10 raisons pour voir le Sénégal champion, mais une seule..pourrait lui coûter le titre de l'AfroBasket féminin 2019

À l'heure où les huit dernières équipes encore en lice vont s'affronter ce jeudi à la Dakar Arena en quart de finale de l'AfroBasket féminin 2019, notre rédaction a énuméré dix raisons qui font du Sénégal favori, mais une de ses raisons pourrait lui coûter titre de champion d'Afrique. Les équipes qualifiées pour les quarts de finale sont : le Nigéria, le Sénégal, le Mali, le Mozambique, l'Angola, la RDC, l'Égypte et la Côte d'ivoire. 

Pourquoi le Sénégal est favori pour le titre de l'AfroBasket féminin 2019 avec un Mais..?

1. La deuxième meilleure attaque du tournoi derrière le Nigéria avec 162 points inscrits en deux matchs

2. La deuxième meilleure défense du tournoi derrière le Nigéria avec 83 points encaissés en deux matchs 

3. Cheikh Sarr. Voilà l'homme qui pourrait permettre aux Lionnes du Sénégal de retouver leur couronne perdue en 2017 à Bamako au Mali. Coach des Lionnes depuis 2018, Sarr est entré dans l'histoire comme le premier entraîneur chef a avoir permis au Sénégal de battre une équipe européenne (Lettonie) en Coupe du monde FIBA en Espagne. Auparavant, Sarr a mené la sélection nationale masculine du Sénégal jusqu'au huitième de finale de la Coupe du monde FIBA 2014 en Espagne après avoir battu le Porto Rico et la Croatie. En un mot, c'est un champion qui n'a peur d'aucun défi. 

4. Astou Traoré. À 38 ans, la meilleure scoreuse de l'histoire de l'AfroBasket féminin est au sommet de son art. Avant le début de la compétition, beaucoup la voyaient déjà en fin de carrière. Souvent critiqué dans les médias locaux, Astou  Traoré s'est forgé pendant toute son immense carrière un caractère de championne avec un mental d'acier. C'est une compétitrice hors du commun et elle est respectée unanimement par toutes les équipes présentes à Dakar. MVP de l'AfroBasket féminin 2017 à Bamako au Mali, la native de Mbour, élue co-meilleure joueuse africaine de l'histoire du basketball européen n'a jamais digéré la défaite en finale contre les D'Tigress du Nigéria. 
Elle a envie de prouver aux fans sénégalais et à ses détracteurs qu'elle est belle et bien l'une des plus grandes légendes du basketball africain. 

5. Le deuxième meilleur effectif du tournoi. Inutile de vous rappeler que le Sénégal regorge de nombreuses joueuses talentueuses capables de faire basculer une rencontre. De Mame-Marie Sy Diop à Bintou Diémé en passant par Ndeye Sène, Oumoul Khairy Sarr, Maimouna Diarra et la prometteuse Yacine Diop. Avec un tel effectif expérimenté, le Sénégal a de quoi faire peur, même si il faudra d'abord sortir vivant du premier grand test contre l'Angola en quart de finale. 

6. Le chiffre 11. Un champion reste un champion ! Le Sénégal est l'équipe la plus titrée d'Afrique avec onze titres de champion chez les séniors féminins. Ce n'est pas le fruit du hasard, parce que les Lionnes savent ce qu'il faut faire à ce niveau de compétition pour gagner .

7. Le Public ou encore les 12e Gaindé. Contrairement aux autres équipes qui évolueront sur terrain hostile, les Lionnes jouent à domicile devant leurs fans, leurs familles, enfin bref tout un peuple. Le soutien du public sera considérable pour les lionnes dans la reconquête de ler couronne. 

8. Deuxième équipe au Rebond. Le contrôle du rebond est un facteur important pour gagner un match d'une haute intensité défensive. Beaucoup de coachs vous diront la même chose. Ce sont des détails très importants qui évitent de donner une seconde chance à l'adversaire. Dans ce domaine, seul le Nigéria a fait mieux que le Sénégal avec 118 rebonds en deux matchs contre 110 pour les Lionnes.

9. L'équipe la mieux préparée du tournoi. Parmi les huit pays qualifiés pour les quarts de finale de l'AfroBasket féminin 2019, le Sénégal est l'équipe qui au un meilleur temps de préparation. Les Lionnes avaient bénéficié d'un mois de préparation et ont participé à deux tournois amicaux dont l'un en Chine et l'autre à Dakar contre l'Angola, la Côte d'ivoire et l'Égypte. 

10. LA PRESSION. Un entraîneur légendaire disait que "la pression c'est ce qu'on mettait dans les pneus, rien d'autre". Mais au-delà de cettre phrase mythique, la pression est quelque chose de fatale dans une compétition sur pour l'équipe qui joue à la maison. Les Maliennes avaient fait les frais il y a deux ans à Bamako. C'est ce que les Lionnes ont sur les épaules depuis le début de cet Afrobasket féminin 2019. Plus les matchs importants arrivent, plus la pression sera encore grande. C'est le facteur qui pourrait coupter le titre au Sénégal. L'avantage du terrain est un atout certain et personne d'autre n'en a aussi bien fait usage à travers l'histoire de la compétition. Évoluant devant leurs familles et leurs amis dans une Dakar Arena toute neuve contrairement à leurs concurrentes qui n'auront aucune pression sur les épaules, les Sénégalaises devront supporter la pression du public sénégalais qui n'attend pas moins qu'une médaille d'or.

Cyrille NGARIO, responsable de News Basket Beafrika 

Retour à l'accueil