L'éternelle reconstruction des Phoenix Suns se poursuit

Les Phoenix Suns entament cette nouvelle saison NBA avec l’envie de faire mieux. Il sera, de toute façon, difficile de faire pire. L’effectif continue cependant de grandir en étant renforcée par des éléments d’expérience comme Ricky Rubio, fraîchement arrivé en provenance du Jazz, et Aaron Baynes. Mais il reste bien difficile d'imaginer les Suns finir haut cette saison.

Rétro 18/19 : une reconstruction à coup de briques
Avec la draft du pivot DeAndre Ayton (1er choix) et quelques bons coups comme Trevor Ariza (échangé en cours de saison contre Kelly Oubre Jr) on pouvait espérer voir un semblant de basket en Arizona. C’est raté ! Avec un bilan de 19 victoires pour 63 défaites, les Suns finissent le dernier exercice à une belle quinzième place (sur 15) de la Conférence Ouest. Sans réel meneur, l’équipe a souvent déjoué. Devin Booker s’est encore senti bien seul malgré la belle saison rookie d’Ayton (16.3 points et 10.3 rebonds par match).

Draft 2019 : pas de folie en Arizona
Les Suns disposaient du 6e choix de draft, un choix qu’ils ont échangé contre Dario Saric et le 11e choix avec lequel ils ont sélectionné Cameron Johnson. Ils ont également sélectionné Ty Jerome en fin de premier tour, un joueur qui sera deuxième meneur derrière l’Espagnol Ricky Rubio.

Leur(s) rookie(s) : Cameron Johnson (11ème choix), Ty Jerome (24ème choix), Kezie Okpala (32ème choix).

Free agency : enfin un meneur à Phoenix
Les Suns ont récupéré le meneur de jeu Ricky Rubio ! C’est leur gros coup de l’été. Avec des scoreurs comme Booker et Ayton, le MVP du dernier championnat du monde est vu comme le meneur idéal pour faire tourner la balle et permettre à ses jeunes coéquipiers de briller. À l’intérieur, c’est le bucheron australien Aron Baynes qui débarque. Le pivot sort d’une saison intéressante à Boston et offre à Phoenix un poste 5 capable de s’écarter du cercle (en témoigne son 6/7 à 3 points contre la France en match de poules du Mondial) avec ses 34 % de réussite la saison dernière. Dario Saric est le troisième et dernier élément d’exprience qui débarque dans l’Arizona. Le Croate récupéré lors de l’échance du tour de draft avec Minnesota.

Le coach : Monty Williams
Ancien joueur NBA avec une carrière plutôt modeste, 9 ans dans la grande ligue en passant par les Knicks, les Spurs, les Nuggets, le Magic et enfin les 76ers, Monty Williams n’a pas laissé un souvenir intarissable aux fans de basket. Sa carrière d’entraîneur, il la commence en tant qu’adjoint des Blazers avant d’être promu head coach à la Nouvelle-Orléans pendant 5 saisons avant d’être licencié. Ensuite assistant au Thunder puis aux 76ers, il va débuter cette saison une toute nouvelle histoire avec les Suns.

Le franchise player : Devin Booker, scoreur dans la lose
Les saisons se suivent et se ressemblent pour l’arrière star des Suns Devin Booker. Drafté en 13e position par Phoenix en 2015, l’ancien sixième homme de Kentucky va attaquer sa cinquième saison dans l’Arizona. L’arrivée de Ricky Rubio devrait faire un bien fou aux shooteurs capable de prendre feu certains soirs, comme en témoigne sa pointe à 70 points un soir de mars 2017. Avec un vrai meneur à ses côtés, Booker devrait pouvoir peser plus sur les défenses et peut-être qu’enfin ses cartons offensifs se termineront par une victoire. On lui souhaite, à lui comme à Phoenix. Car même si ce n’est pas encore d’actualité, si Phoenix n’arrive pas à mieux entourer sa star et à lui offrir plus de défis, l’arrière risque fort de quitter les Suns dans les saisons à venir.

Cinq probable et effectif
Ricky Rubio - Devin Booker - Kelly Oubre Jr - Dario Saric - DeAndre Ayton

Effectif complet : Ricky Rubio, Ty Jerome (contrat rookie), Elie Okobo (entre 1,4 et 1,8 million jusqu’en 2022) Jevon Carter, Devin Booker (entre 27,2 et 33,7 millions jusqu’en 2023), Tyler Johnson (19,2 millions jusqu’en 2020), Mikal Bridges (entre 4,1 et 5,5 millions jusqu’en 2022), Cameron Johnson (contrat rookie), Kelly Oubre Jr, Dario Saric (3,4 millions jusqu’en 2020), Frank Kaminsky, Deandre Ayton (entre 9,5 et 12,6 millions jusqu’en 2022), Aron Baynes (5,4 millions jusqu’en 2020).

Ambition
Au sein d’une conférence Ouest presque injouable, Phoenix doit encore apprendre. Et bien souvent l’apprentissage passe par la défaite. Absent des playoffs depuis 2010 et une élimination en finale de conférence contre les Lakers de Kobe Bryant, le retour ne devrait pas être pour cette saison. Cependant, avec une équipe plus équilibrée, Rubio à la mène pour épauler Booker et un Ayton à l’intérieur pour s’affirmer encore plus après une belle saison rookie, les Suns devraient vivre une saison plus excitante que les dernières. Notre pronostic ? Allez, 30 victoires pour 52 défaites.

Retour Ă  l'accueil