EuroLeague : le Bayern Munich explose l'Asvel

Après deux victoires à domicile, les Villeurbannais ont volé en éclats sur le parquet du Bayern Munich, ce jeudi lors de la 3e journée de l'Euroligue (104-63).
 

Pour son premier déplacement en Euroligue, après deux victoires à la maison, face à l'Olympiakos (82-63) puis au Panathinaïkos (79-78), l'Asvel a sombré en plein cauchemar dès ses premiers pas sur le parquet de Munich. Très vite largués au score (20-7, 6e), alors qu'un Edwin Jackson avait scoré tous les points des siens, les Villeurbannais étaient débordés en défense, manquant incroyablement d'intensité et de réactivité, et laissant les Allemands dérouler leur jeu.

La fluidité offensive du Bayern lui permettait de s'offrir des solutions aisées, notamment à trois points, à l'image du meneur Maodo Lo. Balayée à l'issue d'un premier quart terrible (30-13), l'Asvel trouvait bien Charles Kahudi et Amine Noua pour trouver deux paniers primés, et se rapprocher (38-28, 17e). Mais elle était bien trop friable en défense et le Bayern continuait son festival offensif.

« Ce serait bien qu'on commence à défendre » 

À la pause, le club de Tony Parker avait la tête sous l'eau (57-35) et les Allemands tournaient à cent pour cent de réussite à trois points (6/6) ; Maodo Lo, meilleur scoreur allemand ayant largement pris sa part (16 pts à 3/3).

On se demandait bien alors comment Zvezdan Mitrovic allait pouvoir trouver la martingale pour remettre son équipe dans le bons sens. « Ce serait bien qu'on commence à défendre », avait-il lâché au repos, visiblement énervé. Mais, face à un adversaire euphorique et vigilant, où évoluent l'ex-joueur de l'Asvel De Marcus Nelson et le pivot de l'équipe de France Mathias Lessort, les Villeurbannais semblaient complètement hors du coup, et incapable d'enclencher une dynamique.

L'équipe conquérante qui avait vaincu le Pana était fantomatique, en panne de jeu, d'inspiration, d'énergie. L'écart ne cessait d'enfler, pour atteindre les trente points à la fin du troisième quart (81-51, 30e).

Trois minutes plus tard, les Villeurbannais avaient encaissé un 10-0, et étaient à quarante points du Bayern (91-51, 33e), offrant une déliquescence totale de leur jeu, un rebond détruit (35 à 16), une impuissance cauchemardesque. L'ampleur de la défaite (104-63) sera lourde à gérer. L'Asvel s'est crashée, et le retour sur terre est brutal.

Retour à l'accueil