Nicolas Batum (France) : « Beaucoup d'équipes ont les moyens de décrocher une médaille »

PAU (France) - Pour réussir à faire aussi bien que lors de la Coupe  du Monde FIBA 2014 en Espagne, lorsque les hommes de Vincent Collet avaient créé un peu la surprise en montant sur la troisième marche du podium, il n'y a pas de secret.

Nicolas Batum, leader des Bleus qui avaient renversé les hôtes en quarts de finale à Madrid avant d'arracher le 3e rang final, dit que la clé résidera dans la capacité des Français à enrayer les systèmes offensifs de leurs adversaires en Chine, faute de quoi leur séjour en Extrême-Orient risque d'être court.

"Nous devons retrouver notre efficacité défensive, quelque chose qui nous a manqué au cours des deux dernières compétitions," lance Batum. "Durant nos meilleures années, c'est là que nous allions puiser notre force. C'est principalement grâce à elle que nous avons gagné des médailles et un titre (FIBA EuroBasket 2013). Le coach (Vincent) Collet en parle souvent, et il a raison.

"Nous avons beaucoup travaillé cet aspect de notre jeu depuis le début de la préparation, tout le monde est très impliqué. Ce qui est bien aussi, et c'est un énorme avantage, c'est que Rudy Gobert est de retour avec nous. Il était là en 2014 et sa présence sous les paniers est une excellente chose pour nous. En 2014, nous étions parvenus à être solides défensivement et c'est la raison principale pour laquelle nous sommes allés aussi loin dans le tournoi."

Pour la plupart des obsevateurs, Gobert est le défenseur le meilleur et le plus impressionnant de la NBA, où il évolue au sein des Utah Jazz. En 2014, il commençait à peine à se faire un nom.

"NOUS SOMMES AMBITIEUX, MAIS IL EST IMPORTANT DE PASSER LES ÉTAPES LES UNES APRÈS LES AUTRES. CE SERA UNE COMPÉTITION TRÈS LONGUE ET TRÈS INTENSE."
- Batum

Batum, Gobert et la France devront d'emblée pratiquer leur meilleur basket, car chaque victoire sera cruciale dans l'optique des quarts de finale. Au premier tour, la France sera opposée à la République dominicaine, à l'Allemagne et à la Jordanie, pour le compte du Groupe G. Si elle finit à l'une des deux premières places du groupe, elle avancera au second tour, dans le Groupe L, où elle retrouvera les deux meilleures nations du Groupe H, composé de l'Australie, de la Lituanie, du Canada et du Sénégal.

"Ce groupe (au premier tour) est assez ouvert, il est très compétitif," note Batum. "Nous savons que dans une Coupe du Monde, toutes les équipes essaient de gagner et d'aller loin. Chaque pays présent en Chine a mérité sa place, a remporté des matchs pour y arriver. Donc aucun d'entre eux ne se rendra au tournoi mondial avec en tête l'idée de juste disputer trois matchs et de rentrer.

"Ce n'est l'objectif d'aucune équipe. Par exemple, je ne connaissais pas grand-chose de la Jordanie, alors j'ai commencé à regarder quelques matchs et à étudier son jeu. Elle joue bien, vite, et elle aime tirer. Elle a le potentiel pour gêner ses adversaires et leur compliquer la vie.

"Les Jordaniens jouent avec beaucoup de passion. Même la République dominicaine, en dépit des absences de (Al) Horford et (Karl) Towns, a réussi à se qualifier durant les Éliminatoires Zone Amériques. L'Allemagne nous a battus en 2017, alors nous aimerions bien prendre notre revanche au premier tour."

Selon Batum, il y a de nombreux pays qui peuvent raisonnablement viser une place sur le podium.

"Oui, la lutte pour les trois premières places sera incroyable," indique-t-il. "Beaucoup d'équipes ont les moyens de décrocher une médaille, cela va être très intense, très dur pour chaque sélection nationale de monter sur le podium. Mais elles vont toutes se battre pour y parvenir, pour repartir avec une médaille autour du cou. Et la nôtre aussi.

"Ça me plaît vraiment de voir à quel point le niveau du basket international a progressé. Le tournoi en Chine va être très intense. Les joueurs vont tout faire pour amener de la fierté à leur fans et aider leurs équipes à gagner. Le public va assister à un formidable spectacle et à une fantastique compétition."

Batum estime aussi que l'Afrique pourra reléguer au passé ses difficultés en Coupe du Monde et bien réussir.

"Les équipes qui se sont qualifiées pour la compétition de cette année ont beaucoup de talent, ce serait génial d'avoir une ou deux d'entre elles qui participent à la phase à élimination directe," dit-il. "Ce serait tellement merveilleux pour le basket africain. Le Sénégal se trouve dans un groupe très difficile, mais les équipes africaines peuvent réaliser de grandes choses et avancer au tour suivant. Le développement, la progression du basket en Afrique se déroulent très bien. De belles performances des sélections nationales africaines cet été seraient la confirmation de cette tendance."

Même si l'objectif est une place sur le podium, la France veut au moins rester dans la course aux JO.

"C'est notre objectif principal, oui," déclare Batum. "La première étape est de nous qualifier pour les JO et après, de voir jusqu'où nous pouvons aller dans la compétition. Nous verrons sur place, match après match. Nous pourrons mieux nous rendre compte de nos possibilités. Nous sommes ambitieux, mais il est important de passer les étapes les unes après les autres. Ce sera une compétition très longue et très intense, les candidats aux médailles sont nombreux."

Nicolas Batum (France) : « Beaucoup d'équipes ont les moyens de décrocher une médaille »

Selon Batum, il y a de nombreux pays qui peuvent raisonnablement viser une place sur le podium.

"Oui, la lutte pour les trois premières places sera incroyable," indique-t-il. "Beaucoup d'équipes ont les moyens de décrocher une médaille, cela va être très intense, très dur pour chaque sélection nationale de monter sur le podium. Mais elles vont toutes se battre pour y parvenir, pour repartir avec une médaille autour du cou. Et la nôtre aussi.

"Ça me plaît vraiment de voir à quel point le niveau du basket international a progressé. Le tournoi en Chine va être très intense. Les joueurs vont tout faire pour amener de la fierté à leur fans et aider leurs équipes à gagner. Le public va assister à un formidable spectacle et à une fantastique compétition."

Batum estime aussi que l'Afrique pourra reléguer au passé ses difficultés en Coupe du Monde et bien réussir.

"Les équipes qui se sont qualifiées pour la compétition de cette année ont beaucoup de talent, ce serait génial d'avoir une ou deux d'entre elles qui participent à la phase à élimination directe," dit-il. "Ce serait tellement merveilleux pour le basket africain. Le Sénégal se trouve dans un groupe très difficile, mais les équipes africaines peuvent réaliser de grandes choses et avancer au tour suivant. Le développement, la progression du basket en Afrique se déroulent très bien. De belles performances des sélections nationales africaines cet été seraient la confirmation de cette tendance."

Même si l'objectif est une place sur le podium, la France veut au moins rester dans la course aux JO.

"C'est notre objectif principal, oui," déclare Batum. "La première étape est de nous qualifier pour les JO et après, de voir jusqu'où nous pouvons aller dans la compétition. Nous verrons sur place, match après match. Nous pourrons mieux nous rendre compte de nos possibilités. Nous sommes ambitieux, mais il est important de passer les étapes les unes après les autres. Ce sera une compétition très longue et très intense, les candidats aux médailles sont nombreux."

Nicolas Batum (France) : « Beaucoup d'équipes ont les moyens de décrocher une médaille »
Retour à l'accueil