Natosha Cummings-Price, entraîneure-chef américaine des Lionnes indomptables

Natosha Cummings-Price, entraîneure-chef américaine des Lionnes indomptables

DAKAR - SÉNÉGAL : Natosha Cummings-Price respire la confiance et le sérieux sans faille d'une dame très occupée, gribouillant rapidement les notes de son livre tout en surveillant la séance d'entraînement en équipe.

Beaucoup autour d'elle ne savent pas encore qu'elle est l'entraîneure en chef de l'équipe nationale féminine de basket-ball du Cameroun qui participe au FIBA ​​Women's AfroBasket 2019 en cours, à Dakar, la capitale sénégalaise.

Elle porte un maillot de couleur verte sur lequel est écrit Cameroun, tandis que deux messieurs de chaque côté du parquet sont habillés de la version rouge du même maillot, faisant passer les dames à travers les jeux.

Ces messieurs sont le Camerounais Hamed Njoya et l’Italien Stefano Bizzozi, qui sont eux-mêmes d’anciens entraîneurs des Lionnes et qui sont actuellement ses assistants. Le Cameroun est à l’arène du Dakar pour se faire une idée du terrain avant le début du tournoi.

Un homme cherchant des informations sur le Cameroun lui demande son aide et lui demande de le diriger vers l’entraîneur principal. Elle dit: "Ce serait moi."

Sa mâchoire tombe et il acquiesce de cette révélation plutôt choquante. En effet, son sourire sincère trahit son choc et raconte en même temps le plus grand respect pour cette femme qui réécrit l'histoire lors de cette compétition continentale dans sa 26e édition.

C’est là et bien d’autres encore des problèmes auxquels les entraîneures doivent faire face dans le monde du sport: on ne s'attend pas à ce que les femmes occupent des postes importants dans le coaching staff, encore moins dans une équipe de basketball.

"C'EST UN VRAI HONNEUR POUR MOI D'ÊTRE CAPABLE DE VENIR DANS UN AUTRE PAYS ET D'ENSEIGNER LE JEU DE BASKETBALL DU POINT DE VUE D'UNE FEMME. LE BASKETBALL EST UN LANGAGE UNIVERSEL QU'IL SOIT ENSEIGNÉ PAR UN HOMME OU UNE FEMME."
- Prix Cummings

Quand elle a fait son entrée sur le terrain dimanche après que le Cameroun ait battu la Tunisie lors de son premier match lors du tournoi, son nom a été retenu en tant que première femme à être entraîneur-chef lors de la première compétition de basketball féminin en Afrique.

Cet exploit en soi intervient à un moment où plusieurs entraîneures américaines franchissent les barrières et qu’elles peuvent elles aussi relever des défis dans ce qui a longtemps été considéré comme une zone interdite aux femmes.

Dans une interview exclusive avec FIBA.basketball, Cummings-Price a déclaré: "Le ciel est la limite de ce que nous sommes capables de faire et de ce que nous pouvons faire, surtout lorsque nous avons la possibilité de montrer aux femmes africaines, aux femmes d'autres pays. Les femmes de mon pays considèrent que nous sommes tout aussi de bons entraîneurs que les hommes. Mon objectif est d'essayer de mener le Cameroun au titre de champion. Je ne suis pas ici pour m'amuser. Je suis ici pour tout gagner. "

Face à ses supporters à Yaoundé en 2015, le Cameroun a terminé deuxième, s'inclinant face au Sénégal 81 à 66 dans un match très serré, sans se soucier de la différence de 15 points à la fin. Ce fut leur meilleure performance depuis leurs débuts en 1984 au Sénégal, où elles ont remporté la médaille de bronze.

De retour sur la côte ouest en 2019, le Cameroun se retrouve en dehors des prétendants au titre, si sa performance en 2017, terminant huitième au Mali, laisse à désirer. Les Lionnes indomptables ne sont pas le Nigéria, les championnes en titre, ni le Sénégal, le pays hôte onze fois vainqueurs de cet événement prestigieux.

Néanmoins, Cummings-Price ne minimise pas ses propos et insiste sur le fait que le Cameroun est là pour remporter le titre et pas seulement pour participer au concours.

Natosha Cummings-Price (Cameroun) : « Je suis ici pour tout gagner »

À plus d'un titre, il s'agit d'une nouvelle étape pour créer une nouvelle culture de résilience au sein d'une jeune équipe dans laquelle la puissante joueuse expérimentée Amina Njonkou, 31 ans, peut apprendre.

Solange Ebondji et Sandrine Ayangma, qui ont 32 ans, font également beaucoup pour offrir un coussin de confort et une pression positive constante aux jeunes.

Cette transition et ce leadership d’exemple des anciennes combattantes aux jeunes comme Cinthia Mbakop et Paola Nyinkeu, toutes deux âgées de 22 ans, est un ajustement qui fait sourire et réchauffe le cœur de Cummings-Price. Elle ne le cache pas.

Marie Ange Mfoula est à mi-chemin de la courbe d'âge de l'équipe. Elle a joué un rôle clé dans leur qualification à l'AfroBasket féminin. Digne du Cameroun qui reconnaît le français et l’anglais comme langues officielles.

Natosha Cummings-Price (Cameroun) : « Je suis ici pour tout gagner »

Cummings-Price accorde une si grande attention aux détails qu'elle s'est fait un devoir d'intégrer l'ancienne capitaine camerounaise Priscilla Mbiandja à ses côtés dans le rôle de Team Manager, alors qu'elle continue de la guider et de la préparer à être son assistante dans un futur proche. 

