NCAA : les 15 joueurs africains à suivre cette saison 2019-2020 !

À l'approche de la nouvelle saison universitaire 2019-2020 (Division I) aux États-Unis, notre rédaction vous propose quelques noms des joueurs africains à suivre cette saison dans différentes Conférences. Rappelons que le héros de la saison dernière, est le pivot guinéen de Virginia Mamadi Diakité, champion NCAA en titre. Cette saison, il sera en-tête de notre liste pour sa dernière année universitaire et en raison de sa cote en constante progression pour la prochaine Draft de la NBA. À ses côtés, nous surveillerons de prêt la star nigériane de Louisville Jordan Nwora qui devrait logiquement être drafté haut l'été prochain sans oublier l'angolais Silvio De Sousa de retour chez les Jayhawks de Kansas après la levée de sa suspension par la NCAA. Nous garderons un regard sur le phénomène nigérian de Memphis Precious Achiuwa, la future vedette malienne N'Faly Dante (Oregon), les héros maliens Oumar Ballo (Gonzaga) et Abdoul Karim Coulibaly (Pittsburgh), les nigérians Ochai Agbaji (Kansas Jayhawks), Udoka Azibuike (Kansas Jayhawks), Charles Bassey (WKU), le sénégalais Lamine Diane (CSUN), le Centrafricain Kurt Curry  Wegscheider (Université du Nouveau-Mexique), le RD congolais Patrick Mwamba (Université du Texas-Arlington)

Mamadi Diakité (Guinée Conakry)

Mamadi Diakité (Guinée Conakry)

1. Mamadi Diakité (Virginia Cavaliers) : Vous vous demandez comment l'UVA à remporter son premier titre national de l'histoire ? Alors retenez bien le nom de Mamadi Diakité, le syli qui a sauvé les Cavaliers à la porte du Final Four 2019 suite à un improbable buzzer beater face à Purdue qui restera longtemps graver dans l'histoire. Sans faire beaucoup de bruits lors de ses trois premières années en NCAA, le natif de Guinée Conakry s'est imposé lors de la saison dernière dans le roster du coach Tony Bennett comme un leader charismatique et le patron de la défense de l'UVA. Il a notamment remporté tous ses duels face aux membres du premier tour de la Draft NBA 2019 dont l'américain Zion Williamson et le canadien RJ Barrett, deux anciennes stars de Duke. Après avoir décidé de revenir à Virginia pour une dernière saison universitaire, Mamadi Diakité a participé au camp d'élite de Nike à Los Angeles dans lequel il a encore marqué les esprits. Cette saison, il devra être incontournable des deux côtés du terrain et engrenger plus de points dans la course au premier tour de la draft NBA 2020.

Jordan Nwora (Nigéria)

Jordan Nwora (Nigéria)

2. Jordan Nwora (Louisville Cardinals) : Considéré comme étant l'un des meilleurs joueurs de la Conférence ACC, le fils de l'entraîneur-chef du Nigéria a rendez-vous avec l'histoire. Le natif de Buffalo est à Louisville depuis 2017 et devrait sans surprise mener encore les Cardinals cette saison des deux côtés du terrain (scoring et rebond). Parmi tous les joueurs originaires d'Afrique évoluant en NCAA, il est le seul qui joue en équipe nationale senior du Nigéria au très haut niveau. C'est un leader précoce puisqu'il a débuté les compétitions internationales à l'âge de 19 ans comme un leader offensif des D'Tigers. À 20 ans, il est devenu le leader offensif et défensif de Louisville, et vient de participer à la Coupe du monde FIBA 2019 avec le Nigéria durant laquelle il s'est blessé à une cheville. À 21 ans, Jordan Nwora a de grandes chances d'être drafté l'été prochain et de prendre part dans le même temps aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Il aspire logiquement à être drafté au premier tour de la prochaine Draft NBA.

