Chicago Bulls : une saison à ne pas gâcher

Du 8 au 22 octobre, nous vous proposons la présentation des 30 franchises NBA. Aujourd’hui, nous nous intéressons aux Chicago Bulls, une équipe prometteuse mais trop irrégulière la saison passée. Une qualification en playoffs paraît présomptueuse mais les Taureaux ont du talent à revendre.

Rétro 2018-2019
Que ce fut dur pour les fans des Bulls la saison passée. Seulement 22 victoires pour 60 défaites. Privé de Lauri Markannen une grande partie de la saison, les Taureaux ont fait face à de nombreux absents tout au long de l’année. Aussi bien Kris Dunn ou Bobby Portis, les Bulls n’ont jamais eu leur cinq majeur. En décembre, le coach Fred Hoiberg faisait les frais des résultats médiocres de son équipe. Remplacé par Jim Boylen, le niveau de l’équipe ne s’est pas amélioré pour autant. La seule satisfaction est le niveau affiché par Lavine et de Markannen lorsqu’il était apte à jouer. Une saison à oublier pour la franchise aux 6 titres NBA.

La draft
Les dirigeants des Bulls avaient jeté leur dévolu sur deux profils au premier tour : Darius Garland et Coby White. Le premier ayant été choisi par les Cavs en 5e position, Chicago a drafté alors le meneur venant de des Tar Heels de la Caroline du Nord. Au deuxième tour, Danien Gafford, un intérieur a été choisi mais il ne devrait pas fouler les parquets NBA cette saison.

La free-agency
Dans une free-agency historique, les Bulls n’ont pas été les plus en vue. Ils ont acquis Thaddeus Young (41 millions sur 3 ans) et Tomas Satoransky (30 millions sur 3 ans), auteur d’une bonne saison chez les Wizards après la blessure de John Wall. Sinon, Chicago a fait seulement des ajustements. Adam Mokoka a reçu une offre alors que c’était un joueur non drafté. Puis, enfin, la franchise renouvelait sa confiance en Ryan Arcidiacono et Shaquille Harrison, et a récupéré Luke Kornet venant des Kincks.

Le franchise player : Zach Lavine
13e de la draft 2014, Zach Lavine est arrivé aux Bulls en 2017 en provenance des Wolves. Arrivé dans un statut de titulaire, le double vainqueur du Slam Dunk Contest (2015, 2016), s’est imposé en tant que franchise player cette saison. 23,7 pts, 4,7 rbd, 4,5 pds par match, Lavine a fait une saison solide. Mais de là à être un franchise, la question se pose. Trop irrégulier, pas assez leader, Lavine ne parvient pas à s’imposer en tant que meilleur joueur de son équipe. L’absence de Markkanen n’a pas aidé le natif de Renton. Leur duo pourrait être la clé la saison prochaine.

Le cinq majeur et l’effectif
Cinq probable : Coby White – Zach Lavine – Otto Porter Jr. – Lauri Markkanen – Wendell Carter Jr.

Meneurs : Kris Dunn – Coby White – Tomas Satoransky – Ryan Arcidiacono – Adam Mokoka (TW)

Arrières : Zach LaVine – Shaquille Harrison – Antonio Blakeney

Ailiers : Otto Porter Jr.- Chandler Hutchinson – Denzel Valentine

Ailiers-forts : Lauri Markkanen – Thaddeus Young – Luke Kornet – Daniel Gafford

Pivots : Wendell Carter Jr. – Cristiano Felicio

L’ambition : rester dans la bataille aux playoffs
L’ambition des Bulls peut ressembler à celle des Kings la saison passée. Avec la concurrence à l’Est, il semble compliqué de croire à une qualification en playoffs dès cette année. Mais sait-on jamais. L’association White-Lavine peut faire mal, le retour de Markannen et l’arrivée des solides Satoransky et Young vont dans ce sens. Cela doit être la saison de la montée en niveau de ses joueurs pour espérer dès 2021, voir les playoffs.

Retour à l'accueil