Pour sa première avec les Lakers, Anthony Davis s’amuse avec les Warriors

Pour sa première avec les Lakers, Anthony Davis s’amuse avec les Warriors

Pour l’inauguration du Chase Center, les Lakers s’imposent très facilement face aux Warriors (123-101) avec un Anthony Davis en démonstration.

Vu les forfaits, on savait que ce serait compliqué pour les Warriors et ce le fut… Pour leur premier match au Chase Center, les coéquipiers de Stephen Curry ont pris une fessée signée Anthony Davis et ses Lakers. Une défaite de 22 points (123-101) qui aurait pu être bien plus lourde si les Lakers n’avaient pas enlevé le pied de l’accélérateur…

L’histoire retiendra que Stephen Curry a balancé un airball à 10 mètres pour le premier tir dans sa nouvelle salle, et que les Lakers ont débuté la rencontre par un 11-0 ! Quelques minutes suffisent à comprendre que le duo LeBron-Davis va faire très mal cette saison. La facilité de l’ancien Pelican est incroyable, et à la fin du premier quart-temps, il en déjà à 17 points et 7 rebonds, tandis que les Lakers comptent déjà 13 points d’avance (33-20).

« AD, c’est AD » résume LeBron James. « J’ai trouvé qu’il avait été super dès le début de match, simplement par son équilibre en attaque, par sa capacité à aller nous chercher des deuxièmes chances avec ses rebonds. Il a mis ses tirs. Je crois qu’il a réalisé cinq dunks en première mi-temps (ndlr : en premier quart-temps). Et en défense, il a communiqué. C’est juste un joueur très cérébral, et c’est un bon début pour lui ».

Le match rapidement plié, Frank Vogel n’a pas fait jouer ses deux vedettes en deuxième mi-temps, et Anthony Davis noircit la feuille en seulement 18 minutes : 22 points, 10 rebonds, 2 passes et 1 interception. Même temps de jeu pour LeBron James, qui compile 15 points, 8 passes et 3 rebonds.

« C’est un monstre » s’enflamme Frank Vogel. « Ça va être très difficile de le ralentir vu comment on l’a entouré. Je suis très excité à l’idée de ce qu’il va faire, et les fans des Lakers devraient l’être aussi ».

De cette rencontre, on retiendra aussi que Frank Vogel avait choisi de titulariser Avery Bradley et Danny Green à l’arrière, mais il a précisé que rien n’était figé. Côté Warriors, pas grand-chose à retenir avec un D’Angelo Russell bien muselé, et un Draymond Green transparent. Seul Stephen Curry, malgré son affreux air ball, a surnagé.

Retour à l'accueil