Silvio De Sousa (Angola)

Silvio De Sousa (Angola)

3. Silvio De Sousa (Kansas Jayhawks) : 2019-2020 sera sans doute la saison de rédemption pour Silvio De Sousa qui compte bien devenir le deuxième angolais de l'histoire à être drafté en NBA après son compatriote Bruno Fernando (Atlanta Hawks). L'intérieur international angolais de 20 ans est à Kansas depuis 2017 et aurait pu être drafté cet été si il ne purgeait pas une sanction de deux saisons complètes d'inéligibilité en NCAA. Aujourd’hui c'est désormais une histoire ancienne puisque la ligue universitaire a enclenché la marche arrière et rend au jeune joueur son éligibilité pour jouer avec Kansas en 2019-20. L’Université de Kansas avait déposé un appel à cette décision, en mai dernier, que le Comité de Réintégration des Athlètes-Etudiants de la NCAA a accepté, le vendredi 24 mai, après une saison blanche en 2018-19. Pourquoi avait-t-il reçu une suspension de 2 saisons ? Uniquement pour le fait que son tuteur légal a reçu des sommes d’argent de la part d’un booster de l’Université de Kansas et d’un employé d’Adidas. “L’athlète-étudiant du programme de basketball de l’Université de Kansas, Silvio De Sousa, doit manquer le reste de la saison 2018-19 et l’ensemble de la saison 2019-20 parce que son tuteur légal a reçu des paiements de la part d’un booster de l’université et a accepté de recevoir des fonds supplémentaires de la part d’un agent.” 

La dernière fois que Silvio de Sousa a foulé les parquets universitaires, Kansas atteignait le Final Four au terme de la saison 2017-18. Il avait participé à 20 matchs cette saison-là, terminés avec une moyenne de 4.0 points, 3.7 rebonds and 0.2 blocks par match. Le jeune homme originaire de l’Angola tient maintenant une opportunité en or de trouver sa rédemption, au même titre que Kansas, qui sort d’une saison décevante. Avec le retour de Silvio De Sousa (éligibilité) et Udoka Azubuike (blessure), les Jayhawks tiennent une vraie chance de retrouver le sommet de la conférence Big 12 et de jouer les premiers rôles sur la scène nationale.

Precious Achiuwa (Nigéria)

Precious Achiuwa (Nigéria)

4. Precious Achiuwa (Memphis) : Attendez vous de voir le jeune phénomène nigérian passé une année seulement en NCAA. Un des meilleurs lycéens des Etats-Unis et membre d'une équipe de Memphis considérée comme étant le grand favori pour le titre national, bref comme le Duke version 2018-2019, Precious Achiuwa est un athlète hors du commun. À 19 ans, le natif de Port Harcourt ne laisse parsonne indifférente et donne déjà des frissons à de nombreux scoots NBA. Sous la commande du coach et ancienne légende NBA Penny Hardaway chez les Tigers de Memphis, Achiuwa est prêt à faire un grand saut en NBA à l'issue de cette saison universitaire. Il est annoncé logiquement au premier tour de la prochaine Draft NBA et devrait intégrer l'effectif du Nigéria pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

N'faly Dante (Mali)

N'faly Dante (Mali)

5. Nfaly Dante (Oregon Ducks) : retenez bien ce nom! Le malien est considéré par ESPN comme étant le meilleur pivot de sa classe avant d'être reclassé il y'a quelques mois. Il est pressenti pour se présenter à la draft NBA à l'issue de sa première saison en NCAA. Doté d'un talent pur et à la fois d'une humilité remarquable, le natif de Bamako qui n'a que 17 ans et devrait très vite s'imposer dans l'effectif des Ducks de l'Oregon après le départ du phénomène soudanais Bol Bol (Denver Nuggets). À l'approche de cette saison, N'faly Dante est très attendu par tous les observateurs et devrait sans surprise briller dès sa première année universitaire. Au vue de son immense potentiel et de son comportement en dehors des parquets, sa destination finale semble déjà écrite : la NBA. 

