Coupe du monde FIBA 2019 : Pourquoi les Eléphants n’iront pas aux États-Unis

Depuis le 15 juillet, ils sont attendus à Orlando, aux États-Unis d’Amérique. Mais, les Eléphants de Côte d’Ivoire, aux dernières nouvelles, n’honoreront pas le rendez-vous américain. Sur les différents billets des joueurs et de leur staff, en effet, on peut lire Italie, Espagne et Chine. Point d’Orlando !

Et cela ne plaît pas du tout à Jean-François Bro-Grébé, patron de Kings Law entreprise, une structure qu’il a montée et qu’il dirige aux états-unis. « Vous n’imaginez peut-être pas ce que notre équipe rate. Les joueurs ont la possibilité de se préparer dans un cadre idéal, avec l’une des meilleures équipes de basket au monde. Il y a une telle visibilité pour notre pays, avec la télévision de ce club… ». Et d’ajouter : « Je pense qu’on n’a pas idée de l’importance de cette participation ivoirienne à la Coupe du monde. Pas moins de 2 milliards de foyers verront la Côte d’Ivoire qui va jouer le premier match de cette Coupe du monde contre la Chine, le pays organisateur. Rien que pour cela, la Côte d’Ivoire a beaucoup de sollicitations. C’est pour cela que j’ai accepté ce challenge, pour créer un véritable business autour de l’équipe ivoirienne. Hélas ! », râle l’ancien capitaine de la sélection nationale qui déplore la façon dont la campagne ivoirienne est gérée par la Fédération ivoirienne de basket-ball (Fibb).

Il dénonce la passivité des dirigeants fédéraux qui ne lui présentent rien de concret. « J’ai été mandaté par la fédération sans vraiment avoir de mandat. Puisque cette structure ne m’a jamais remis les moyens de travailler. Aucune information fiable sur le programme de l’équipe. On ne peut pas travailler dans ce désordre. J’ai pu obtenir une préparation à Orlando, dans les meilleures conditions possibles pour l’équipe. Nous devrions y être depuis le 15 juillet, mais nous sommes restés à Abidjan. Tout cela ne fait pas sérieux », poursuit Jean-Christophe Bro Grébé.
Pour lui, la Fédération ivoirienne « n’a aucune considération pour les joueurs. Comment peut-on faire voyager des athlètes de 2 mètres sur une longue distance, le lundi soir, et leur demander de jouer un match le lendemain ? », dénonce-t-il.

La fédération tombe des nues

Une attitude gênante pour le président Agui Miézan Mathieu et la Fibb. En effet, ce sont eux qui ont fait venir Jean-Christophe Bro Grébé pour les aider à trouver des moyens additionnels en vue de faire une bonne campagne en Chine. Bro Grébé n’est d’ailleurs pas le seul à qui la Fibb a donné mandat pour rechercher ces moyens additionnels. Les deux autres, selon une source proche de la fédération, travaillent sans faire de bruit. « Je crois que Jean-Christophe confond les choses. Il lui a été demandé de trouver des sponsors et pas de réorganiser l’équipe ou le staff de l’équipe nationale », précise notre source, qui révèle que le voyage aux États-Unis n’était pas inscrit sur l’agenda de la sélection nationale. « C’est lui Bro Grébé qui est venu nous présenter une invitation à Orlando. Puisque nous n’avions pas inclus cette étape dans notre programme. Mais depuis, on le regarde et on ne voit rien venir », explique un autre membre du comité exécutif. C’est que la fédération qui avait demandé à l’État de Côte d’Ivoire 500 millions de F Cfa pour toute la campagne n’a eu l’accord favorable que pour la moitié de cette somme dont le décaissement devrait être effectué hier.

De l’argent donné par FIBA 

Pendant ce temps, le basket-ball ivoirien est sur trois fronts, les U-16, les Dames qui sont au Mali, etc. « Nous avons un compatriote au sommet du basket-ball continental et Fiba Afrique vient d’ouvrir son plus grand bureau dans notre pays. On ne peut pas se permettre de continuer à signer forfait partout. Oui, Fiba nous a apporté une assistance financière d’environ 70 millions de F Cfa, mais elle nous sert aussi à financer les autres rendez-vous de basket-ball », répond notre interlocuteur à tous ceux qui voudraient voir un détournement de ces fonds.

PAUL BAGNINI

Retour à l'accueil