Avec Zion Williamson, une nouvelle ère démarre pour les Pélicans de la Nouvelle Orléans

Avant la reprise de la NBA, Ouest-France vous présente les franchises qui la composent. Place aujourd’hui aux Pélicans ! Le roi est mort, longue vie au roi ! Symbole de la franchise depuis 2012, Anthony Davis a quitté la Nouvelle Orléans en laissant sa place à Zion Williamson, premier choix de draft 2019. Une nouvelle ère particulièrement excitante s’annonce pour les Pélicans. On fait le point.

Rétro 18/19 : le mélodrame Anthony Davis
Après une saison 18/17 terminée en demi-finale des playoffs de la Conférence Ouest, les attentes étaient grandes autour des Pélicans mais autant dire que la saison a dû être bien longue pour tous les fans de la Nouvelle Orléans. La cause ? La demande de transfert du mono sourcil le plus célèbre de la planète : Anthony Davis. L’intérieur star des Pélicans a demandé, du moins son agent l’a fait, à être transféré en début d’année. Un transfert qui ne sera effectué finalement que cet été, vers les Lakers, mais qui aura littéralement détruit la saison des deux franchises. Les Pélicans termineront l’exercice avec 33 victoires pour 49 défaites, un bilan les laissant très loin des playoffs.

La draft : l’OVNI Zion Williamson débarque à la Nouvelle Orléans
Alors qu’ils n’avaient que 6,6 % de chance d’obtenir le premier choix, les Pélicans ont décroché le gros lot à la loterie. Et forcément, le soir de la draft la question ne s’est pas posée : Zion Williamson débarque en Louisiane pour maltraiter des arceaux ! On n’avait pas vu une telle hype autour d’un joueur avant sa draft depuis LeBron James. Le joueur surpuissant mesuré à 2m01 pour 129 kilos (!) est annoncé comme la nouvelle superstar de la NBA. Un don du ciel pour cette franchise qui vient de perdre Anthony Davis sur un poste similaire.

Deux autres prospects solides débarquent : Jaxson Hayes et Nickeil Alexander-Walker. Le premier est un pivot qui devrait former un duo violemment athlétique avec Zion. Le second est un meneur-arrière complet, cousin du nouveau joueur d’OKC, Shai Gilgeous-Alexander.

Leurs rookies : Zion Williamson (1er choix), Jaxson Hayes (8ème choix), Nickeil Alexander-Walker (17ème choix), Marcos Silva (35ème choix).

La free agency : un été très chargé
Le moins que l’on puisse dire c’est que l’été fut animé en Louisiane. Après avoir trainé le cas Anthony Davis toute la seconde moitié de la saison, un nouveau management a été mis en place : Davd Griffin, l’ancien de la maison Cleveland, est nommé vice président des opérations basket de la franchise. Le transfert de Davis est enfin géré et le joueur s’envole vers Los Angeles dans un échange mémorable où les Pel’s reçoivent Lonzo Ball, Josh Hart, Brandon Ingram et une plétore de tour de draft. Jackpot !

Une fois les Lakers dépouillés, ce sont les expérimentés JJ. Redick, shooteur hautement inflammable des 76ers, et Derrick Favors, le pivot expérimenté du Jazz, qui débarquent. Du côté des départs notables, en dehors de Davis, Julius Randle et Elfrid Payton sont partis du côté des Knicks.

Entre draft et free agency, l’été fut donc ultra-agité du côté à la Nouvelle Orléans, mais les choses ont été très bien faites et les fans peuvent se montrer très optimistes sur l’avenir de la franchise.

Le coach : Alvin Gentry

Alvin Gentry, 64 ans, est un visage connu de la NBA. D’abord coach assistant pendant une dizaine d’années en NCAA, il a sillonné la plupart des bancs de la grande Ligue en apprenant avec les plus grands comme Gregg Popovich, Mike D’Antoni ou Doc Rivers. À la tête de l’équipe depuis 2015, il entame sa quatrième saison sur le banc des Pélicans.

Le franchise player : Jrue Holiday
On aurait pu mettre en avant Zion Williamson, fraîchement drafté en première position. Mais, en toute subjectivité, il n’a pas le talent d’un Doncic pour être considéré comme un franchise player dès sa première saison (nous serions ravis d’avoir tort). Celui qui devrait être le vrai leader sur et en dehors des parquets cette saison devrait être Jrue Holiday.

Celui qui peut jouer meneur ou arrière tournait la saison passée à plus de 21 points de moyenne. Dans la franchise depuis la saison 2013-2014, il est un des piliers de cet effectif. Mieux, après l’annonce des envies de départ de Davis, tout l’amour que pouvait porter les fans à l’intérieur est revenu sur les joueurs, en faisant le véritable chouchou de la Louisiane. Cette saison, à bientôt 30 ans, il devra transmettre aux jeunes talents son expérience à travers ses conseils mais aussi son exemplarité.

Cinq probable et effectif
Cinq probable : Lonzo Ball – Jrue Holiday – Brandon Ingram – Zion Williamson – Derrick Favors

Effectif complet :

Meneur : Lonzo Ball, Josh Gray, Jrue Holiday, Frank Jackson

Arrière : Nickeil Alexander-Walker, Josh Hart, E’Twaun Moore, J.J Reddick, Kenrich Williams

Ailier : Zylan Cheatham, Brandon Ingram, Darius Miller

Ailier-fort : Kavell Bibgy-Williams, Derrick Favors, Nicolo Melli, Zion Williamson

Pivot : Jaxson Hayes, Jahlil Okafor

Ambition
Les Pélicans disposent d’un effectif aussi jeune que talentueux et l’avenir s'annonce prometteur. Mais le présent dans tout ça ? Il sera forcément plus compliqué avec une saison qui devrait être un long apprentissage pour cette jeunesse dorée. On se répète mais la Conférence Ouest est une véritable zone de guerre où figurent la plupart des meilleures équipes de NBA. Il ne faut donc, très probablement, pas s’attendre à voir les Pélicans jouer les playoffs dès cette saison. Cependant, pas de tank à l’horizon.

Alvin Gentry et plus généralement tout le management de la franchise serait bien inspiré d’inculquer déjà des valeurs de combats et de victoires à cette équipe. Une bonne habitude à prendre rapidement. On voit donc bien les Pélicans terminer la saison autour des 35 victoires. Suffisant pour prendre et procurer du plaisir, pas encore assez pour jouer le printemps venu. Pour cette saison en tout cas…

Retour à l'accueil