Oumar Ballo (Mali)

Oumar Ballo (Mali)

6. Oumar Ballo (Gonzaga Bulldogs) : impossible de parler de la montée en puissance du basketball malien sans évoquer Oumar Ballo, un des meilleurs pivots de sa génération sur le plan mondial excusez du peu ! Du haut de ses 2.08 m et de ses 111kg, Ballo est le LeBron James africain du point de vue physique. Il n'a rien à envier à Zion Williamson et devrait rapidement progresser au tir pour représenter un véritable danger des deux extrémités du terrain. Joueur dominant (scoring et rebond), Ballo est l'incarnation du renouveau du basketball malien à la fois par son talent pur et sa formation depuis Bamako. Passé par les équipes de catégorie jeune (U16, U17, U19) au niveau africain et mondial, Oumar Ballo a pratiquement tout gagner avec le Mali dont une médaille d'argent au championnat du monde FIBA U19 à Héraklion en Grèce. Après avoir dominé les compétitions de jeunes de FIBA, Ballo va s'attaquer à la NCAA et il est déjà très attendu. Ne ratez aucun match des Bulldogs cette saison 2019-20 si vous ne voulez pas passer à côté des performances en double-double de Ballo.

Abdoul Karim Coulibaly (Mali)

Abdoul Karim Coulibaly (Mali)

7. Abdoul Karim Coulibaly (Pittsburgh) : membre du cinq majeur de la belle génération malienne des U16 à U19, Coulibaly va entamer sa première année universitaire à Pittsburgh. À 18 ans, le natif de Bamako est passé par le Scotland Performance Institute à Chambersburg en Pennsylvanie avant de choisir l'université de Pittsburgh. Avec le Mali, Coulibaly a remporté la médaille d'argent au championnat du monde FIBA U19 à Héraklion en Grèce après avoir fait tomber plusieurs grandes nations de basketball dont le Canada et la France en demi-finale. Capable d'évoluer à la fois comme ailier-fort et pivot, Coulibaly est réputé d'être un joueur très physique avec un QI Basket élevé. Comme ses compatriotes, le joueur Malien a tout pour réaliser une excellente carrière universitaire qui devrait lui ouvrir les portes de la grande ligue Nord-américaine. 

Ochai Agbaji (Nigéria)

Ochai Agbaji (Nigéria)

8. Ochai Agbaji (Kansas Jayhawks) : Pour sa deuxième année universitaire avec les Jayhawks, l'arrière nigérian Ochai Agbaji devrait devenir un leader aux côtés de Udoka Azibuike et Silvio de Sousa avant de se présenter à la Draft NBA 2019. Tout comme Jordan Nwora et Mamadi Diakité,  Ochai Agbaji est déjà annoncé dans le Top 20 de la prochaine Draft NBA. La saison dernière, il tournait en moyenne de 8.5 points et 4.6 rebonds par match pour sa saison de freshman. Cette saison, il devrait avoir un rôle beaucoup plus important à seulement 19 ans. Joueur super athlétique et doté d'un tir fiable à trois-points, Ochai Agbaji peut jouer deux positions : 1 et 2. On ne peut pas parler des Jayhawks de Kansas cette saison sans évoquer Ochai Agbaji qui sera l'un des joueurs à suivre de près par les Scouts NBA. Agbaji a été convoqué en équipe nationale du Nigéria pour la première fois cet été par le coach Alex Nwora. 

Udoka Azibuike (Nigéria)

Udoka Azibuike (Nigéria)

9. Udoka Azibuike (Kansas Jayhawks) : Du haut de ses 2.13 m, Udoka Azibuike est à Kansas depuis 2016 en provenance de Potter's House Christian Academy (Jacksonville, Florida). Il aurait pu être déjà en NBA si sa carrière universitaire n'avait pas été perturbée par de nombreuses blessures. À 19 ans, le natif de Lagos espère enfin réaliser une saison complète sans blessure dans l'espoir de convaincre une des 32 franchises NBA. Le talent du joueur ne souffre d'aucune contestation puisqu'il a été considéré comme l'un des meilleurs lycéens des États-Unis mais le seul point noir est sa capacité à enchaîner les matchs sans blessure. Si il parvient à rester en bonne santé toute la saison, nul ne fait aucun doute que Azibuike sera drafté l'été prochain. En tout cas, c'est tout ce que l'on lui souhaite. 

