Stephen Curry : «Nous sommes menés 1-0 mais ce n'est pas la fin du monde»

Auteur de 34 points, 5 rebonds et 5 passes décisives en 40 minutes, Stephen Curry n'a pas réussi à mener les siens à la victoire, s'inclinant sur le parquet des Raptors de Toronto dans le match 1 des Finales NBA. La faute à un Pacal Siakam inarrêtable. Mas pour le double MVP de la saison régulière, cette défaite n'est pas une fatalité en soi et car son équipe sait comment réagir dans les matchs importants. L'objectif est désormais de réussir à s'imposer dans le match 2 pour repartir à Oakland avec l'avantage du terrain. 

Qu'est-ce que vous retenez de ce match? C'est la première fois que vous perdez le premier match d'une finale, quels sont les avantages et les inconvénients de ce match?

STEPHEN CURRY: "Évidemment, le problème, c'est que nous sommes menés 1-0, mais ce n'est pas la fin du monde. De nouvelles expériences pour nous tout au long, mais nous avons prouvé notre résilience et notre capacité à gagner les matchs dont nous avons besoin, et à répondre à la cloche et à apprendre des nuits comme ce soir.

Le problème est qu’ils ont obtenus des contre-attaques faciles, que ce soit un panier ou un échec pour nous. Quelques pertes de balle qui ne nous ont pas vraiment tués mais qui ont donné un plus à leur élan. Et évidemment, Pascal a eu un match fantastique. Il a pratiquement trouvé le chemin du panier, où qu'il se trouve, et nous devons le faire - les cinq gars doivent faire un meilleur travail simplement en étant physique, en alerte et tout ira bien.

C'est la première fois depuis que Steve est entraîneur que vous perdez le premier match. Selon vous, qu’en est-il des changements, du point de vue de la mentalité, pour que vous tombiez dans un trou aussi tôt?

STEPHEN CURRY: "Rien, vraiment. Je veux dire, c'était une super ambiance là-bas. Ils ont évidemment bien joué, mais notre confiance reste la même. Bloquez tout le bruit sur la façon dont vous savez ce que sont ces premières et ceci et cela et le genre de doute sur notre équipe. Il suffit de jouer fort, de participer au deuxième match et de partir de là.

Donc j'aime l'ambiance. Je le dis souvent mais j'aime l'ambiance qui règne dans les vestiaires: chacun doit se concentrer sur ce qu'il doit faire différemment et sur l'énergie globale qu'il nous faut pour pouvoir ensuite voler le deuxième match.

Vous avez souvent dit, lorsque les choses ne se passaient pas nécessairement, que Kevin Durant était un plan de sauvetage évident qui pourrait faciliter les choses. Outre ses points en moins, quelles autres choses ont été plus difficiles ce soir?

STEPHEN CURRY: "KD est un excellent joueur de tous les temps des deux côtés du terrain. Je peux donc rester ici et parler pendant des jours de ce qu'il ajoute à notre jeu. Nous avons évidemment prouvé que lorsqu'il est absent, nous pouvons demander à des gars de se montrer et ce sera le cas jusqu'à ce qu'il revienne.

Donc pour nous, je pense que la première mi-temps après cette pause de 10 jours était un peu plus bâclée que nous aurions pu le penser et un peu plus rouillée que nous devions nous débarrasser, mais nous avions quand même une chance de gagner au quatrième quart et ils ont fait ce qu’ils étaient censés faire chez eux et ont mis fin au match. Donc, je ne pense pas que ce que nous devons faire différemment soit aussi compliqué, il suffit simplement de jouer mieux, de leur enlever les paniers faciles et de mieux contrôler le momentum. Et nous sommes vraiment capables de le faire, peu importe qui est sur le parquet."

Lorsque vous voyez Siakam marquer 14/17 de ses tirs et Gasol pour 6/10, puis VanVleet 5 sur 8, est-ce que vous vivez avec cela ou allez vous trouver de solution? Parce que vous semblez avoir fait du bon travail, vous avez réussi à couper Kawhi du ballon.

STEPHEN CURRY: Je ne lui souris vraiment pas et je ne dis pas: "Bon travail, les gars." Nous pouvons faire les choses différemment, un peu mieux, être plus physique avec lui, être plus conscient de l'endroit où ils se trouvent. De toute évidence, Kawhi est le noyau de ce qu'ils font. Et comme vous l'avez dit, nous avons fait du bon travail avec eux, mais nous devons continuer à le faire. Surtout au début de la première mi-temps, nous n'avons pas assez bien circulé la balle et nous leur avons permis de réfléchir un peu plus. Ils sont vraiment à l'aise là-bas, ils se lancent dans des tirs ouverts à trois points, en raison d'un problème de communication. Cela ressemblait presque à des tirs d'entraînement, et évidemment, ils ont en profité. Donc, globalement, nous pouvons faire beaucoup mieux, de manière défensive, ainsi que certaines des bonnes choses que nous avons faites.

En dehors de la pause, vous n'avez pas vraiment beaucoup de vidéos pour bien étudier l'équipe des Raptors. Je sais que vous connaissez très bien Kawhi Leonard. Pensez-vous que cela a également posé de problème?

STEPHEN CURRY: "Ouais, je veux dire, les deux matchs que nous avons eu en saison régulière, il y avait des gars qui étaient absents lors des deux soirées, mais je suis sûr qu'ils sont dans la même situation, sans vraiment attendre ou savoir à quoi s'attendre . Donc, à la fin de la journée, ils nous ont dépassés. Comme s'il n'y avait pas d'autre moyen de le dire. Ils ont fait ce qu'ils étaient censés faire et ont pris soin de jouer à domicile lors du premier match.

Quoiqu'il en soit, notre vision était longue, et le deuxième match est une opportunité pour nous de réparer les erreurs, d'obtenir une grosse victoire et de rentrer à la maison.

Draymond a déclaré que la défaite et la performance de Siakam étaient de sa faute. Il a appelé Siakam, il a dit: "Il est devenu un gars." Ce qui signifie, je respecte son jeu. Qu'est-ce que Siakam vous a montré, dans ce match, peut-être même sur ce dont vous pensiez qu'il était capable?

STEPHEN CURRY: "Je veux dire, son moteur est à peu près non-stop. Donc, même si vous sentez que vous êtes en transition, vous le côtoyez. Il a une autre vitesse à laquelle il peut accéder. Cela met la pression sur vous en transition. Il l'a montré quasiment toute la saison, mais ce soir surtout quand il pose le ballon sur le sol, il est assez agressif, sachant ce qu'il essaie de faire avec, et évidemment excellent à la finition, peu importe où il se trouve autour de la peinture. Il a inscrit deux tirs à trois-points , ce qui lui permettait de continuer sur sa lancée.

Mais à la fin de la journée, comme Draymond l’a dit, cela commence par un duel individuel, mais vous ne pouvez lui donner aucun coup osé et vous ne pouvez pas lui donner de ligne droite pour aller au panier, et c’est juste un effort que nous pouvons tous être plus attentifs. Parce qu’à la fin de la journée, Draymond ne sera pas le seul à défendre sur lui pendant toute le match.

Alors il a bien joué et nous devons faire quelque chose à ce sujet."

Retour à l'accueil