Groupe E : les États-Unis en quête d'un triplé historique

SHANGHAI (China) - Les champions du monde en titre ne peuvent figurer que dans un seul groupe, et c’est dans celui-ci. Pour être précis, les USA sont les doubles tenants du titre et ils sont en quête d’un troisième sacre mondial consécutif, ce qui n’est jamais arrivé en Coupe du Monde FIBA.

L’équipe chargée de cette mission est jeune - sa moyenne d’âge est de 25.6 ans - et elle est relativement peu expérimentée sur la scène internationale, avec seulement deux joueurs qui ont de l’expérience en Coupe du Monde ou aux JO. Mais tant qu’ils ne se font pas battre, les Américains doivent être considérés comme les favoris.

Le niveau de ce groupe est encore relevé par la présence de la Turquie, vaincue par les USA en finale de la Coupe du Monde FIBA 2010. Les Turcs ont posé pas mal de problèmes aux USA lors de la phase de groupes de l'édition 2014, qu'ils ont terminée au 8e rang.

Ce sera la première fois que la République tchèque participera à la Coupe du Monde, même si la Tchécoslovaquie a pris part à quatre éditions entre 1970 et 1982. Ce sera la première apparition du Japon depuis 2006 et la 4e au total (1963, 1967 et 1998). Les 'Akatsuki Five' n’auront rien à perdre, puisque le seul objectif est d’acquérir de l’expérience et de la confiance en vue des JO qu’ils accueilleront l’année prochaine à Tokyo.

L’équipe à battre : les USA

Groupe E : les États-Unis en quête d'un triplé historique

Même s’ils sont dominateurs aux JO, les USA n’ont gagné que 5 des 17 éditions de la Coupe du Monde FIBA auxquelles ils ont participé. Davantage de matchs dans une compétition plus longue nécessite un surplus de concentration et de détermination.

Emmenée par les NBA All-Stars Kemba Walker et Khris Middleton, cette sélection américaine ressemble beaucoup à celle qui était engagée en Turquie en 2010, avec à l’époque également que deux NBA All-Stars (Derrick Rose et Kevin Durant), mais toutefois un futur double MVP de la NBA en la personne de Stephen Curry. Au cours de ses deux premières saisons NBA, Donovan Mitchell a laissé transparaître d’excellentes prédispositions, avec notamment une moyenne de 23.8 points au cours de sa seconde saison.

En 2010, il y avait aussi Eric Gordon, Rudy Gay et Andre Iguodala. Est-ce que Jayson Tatum, Myles Turner, Marcus Smart ou Jaylen Brown se révéleront comme les nouvelles stars US ?

Les Américains les plus expérimentés sont Mason Plumlee, qui a pris part à l’édition 2014, et Harrison Barnes, médaillé d’or aux JO de Rio en 2016.

Même s’ils sont les champions en titre, les Américains se trouvent à une sorte de tournant et ils compteront sur la science du jeu d’un nouveau coach, Mike Krzyzewski ayant quitté le poste qu’il occupait depuis la Coupe du Monde FIBA 2006 (Krzyzewski a également coaché les USA lors du tournoi mondial de 1990).

Considéré par beaucoup comme le meilleur coach de NBA, Gregg Popovich est l’homme qui l’a remplacé et qui aura la lourde tâche de maintenir les USA au sommet de la hiérarchie mondiale.

FIBA World Ranking, présenté par NIKE

Groupe E : les États-Unis en quête d'un triplé historique

L’affiche : USA vs Turquie
La rencontre USA vs Turquie du 3 septembre (2e match du premier tour) sera le remake de la finale de la Coupe du Monde 2010, que les Américains avaient remporté sur le score de 81-64, ainsi que du match du premier tour de l’édition 2014 gagné 98-77 par les USA.

L’issue de cette partie pourrait déterminer qui finira en tête du groupe. La Turquie affrontera en premier le Japon dans un match piégeux. Le Japon s’est en effet tout récemment imposé contre l’Allemagne (86-83) en match amical, même s'il s'est ensuite incliné à domicile contre la Tunisie à la toute dernière seconde. Les Américains ont quant à eux partagé l'enjeu avec l'Australie lors des deux matchs disputés 'Down Under'. 

Ceci conduit vers une seconde affiche : si la Turquie et la République tchèque affichent tous les deux un bilan de 1-1 au moment de jouer l’un contre l’autre le 5 septembre, il y a fort à parier que le vainqueur de cette confrontation s’emparera du second rang du groupe.

La star : Kemba Walker

Groupe E : les États-Unis en quête d'un triplé historique

Kemba Walker est un gagnant. Pas encore en NBA, où il met tout en œuvre pour faire des Charlotte Hornets une équipe plus compétitive qu’elle ne l’est vraiment, avec notamment trois participations au All-Star Game et une élection dans la All-NBA Team cette saison, mais cela pourrait changer dès l’année prochaine avec le maillot des Boston Celtics. En 2011, il a conduit UConn vers le titre NCAA, se faisant élire au passage MVP du Final Four.

Lors de son unique participation à une compétition FIBA, Walker a conduit les USA vers la médaille d’argent au Championnat des Amériques U18 FIBA 2008, contre l’Argentine, hôte du tournoi. Ce 2e rang final n’avait pas empêché Walker d’obtenir le titre de MVP de la compétition.

Le plus prometteur : Rui Hachimura

Groupe E : les États-Unis en quête d'un triplé historique

Le Japonais Rui Hachimura disputera sa première Coupe du Monde avant de jouer son premier match en NBA. Indiscutable ‘All-American’ l’année passée à Gonzaga, Hachimura (2.03m) a été choisi en 9e position de la Draft NBA par les Washington Wizards.

Hachimura a tourné avec des doubles-doubles de moyenne dans les trois événements jeunesse auxquels il a participé. Il a gagné une médaille de bronze avec le Japon au Championnat d’Asie U16 FIBA 2013, se faisant l’auteur de moyennes de 22.8 points et 12.6 rebonds par match. À la Coupe du Monde U17 FIBA 2014 à Dubaï, il a cumulé 22.6 points et 6.6 rebonds de moyenne par match. Il a été tout aussi impressionnant à la Coupe du Monde U19 FIBA 2017, où il a cumulé 20.6 points et 11 rebonds de moyenne par match.

Visage connu : Ersan Ilyasova

Groupe E : les États-Unis en quête d'un triplé historique

Ce sera la 3e Coupe du Monde pour Ersan Ilyasova, 32 ans, membre des ’12 Giant Men’ en 2006 et 2010. Une blessure à la cheville contractée durant la saison NBA 2014 l’avait contraint à déclarer forfait pour l’édition de cette année-là.

En 2010, Ilyasova (2.05m) a joué un rôle prépondérant dans la participation à la finale, avec des moyennes de 13.5 points et 7.6 rebonds par match, pour le plus grand plaisir des fans de la Turquie présents sur place pour encourager leurs héros.

"Nous avons perdu la finale en 2010, mais cela reste l’un des plus beaux souvenirs de ma carrière,” avoue Ilyasova à FIBA.basektball. “C’est la meilleure équipe du monde et je vis dans ce pays (USA) depuis si longtemps, c’est donc toujours spécial d’affronter les Américains."

L’intérieur turc de 2.10m Semih Erden, 33 ans, disputera également sa 3e Coupe du Monde. Tout comme Ilyasova, il a manqué l’édition 2014 après avoir pris part aux deux éditions précédentes. Et comme Ilyasova, il avait joué un rôle décisif dans l’obtention de la médaille d’argent en 2010, avec 9.1 points et 4.6 rebonds de moyenne par match.

FIBA

Retour à l'accueil