"C’est très important pour moi d’autonomiser plus de femmes et c’est un honneur pour moi car j’ai le sentiment de représenter les femmes du monde et c’est une opportunité pour toutes les femmes que nous pouvons non seulement jouer sur le terrain d'une bonne manière et aussi en tant qu’entraîneur ou administrateur de basketball ", explique Cummings-Price.

"Priscilla a joué dans cette équipe et a pris sa retraite l’année dernière. Elle les comprend donc beaucoup et cela m’aide à mieux les connaître. J’étais avec l’équipe lors des qualifications de la FIBA ​​Africa Zone 4 en avril-mai et je peux donc dire que je les connais beaucoup plus. "

Cummings-Price est toutefois consciente qu'il est très important de reconnaître les hommes qui ont joué un rôle très important dans sa carrière d'entraîneure.

L’entraîneur-chef de la sélection masculine du Nigéria, Alexander Nwora, est également responsable du Erie Community College aux États-Unis, où elle est l’assistante de l’équipe masculine et l’entraîneur-chef de l’équipe féminine.

Cummings-Price est l'assistante d'Alex Nwora sur le banc de l'équipe masculine du Erie Community College à Buffalo (New York)

Cummings-Price est l'assistante d'Alex Nwora sur le banc de l'équipe masculine du Erie Community College à Buffalo (New York)

Le président de la Fédération camerounaise de basketball, Samuel Nduku, qui a été l’un des principaux décideurs à faire entrer Cummings-Price dans ce rôle spécifique, ne craint pas de se rendre compte qu’il fait partie de l’histoire. Il dit: "Les femmes aussi peuvent entraîner le basketball comme les hommes."

Elle dit: "Merci de croire et de faire confiance à une femme pour cette opportunité. J'espère ne pas les laisser tomber, espérer et croire que la décision qu'ils ont pris est la meilleure décision pour le programme. Je comprends le risque qu'ils ont pris de me choisir en tant qu’entraîneure, surtout si c’est quelque chose qui n’a pas été fait à ce niveau en Afrique. "

"Le fait de savoir que quelqu'un croirait en moi et me donnerait cette opportunité est vraiment un honneur. En tant que femmes, nous nous efforçons de rechercher ces opportunités et les opportunités ne nous sont pas toujours fournies, car nous sommes des femmes, en particulier des femmes de couleur, c'est encore plus difficile d'obtenir une équipe pour entraîner le basketball ".

"C’est un véritable honneur pour moi de pouvoir venir dans un autre pays et d’enseigner le basket-ball du point de vue d’une femme. Le basket-ball est une langue universelle, qu’il soit enseigné par un homme ou une femme."

Pour Cummings-Price, il s'agit d'une continuation d'une lutte séculaire pour éclairer de plus en plus le nombre croissant d'entraîneures de basketball dans le monde et plus encore aux États-Unis où Becky Hammon, Kara Lawson et Jenny Boucek, assistantes les entraîneurs de la NBA pour les San Antonio Spurs, les Boston Celtics et les Mavericks de Dallas dans cet ordre font tomber les barrières et prennent leur place.

"Nous ne sommes pas perçues comme ayant une compréhension cognitive du jeu au niveau de l'homme, mais lorsque l'occasion nous en est donnée, nous pouvons montrer que nous sommes tout aussi compétentes dans le football au basket que les entraîneurs masculins "

"Certains des meilleurs entraîneurs masculins des États-Unis, ainsi que certaines des meilleures entraîneures telles que Vivian Stringer et Bob Knight, m'ont enseigné parce que je suis allé à certains de leurs ateliers."

Natosha Cummings-Price (Cameroun) : « Je suis ici pour tout gagner »

Sans le savoir, Cummings-Price est déjà célébré par d'autres entraîneures dans le rôle d'entraîneure adjointe du tournoi. Elles sont complètement ravis.

La légende du Mozambique, Deolinda Ngulela, qui a depuis pris sa retraite du basketball professionnel, est actuellement entraîneure adjointe dans ce rôle pour la deuxième fois consécutive à l'AfroBasket FIBA ​​Women's.

Ngulela a confié à FIBA.basketball: "J'ai même des frissons quand je pense à elle du côté du terrain. C'est vraiment une inspiration pour nous toutes qu'il est possible pour une femme d'être l'entraîneure en chef d'une équipe. "

Elle n'est pas seule. Elle partage ses réflexions avec la Nigériane Ndidi Madu, qui a pris sa retraite l’année dernière et est devenue entraîneure aux États-Unis. Elle est actuellement entraîneure adjointe des championnes en titre du Nigeria, après les avoir aidées à remporter le titre en tant que joueuse en 2017.

Madu a déclaré: "Quand je l'ai vue, j'ai été surprise. Elle ouvre certainement la voie à de jeunes entraîneures comme moi. Les fédérations africaines doivent changer leur façon de penser car la majorité des entraîneurs sont des hommes. Elle montre que C'est ce que je veux faire. Nous n'avons pas de limite. Les femmes aussi peuvent être entraîneures en chef. "

En 2017, Brigitte Affidehome Tonon a écrit l'histoire en tant que première entraîneure en chef d'une équipe masculine en Afrique, lorsqu'elle a pris en charge le Bénin. À l’époque, Liz Mills, d’Australie, était entraîneure adjointe de la Zambie et a depuis fait partie de l’équipe technique camerounaise.

Retour à l'accueil