Charles Bassey (Nigéria)

Charles Bassey (Nigéria)

10. Charles Bassey ( Western Kentucky University) : Considéré comme étant l'un des meilleurs joueurs de sa génération aux états-unis, Charles Bassey a toujours été l'une des têtes d'affiche en NCAA depuis sa première année universitaire à Louisville avant de rejoindre les Hilltoppers de WKU. À seulement 18 ans pour 2.11 m, Charles Bassey a dominé la Conférence USA en remportant pas moins de trois distinctions individuelles. Malgré une bonne Côte, il a décidé de se retirer de la Draft NBA 2019 pour retourner à WKU. Leader incontestable des Hilltoppers, Bassey n'aura aucun mal à dominer la Conférence USA pour la seconde année de suite et devra être drafté l'été prochain très probablement. 

Lamine Diane (Sénégal)

Lamine Diane (Sénégal)

11. Lamine Diane (CSUN) : l'ailier sénégalais va entamer sa deuxième année universitaire en novembre après une saison blanche en 2017-2018. Il est entré dans l'histoire en devenant le premier joueur à remporter les titres de joueur de l'année du Big West, Newcomer de l'année et freshman de l'année au cours de la même saison. En plus de ces trois distinctions individuelles, Diane a été élu dans le All-Big West First Team la saison dernière. Auteur d'une saison 2018-19 mémorable, sans doute mieux que les anciennes vedettes de Duke, Zion Williamson et RJ Barrett, le natif de Dakar est le premier joueur de l'histoire a avoir été récompensé avec trois titres dans la Conférence Big West lors des 50 dernières années. Leader incontesté de Cal State Northridge pour sa toute première année universitaire (2018-2019), Lamine Diane affichait une excellente moyenne par match de 24.8 points, 11.1 rebonds et 2.1 contres. Pour sa deuxième année, Diane espère confirmer afin d'augmenter ses chances en vue de la prochaine Draft NBA.

Kurt Curry Wegscheider (République Centrafricaine)

Kurt Curry Wegscheider (République Centrafricaine)

12. Kurt Axel Wegscheider (Université du Nouveau-Mexique) : après un excellent parcours qui a débuté dans le championnat de Bangui en République Centrafricaine, en passant par la NBA Africa Academy, le Freshman Kurt Curry Wegscheider se prépare à disputer sa toute première saison en NCAA avec les Lobos du Nouveau-Mexique. Considéré comme étant un des meilleurs jeunes de sa promotion à l'académie de la NBA en Afrique, le double MVP de Without Borders Africa Camp est très attendu. Coaché par Paul Weir, Wegscheider sait qu'il devra travailler très dur pour se faire une place dans le cinq majeur des Lobos dès l'ouverture de la saison en novembre. Les Lobos ouvrent leur saison le 6 novembre dans un derby contre l'Estern New Mexico à la Dreamstyle Arena. Depuis le légendaire Romain Sato qui a marqué la NCAA avec les Xavier Musketeers entre 2000-2004, jamais un Centrafricain n'a été aussi attendu à ce niveau de compétition. Wegscheider est notamment le seul Centrafricain en division I de la NCAA et sera naturellement très suivi. À 18 ans, il va tenter de se faire un nom chez les Lobos dans les quatre prochaines années dans l'espoir de convaincre les Scouts NBA pour ainsi devenir le troisième joueur Centrafricain de l'histoire à être drafté en NBA après les légendaires Anicet Lavodrama (LA. Clippers) et Romain Sato (San Antonio Spurs).

