Le Thunder d’OKC démarre une longue reconstruction

Du 23 septembre au 22 octobre, nous vous proposons la présentation des 30 franchises NBA. Aujourd’hui, nous nous intéressons au Thunder d’OKC ! L’équipe a vécu un bien drôle d’été avec le départ de Paul George puis de Russell Westbrook, qui était le visage de la franchise. Dans l’autre sens, Chris Paul a posé ses valises dans l’Oklahoma. On fait le point.

Il est déjà loin le temps où Russell Westbrook et Paul George formaient un duo dominant au Thunder d’OKC ! Le manager général de la franchise Sam Presti a décidé de repartir d’une feuille blanche, afin de reconstruire un tout nouveau projet, présentation des forces en présence dans la franchise de l’Oklahoma.

Rétro 2018-2019 : un tour et puis s’en va
Après une saison sur courant alternatif, conclue avec 49 victoires pour 33 défaites, le Thunder s’est qualifié pour les playoffs en prenant la 6e place de la conférence Ouest. Héritant des Blazers, les hommes de Sam Presti avaient comme mission de faire mieux qu’en 2017 et 2018 où ils avaient échoué au premier tour.

Malheureusement, OKC n’a une fois de plus pas assuré son statut de prétendant et a une nouvelle fois échoué face à Portland, prenant au passage un buzzer beater mémorable avec les compliments de Damian Liliard.

La draft : un renfort au poste d’ailier fort

Pas de révolution de la part d’OKC, la franchise n’avait qu’un seul choix lors de cette draft 2019, en fin de premier tour. Avec le 23e choix, Sam Presti a décidé de miser sur Darius Bazley, au poste d’ailier fort. Avec ses 2,06 m et ses 94 kg, le jeune prospect tout droit venu de l’université de Princeton tentera de mettre un peu de poids dans la raquette du Thunder. Une draft relativement discrète, contrairement à celles des années à venir qui risquent d’être bien plus actives.

La free-agency : la grande braderie
Vous vous souvenez de Russell Westbrook, Paul George, Jerami Grant ou encore Patrick Patterson sous le maillot d’OKC ? C’est de l’histoire ancienne. Le manager général de la franchise de l’Oklahoma, Sam Presti, a décidé de se débarrasser d’une bonne partie de son roster contre des tours de draft ; beaucoup de tours de draft.

L’élément déclencheur de cette braderie est le blockbuster trade entre le Thunder et les Clippers. L’ancien ailier des Pacers a été envoyé du côté de Los Angeles, pour y rejoindre Kawhi Leonard, en échange de Shai Gilgeous-Alexander, le meneur rookie canadien au potentiel intéressant, Danilo Gallinari et pas moins de 5 tours de draft (dont 1 protégé).

Les choses auraient pu en rester là pour l’équipe managée par Billy Donovan mais non. Jerami Grant, envoyé aux Nuggets contre le 1er tour de 2020. Puis l’autre superstar du roster s’en est allée rejoindre James Harden aux Rockets, on parle bien sur de Russell Westbrook. Un véritable séisme provoqué par le joueur drafté en 2008 en provenance de UCLA. Il était le dernier représentant du trio qu’il formait en début de carrière avec Durant et Harden. Mais il était aussi et surtout le visage de la franchise…

Le joueur laissera un grand vide auprès des fans de la franchise après onze années à évoluer à la Chesapeake Arena. Oklahoma City récupère dans l’histoire 2 premiers tours de drafts (2024 et 2026), ainsi que des échanges de picks en 2021 et 2025. Enfin Chris Paul et son contrat XXL font le chemin inverse. Le meneur vétéran toujours aussi talentueux devrait apporter toute son expérience à cette jeune équipe.

Le coach : Billy Donovan est toujours là
S’il y a eu beaucoup de changements dans le roster d’OKC, Billy Donovan quant à lui est toujours présent sur le banc de la franchise. S’il a eu le mérite d’emmener le Thunder jusqu’en finale de conférence Ouest en 2016 et une défaite 4-3 face aux Warriors, on ne peut pas dire que les résultats parlent pour l’ancien coach des Gators de la Floride.

Éliminé lors du premier tour des playoffs en 2017 face aux Rockets, en 2018 contre le Jazz, il a encore échoué en 2019 après une confrontation dominée par les Blazers. Et si on ajoute à cela, le fait qu’il loupe les phases finales en 2015, les soucis au niveau de sa rotation d’équipes ainsi que l’absence de systèmes clairement établis et obtient l’un des coachs les plus décriés de toute la NBA. Garder Billy Donovan pour une mission de reconstruction reste une interrogation.

Le cinq majeur : un retour à zero
Chris Paul – Shaï Gilgeous-Alexander – Terrance Ferguson – Danilo Gallinari – Steven Adams

Effectif complet : Chris Paul, Dennis Schroder, Shaï Gilgeous-Alexander, Hamidou Diallo, Deonte Burton, Terrance Ferguson, Andre Roberson, Darius Bazley, Danilo Gallinari, Abdel Nader, Mike Muscala, Steven Adams, Nerlens Noel, Justin Patton

Franchise player : Chris Paul
Dans une équipe qui vient de perdre deux monstres, Russell Westbrook et George, Chris Paul apparaît comme le nouvel homme fort d’OKC. Joueur le plus talentueux et le plus expérimenté de l’effectif, il devra transmettre aux jeunes pour les aider dans leur évolution. De jouer le titre, à mentor d’une équipe en reconstruction, nul doute que le meneur ne s’attendait pas à ça en quittant les Clippers.

L’ambition : tanker pour mieux reconstruire
Le projet long terme d’OKC va désormais commencer, avec comme objectif de former les jeunes déjà présents dans l’effectif, on peut penser notamment à Hamidou DIallo, Darius Bazley, mais surtout à Shai Gilgeous-Alexander, le jeune meneur en provenance des Clippers. Toutefois avec la présence de Chris Paul et Dennis Schröder au même poste, dur d’avoir une réelle visibilité à ce poste.

On peut légitimement penser, que l’objectif de la saison pour la franchise d’Oklahoma City sera d’obtenir la mois bonne position possible afin de drafter le plus haut. Ce qu’on appelle tanker en NBA. Fini les playoffs à OKC, la saison devrait être longue pour les fans…

Retour à l'accueil