Joel Embiid mène les Sixers contre les Hawks avec une grosse performance

Ménagé en raison d'une cheville douloureuse lors du dernier match des 76ers, Joël Embiid a été déterminant dans le troisième succès (105-103) des siens sur le parquet d'Atlanta. Philadelphie est la dernière équipe invaincue à l'Est et le doit à son intérieur auteur de 36 points, 13 rebonds, 5 passes et 3 interceptions. Face à lui, le pivot angolais Bruno Fernando a signé un premier match convaincant avec 11 points, 4 rebonds et 2 passes en 16 minutes. 

Affiche alléchante entre les Sixers et les Hawks. D’un côté, l’un des deux grands favoris à l’Est. De l’autre, une équipe qui monte et qui pourrait bientôt compter parmi les cadors de sa Conférence. Deux formations invaincues après deux sorties. Mais il fallait bien un vainqueur et c’est Philadelphie qui l’a emporté sur le fil (105-103). Les dirigeants d’Atlanta ont pu réaliser ce qui leur manque pour rivaliser avec les favoris NBA : une superstar capable de dominer une rencontre à elle seule. Lundi, c’était Joel Embiid.

Le Camerounais a planté 36 points avec aussi 13 rebonds et 5 passes. Un retour tonitruant pour le pivot, absent au dernier match en raison d’une douleur à la cheville. Les Sixers ont aussi gagné le match à l’expérience, en passant un 15-5 à Trae Young (25 pts et 9 pds) et ses partenaires dans les cinq dernières minutes.

Derrière Philadelphie et Toronto, il est (déjà) logique de retrouver Milwaukee, d'autant que le favori de l'Est recevait la faible équipe de Cleveland lundi, à laquelle il n'a laissé aucune chance (129-112). Certes, les Cavs n'étaient qu'à deux possessions à une dizaine de minutes de la fin (96-91), mais il suffit de voir l'utilisation raisonnable de Giannis Antetokounmpo (14 points en 29 minutes) pour comprendre qu'ils n'ont pas tremblé. Les Bucks, qui vont disputer un match alléchant à Boston dans la nuit de mercredi à jeudi, pointent à 2-1 comme les Celtics (justement), Miami et Atlanta.

Dans cette conférence, la surprise vient en fait du bas puisque Indiana, un des outsiders, est bon dernier, seul à 0-3 après s'être incliné à Detroit (96-94). Certes, les Pacers doivent faire en ce début de saison sans leur leader Victor Oladipo (genou). Mais les Pistons, qui les avaient déjà battus en ouverture (110-119), étaient privés, eux, de Blake Griffin (genou) et Reggie Jackson (dos), ce qui ne les a pas empêchés de renverser la situation en passant un 6-0 dans les cent dernières secondes.

Retour à l'accueil