Kevin Durant admet avoir quitté les Warriors en partie à cause de son embrouille avec Draymond Green

Parti de Golden State en fin de saison dernière sur une finale NBA perdue (et une rupture du tendon d'Achille), Kevin Durant a reconnu que sa dispute de novembre avec Draymond Green l'avait en partie incité à quitter les Warriors.
 
Si vous vous intéressez un peu à la NBA, il ne vous aura pas échappé que les Golden State Warriors, après cinq finales consécutives, sont au fond du trou. Parce que Klay Thompson s'est fait les croisés, parce que Stephen Curry, déjà isolé, vient de se casser une main, mais aussi (surtout?) parce que Kevin Durant, meilleur joueur des finales 2017 et 2018, a quitté le navire durant l'été, pour signer chez les Brooklyn Nets.

Invité ce jeudi d'ESPN, "KD" est revenu sur les raisons de son départ. En expliquant, pour la première fois, que sa grosse embrouille de novembre 2018 avec son équipier Draymond Green (qui l'avait traité de "pu**" en plein match) avait pesé dans la balance.

"Quand un équipier vous parle de la sorte, vous y réfléchissez forcément"
"Draymond savait qu'il avait dépassé les bornes, a confié Durant. En tant qu'hommes, nous en avons parlé tous les deux, et tout le monde autour a essayé de nous réconcilier raidement, parce qu'il y avait une saison à poursuivre et que nous visions le titre. Est-ce que ça a joué un rôle dans mon départ? Un peu, oui. Quand un équipier vous parle de la sorte, vous y réfléchissez forcément. Nous en avons parlé, mais ça a effectivement été un facteur dans ma décision, je ne vais pas vous raconter de mensonges..."

Durant a toutefois précisé que ce n'est pas la seule raison qui l'a poussé à quitter à la Californie. "J'ai juste senti que j'avais besoin d'un changement, a-t-il poursuivi. J'ai senti que c'était la fin pour ce groupe. Shaun Livingston allait prendre sa retraire, Andre Iguodala vieillissait... Et nos contrats allaient commencer à vraiment être lourds pour l'équipe, ils auraient empêché de recruter d'autres joueurs. C'était le moment de nous séparer."

Retour à l'accueil