troupe de Frank Vogel (104-114).

Retour à l'accueil