Argentine vs Espagne : une finale au parfum de la Liga Endesa

BEIJING (China) - La Coupe du Monde FIBA 2019 est sur le point de trouver son épilogue, avec une superbe affiche Espagne vs Argentine en finale. L'Espagne fait son retour à ce stade de la compétition après 13 années d'absence, l'Argentine après 17. Argentine-Espagne, c'est aussi une affiche au parfum de la Liga Endesa. Les joueurs des deux équipes proviennent quasiment tous de la Liga Endesa où certains y ont joué en début de carrière. De Marc Gasol en passant par Ricky Rubio, Rudy Fernandez, Sergio Llull, bref, tous les joueurs de la Roja viennent de la Liga Endesa. L'Argentine n'est pas en reste, puisque Luis Scola, Facu Campazzo, Gabriel Deck, Nicolas Brussino, Patricio Garino et Nicolas Laprovittola pour ne citer  que ceux-là..ont tous joué dans la Liga Endesa. 

Les deux nations connaissent la sensation que procure le gain du tournoi. L'Argentine a en effet remporté l'édition inaugurale en 1950, tandis que l'Espagne en a fait de même en 2006 au Japon.

L'Espagne a franchi tous les obstacles à Guangzhou, Wuhan et Shanghai pour se retrouver à Beijing. Le chemin de l'Argentine est passé par Wuhan, Foshan et Dongguan, et elle est prête à faire un pas de plus qu'en 2002, lorsqu'elle s'était inclinée en finale contre la Yougoslavie à Indianapolis, après une prolongation.

Espagne : Le dicton dit que l'attaque gagne des matchs, mais que c'est la défense qui fait gagner des titres. Il s'applique parfaitement à la sélection espagnole engagée cette année en Chine, qui a maintenu ses adversaires à une moyenne de 69.2 points marqués par match, prenant également en considération les 88 points encaissés contre l'Australie au terme de 50 minutes de jeu. Sergio Scariolo et son staff ont réalisé un formidable travail défensif tout au long de cette compétition. En comparaison, l'Espagne n'avait accordé que 66.5 points à ses adversaires lors de la consécration mondiale en 2006.

Argentine : L'Espagne et l'Argentine abordent cette finale invaincues. L'Argentine a successivement battu la Corée, le Nigeria, la Russie, le Venezuela, la Pologne, la Serbie et la France. Luis Scola est fidèle à lui-même en dépit de ses 39 ans et l'équipe est maître dans la circulation du ballon, avec des joueurs comme Facundo Campazzo et Nicolas Laprovittola en chefs d'orchestre. Ce jeu d'attaque collectif sera capital face à la défense espagnole durant les 40 (voire plus) dernières minutes de basket en Chine cet été.

Le duel : Facundo Campazzo vs Ricky Rubio. Campazzo est la clé du succès offensif de l'Argentine, avec 13.6 points et 7.7 assists en 28.9 minutes de moyenne par match. Il verra certainement défiler les défenseurs face à lui. S'il est capable de créer, l'Argentine passera un bon moment sur le terrain. Rubio a été le cerveau de l'Espagne jusqu'à présent. Ses moyennes de 15.9 points et 6.4 assists en 26.8 minutes de jeu prouvent qu'il joue en ce moment son meilleur basket. Il a pris une moyenne de 4.1 trois points par match en Chine, avec un taux de réussite de 37.9 %.

La clé : La familiarité. Huit Argentins évoluent actuellement en ACB espagnole, et vous pouvez y ajouter Luis Scola, puisqu'il a passé neuf saisons en Espagne. Ceci signifie aussi que les Espagnols connaissent bien leurs adversaires. Cette confrontation ne devrait pas réserver beaucoup de surprises à ses protagonistes.

Le chiffre : Ce sera à nouveau l'attaque contre la défense. L'Espagne n'accorde que 66.9 points par match (si on ne tient pas compte de la rencontre face à l'Australie), tandis que l'Argentine inscrit une moyenne de 87.6 points par match en Chine. Celle des deux équipes qui impactera le plus la moyenne de l'autre soulèvera le 'Naismith Trophy' dimanche.

Ils ont dit : (Sur la signification d'un titre mondial après le titre NBA) "Parlons-en dimanche soir. Je ne veux pas perdre de temps à penser à cela. On en rediscute après la finale. Nous devons rassembler nos forces, prêter attention aux détails, car l'Argentine va jouer un match solide. Les Argentins ont beaucoup d'expérience, ils sont grands, ils jouent avec énormément de cœur. Ils sont très talentueux. Après (la finale), quand le match sera fini, la vie reprendra de toute façon son cours normal. Nous verrons bien." - Marc Gasol, intérieur de l'Espagne

(Qu'est-ce qui fait que l'Espagne est si forte depuis aussi longtemps ?) "Je pense que c'est le résultat de plusieurs facteurs. Gagner nourrit la capacité de gagner. Plus vous remportez des quarts de finale, des demi-finales et des finales, plus vous devenez capables de les gérer, d'appliquer les consignes, de savoir quand on doit être solide ou quand on peut se relâcher, de gagner. Certains de nos joueurs ont disputé de nombreux matchs serrés comme celui-ci, et ils sont des grands leaders de notre équipe, en particulier pour les jeunes et talentueux joueurs qui sont en plein apprentissage. C'est ainsi que nous anticipons le futur. Ces gars prendront leur retraite tôt au tard - le plus tard possible. Mais j'espère que les leçons de la vie qu'ils donnent à leurs coéquipiers aideront notre basket à continuer à être compétitif, même quand nos joueurs les plus talentueux choisiront de mettre un terme à leurs carrières." - Sergio Scariolo, coach de l'Espagne

"Nous avons si souvent affronté l'Espagne, et les Espagnols respectent tellement le basket argentin. Nous les respectons aussi. Je ne sais pas ce que le monde entier pense de cette finale Espagne vs Argentine, mais je suis convaincu que ce sera un fantastique match, avec beaucoup d'émotion. Peut-être que ce ne sera pas un match plaisant à regarder, comme souvent les finales, mais il sera pour sûr très intense. Je respecte énormément Sergio Scariolo, c'est presque un ami, l'un des meilleurs coachs du monde, je me réjouis donc de me retrouver face à lui." - Sergio Hernandez, coach de l'Argentine

"Nous n'avons pas encore saisi toute l'envergure de ce que nous avons réalisé, avec cette place en finale. Et c'est peut-être mieux de ne pas trop y penser, pour jouer plus librement. Bien sûr, nous sommes très contents d'affronter l'Espagne et heureux d'en être arrivés là. Comme Sergio l'a dit, ils nous connaissent bien, nous les connaissons bien, ce sera un match difficile. Mais c'est une finale de Coupe du Monde que nous sommes impatients de disputer." - Facundo Campazzo, meneur de l'Argentine

Retour à l'accueil