Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)

Arrivée en Chine avec un fragile statut de favorite, la sélection américaine, privée de ses stars, a failli s'incliner dès son deuxième match face à la Turquie (93-92 a.p.), mardi à Shanghai.
 
Voilà où en sont réduits les Américains, doubles tenants du titre mondial mais privés cette année de leurs meilleurs joueurs : ils doivent compter sur de grosses erreurs adverses pour s'en sortir. Par miracle, cela a eu lieu ce mardi lors de leur deuxième match, attendu comme leur plus difficile au premier tour. Les Turcs ont signé un 0/4 aux lancers-francs dans les dix dernières secondes de la prolongation alors qu'ils menaient d'un point (91-92), ce qui a permis aux Américains d'arracher la victoire grâce à l'ailier Khris Middleton, un des deux seuls All-Stars américains qui a accepté de se rendre en Chine. Lui n'a pas craqué sur la ligne après avoir été fauché en contre-attaque (93-92).

Le scénario avait déjà été le même même à la fin du temps réglementaire, ou presque. Alors que les Turcs comptaient deux points d'avance (79-81), le joueur de Cleveland Cedi Osman - l'un des deux qui ratera des lancers décisifs ensuite avec Dogus Balbay - a fait faute (évidente) sur Jayson Tatum à la dernière seconde. Globalement maladroit (11 points à 3/11), l'ailier de Boston a eu le droit à trois lancers mais n'en a réussi que deux, envoyant en prolongation un match que les Etats-Unis, qui avaient réussi une entame de tournoi correcte face aux Tchèques (88-67), avaient pourtant pris par le bon bout puisqu'ils menaient de 15 points après un quart d'heure de jeu (41-26).

On a alors vu l'autre facette de cette sélection bis que Gregg Popovich n'a guère eu le temps de façonner à son image, rigoureuse et collective, puisque moins de trois minutes plus tard, après sept tirs ratés de suite par six Américains différents, la Turquie avait recollé à une possession (41-38). Prélude à une seconde mi-temps serrée où malgré un Myles Turner batailleur (11 points, 9 rebonds), les Etats-Unis ont été dominés à l'intérieur par un Ersan Ilyasova (23 points, 14 rebonds) qu'ils connaissent par coeur. Ça n'empêchera pas Kemba Walker (14 points, 6 rebonds, 7 passes) et ses coéquipiers d'être au deuxième tour à Shenzhen, leur billet étant composté avec ce succès, mais pour la suite, le suspense n'en est qu'accru

Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Groupe E : la Turquie rate quatre lancers-francs en 10 secondes pour faire tomber les États-Unis (93-92 a.p)
Retour à l'accueil