Draft NBA 2019 (Afrique) : Chuma Okeke au Magic, Mfiondu Kabenguele à Brooklyn, Bol Bol à Miami, Doumbouya à Detroit

La Draft NBA 2019 restera sans doute longtemps graver dans les mémoires des fans du basketball africain. En effet, hormis le classement du Top 3 attendu avec le phénomène américain Zion Williamson comme premier choix des Pelicans de la Nouvelle-Orléans, J Morant comme seconde choix pour les Grizzlies de Memphis et RJ Barrett aux New York Knicks, il faut attendre à la 9ème position pour entendre le premier nom d'un joueur originaire d'Afrique.

Il a été choisi en 9e position par les Washington Wizards

On pourrait l’appeler le Naomi Osaka du basket. Fils d’un père béninois et d’une mère japonaise, Rui Hachimura, 21 ans, est devenu le premier joueur né au pays du soleil à être drafté en NBA et le deuxième joueur originaire du Bénin après le pivot franco-beninois Ian Mahinmi.

L'ex-ailier fort de Gonzaga a été choisi en 9e position par les Washington Wizards lors de la Draft NBA. Le retrouver aussi haut dans le classement des futures stars NBA est une petite surprise (il était pressenti à la 12e ou 13 place) mais son entrée dans la grande ligue va faire du bruit jusqu’en Asie.

Une vitrine pour le sport japonais
Hachimura est né à Toyama, au Japon, et a commencé à jouer au basket à seulement 13 ans. Aujourd’hui, il réalise son rêve aux States, dans la capitale qui plus est, et sera assurément une vitrine pour le sport nippon. « C’est énorme pour le pays, parce qu’on n’a jamais vraiment eu un joueur comme moi au Japon, qui joue en NBA, réalise Hachimura après l’annonce de son nom à la Draft. C’est un rêve qui va devenir réalité. Ça signifie beaucoup pour moi, ma famille, le basket japonais, tout le pays ».

Pour le symbole, le timing semble être parfaitement choisi au vu de la destination des prochains Jeux Olympiques qui auront lieu à… Tokyo en 2020. L’occasion pour Hachimura de faire naître des vocations dès l’année prochaine dans le pays du basket sacré.

Derrière Rui Hachimura, on retrouve le franco-guinéen et natif de Conakry Sekou Doumbouya choisit finalement par les Pistons de Detroit avec le 15ème choix alors que les dernières prévisions laissaient penser qu'il allait prendre la direction des Washington Wizards (9e choix) ou même des Bulls de Chicago (7ème choix). Sekou Doumbouya devient ainsi le deuxième joueur guinéen de l'histoire à intégrer la NBA après Hamidou Diallo, arrière du Thunder d'Oklahoma City.

Derrière le Guinéen, vient ensuite le nigérian Chuma Okeke blessé gravement à la porte du Final Four 2019. L'arrière-ailier des Tigers d'Auburn a été choisi par le Magic d'Orlando avec le 16ème choix.

Il faut remonter ensuite jusqu'au 27ème choix pour entendre le nom du RD congolais Mfiondu Kabenguele qui prend la direction des Brooklyn Nets avant d'être envoyé aux Los Angeles Clippers. Le natif du Canada, qui est le neveu de Dikembe Mutombo rejoint ainsi ses compatriotes Bismack Biyombo et Emmanuel Mudiay dans la grande ligue Nord-américaine. 

Au deuxième tour de la Draft, le nigérian KZ Okpala est choisi en 32ème position par les Suns de Phoenix avant d'être envoyé au Miami Heat. Le meneur de l'université de Stanford ne jouera donc pas dans une franchise bourré de jeunes talents dont DeAndre Ayton, numéro 1 de la Draft 2018 sans oublier Devin Booker à la mène.

Pour leur part, les fans angolais ont de quoi à être fier avec la sélection du joueur de Maryland Bruno Fernando en 34ème position par les Sixers de Philadelphie. Bruno Fernando qui aurait pu évoluer aux côtés du pivot camerounais Joel Embiid, a et ensuite transféré aux Atlanta Hawks. Nul ne fait aucun doute que Fernando sera probablement le premier joueur angolais à évoluer en NBA.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Bol Bol (19 ans, 2.18 m), l'une des grandes révélations de la saison universitaire 2018-19, longtemps considéré comme un choix du premier tour, voire même du Top 5, a été snobé par de nombreuses franchises cette nuit à New York. En effet, le soudanais, natif de Khartoum et fils du défunt Manute Bol, ancienne vedette de la NBA, a été choisi par le Heat de Miami avec le 44ème choix avant d’être envoyé dans la foulée à Denver ! 44ème, un pick surréaliste pour un joueur annoncé top 5 il y a encore quelques mois, mais qui devra satisfaire le pivot pour l’instant.

Bol devra donc se faire sa place à Denver, où son illustre père Manute avait joué en son temps. On ne peut en tout cas pas dire que l’ancien d’Oregon ait été euphorique au moment de sa draft, et c’est un euphémisme…

Pénible soirée pour Bol Bol, qui aura maintenant l’occasion de prouver à toutes les franchises qui l’ont snobées qu’elles ont eu tort. Si sa santé, bien sûr, le laisse en paix. Lui a en tout cas prévenu : « Je veux faire mentir tout le monde ».

 Loin de toutes les prévisions qui indiquaient au pire des cas un choix en fin du premier tour.

Même avec une santé fragile avec une blessure de fatigue au pied, ce choix risque de faire encore parler pendant de nombreuses années, surtout si le jeune phénomène venait à guérir de sa blessure et retrouver son plein potentiel. 

De son côté, le nigérian Miye Oni, passé la troisième division universitaire a été choisi par les Golden State Warriors avec le 58ème choix. Il a ensuite été envoyé au Jazz de Utah.

Miye Oni clôture ainsi une soirée de Draft un peu morose pour la colonie africaine avec de nombreux joueurs talentueux qui sont restés sur le carreau comme le sénégalais Tacko Fall, le nigérian et star de Louisville Jordan Nwora et ses compatriotes Charles Bassey, Udoka Azibuike pour ne citer que ceux-là...

Draft NBA 2019 (Afrique) : Chuma Okeke au Magic, Mfiondu Kabenguele à Brooklyn, Bol Bol à Miami, Doumbouya à Detroit
Draft NBA 2019 (Afrique) : Chuma Okeke au Magic, Mfiondu Kabenguele à Brooklyn, Bol Bol à Miami, Doumbouya à Detroit
Retour à l'accueil