Patrick Mwamba (République Démocratique du Congo)

Patrick Mwamba (République Démocratique du Congo)

13. Patrick Mwamba (Université du Texas-Arlington) : arrivé dans le Texas l'été 2018, l'ancien pensionnaire de la NBA Africa Academy a passé une première année difficile avec l'UTA en raison d'une blessure et d'un rôle limité dans l'effectif. Cette saison, on s'attend à voir un excellent Patrick Mwamba complètement métamorphosé physiquement. En effet, le jeune intérieur congolais a beaucoup travaillé durant l'été afin de montrer un meilleur visage cette saison et surtout avoir un rôle à la hauteur de son talent. Après une année d'adaptation dans le Texas, le natif de Bukavu sait qu'il n'a plus droit à l'erreur et devra évoluer à son meilleur niveau afin gagner la confiance de son entraîneur-chef. Mwamba n'a qu'un seul objectif en en tête : devenir un joueur NBA et pour cela, il doit se mettre au niveau de la concurrence dès l'ouverture de cette saison universitaire 2019-2020.

Cheikh Mbacke Diong (Sénégal)

Cheikh Mbacke Diong (Sénégal)

14. Cheickna Dembele (UNLV Rebels) - Mali

15. Cheikh Mbacke Diong (UNLV Rebels) - Sénégal 

Tout au long de la saison NCAA 2019-2020, je vous présenterai de nombreux joueurs africains dont on a pas parlé ici, certains sont des bi-nationaux comme Ayo Dosunmu (Illinois) et James Akinjo (Georgetown) pour ne citer que ceux-là...

Cyrille Ngario, directeur de publication de News Basket Beafrika 

Bien que les saisons NBA et NCAA n’aient même pas débuté, les mock draft ne chôment pas. On jette un oeil à la mock draft dressée par un site spécialisé dans ce domaine, Tankathon.  À 9 mois de la Draft 2020, cette mock draft est évidemment à prendre avec des pincettes. Ce n’est pas une science exacte, il ne s’agit que de simples spéculations. Beaucoup de choses peuvent évoluer au cours de la saison et donc modifier l’ordre de la Draft – c’est même une certitude.  Des blessures, des joueurs inattendus qui performent ou inversement, des joueurs attendus qui déçoivent, de nombreux éléments sont imprévisibles. Surtout, il est difficile d’être sûr de quoi que ce soit tant que l’on ne connait pas l’ordre de la loterie, qui peut réserver des surprises.
Bien que les saisons NBA et NCAA n’aient même pas débuté, les mock draft ne chôment pas. On jette un oeil à la mock draft dressée par un site spécialisé dans ce domaine, Tankathon.  À 9 mois de la Draft 2020, cette mock draft est évidemment à prendre avec des pincettes. Ce n’est pas une science exacte, il ne s’agit que de simples spéculations. Beaucoup de choses peuvent évoluer au cours de la saison et donc modifier l’ordre de la Draft – c’est même une certitude.  Des blessures, des joueurs inattendus qui performent ou inversement, des joueurs attendus qui déçoivent, de nombreux éléments sont imprévisibles. Surtout, il est difficile d’être sûr de quoi que ce soit tant que l’on ne connait pas l’ordre de la loterie, qui peut réserver des surprises.

Bien que les saisons NBA et NCAA n’aient même pas débuté, les mock draft ne chôment pas. On jette un oeil à la mock draft dressée par un site spécialisé dans ce domaine, Tankathon. À 9 mois de la Draft 2020, cette mock draft est évidemment à prendre avec des pincettes. Ce n’est pas une science exacte, il ne s’agit que de simples spéculations. Beaucoup de choses peuvent évoluer au cours de la saison et donc modifier l’ordre de la Draft – c’est même une certitude. Des blessures, des joueurs inattendus qui performent ou inversement, des joueurs attendus qui déçoivent, de nombreux éléments sont imprévisibles. Surtout, il est difficile d’être sûr de quoi que ce soit tant que l’on ne connait pas l’ordre de la loterie, qui peut réserver des surprises.

Retour à l'accueil