Pour Mohamed Koné, la Côte d'ivoire doit garder la même mentalité à la Coupe du monde 2019 !

CLERMONT (France) - Avec la moitié de l'équipe ayant pris part à la Coupe du Monde FIBA 2010 toujours présente pour l'édition de cette année en Chine, la Côte d'Ivoire cherchera à faire les choses différemment. C'est en tout cas ce à quoi s'attend l'ailier-fort Mohamed Koné.

Il y a neuf ans, Koné, Guy Landry Edi, Charles Abouo, Souleyman Diabate, Hervé Lamizana et Ismael Ndiaye - désormais assistant-coach de la sélection nationale - avaient tout fait pour mettre avec brio un terme aux 24 ans d'absence en Coupe du Monde FIBA de la Côte d'Ivoire. Toutefois, avec quatre défaites en cinq matchs - dont une contre la Turquie, hôte - les 'Éléphants' avaient échoué dans leur tentative.

"NOS VICTOIRES DANS L'ULTIME FENÊTRE NE SONT QUE LE FRUIT DE NOTRE VOLONTÉ. NOUS DEVONS CONSERVER CE TYPE DE MENTALITÉ À LA COUPE DU MONDE."
- Koné

Conscient de l'importance de participer à un événement aussi énorme, le sextet s'est mobilisé pour les Éliminatoires Zone Afrique, avec une qualification pour la toute première Coupe du Monde FIBA à 32 équipes à la clé.

Cet été en Chine, la Côte d'Ivoire disputera ses matchs du premier tour à Beijing, où elle affrontera la Chine, la Pologne et le Venezuela.

"Je ne pense pas que notre groupe est le plus compliqué, et j'ai le sentiment qu'il y a quelque chose à faire," dit Koné à FIBA.basketball quand on lui demande d'évaluer le Groupe A.

Koné est bien placé pour parler de ce qu'implique le fait d'affronter l'hôte de la Coupe du Monde, puisqu'il avait jouer contre la Turquie à Ankara il y a huit ans. À quoi s'attend-il cet été dans la capitale chinoise ?

"Ce sera dur de gagner, mais pas impossible," répond l'intérieur de 2.10m. "Nous avons nos chances dans le groupe, même contre la Chine. Nous l'avions presque battue en Turquie, mais nous avions alors laissé la victoire nous échapper.

"Je sais que la Pologne a de bons joueurs, solides. Le Venezuela - contre qui nous avons déjà joué - a également une bonne équipe. Mais nous serons tous prêts si nous nous préparons bien."

Le joueur de 38 ans, qui évolue à Vichy-Clermont en PRO B française, a connu son lot de joies et de déceptions en représentant son pays. L'échec dans la tentative de qualification pour la Coupe du Monde FIBA 2014 en Espagne, après une 4e place au FIBA AfroBasket 2013 organisé chez lui à Abidjan, a servi de leçon au vétéran et à ses coéquipiers.

"Cela fait du bien d'être de retour en Coupe du Monde, pour une seconde fois," note-t-il. "D'où je viens, peu de gens ont eu la chance d'aller aussi loin. Se retrouver en face des meilleurs joueurs du monde est un bel accomplissement, surtout à mon âge. Ce sera une formidable manière de mettre un terme à ma carrière internationale. Nous autres joueurs pros, nous vivons pour ce genre de moments."

Au terme d'une difficile campagne qualificative dans les Éliminatoires Zone Afrique, que les 'Éléphants' ont conclu sur un bilan de 7-5 pour décrocher le cinquième et dernier billet pour la Coupe du Monde, la Côte d'Ivoire doit désormais préparer son voyage en Chine avec confiance.

Elle a abordé l'ultime fenêtre, organisé chez elle à Abidjan en février, en sachant qu'elle devait impérativement remporter ses trois matchs pour finir meilleure 5e d'Afrique. Mais ces trois succès ne suffisaient pas : elle devait en plus gagner avec une marge cumulée d'au moins 65 points. En cas d'échec dans l'accomplissement de ces deux missions, c'était alors au Cameroun que revenait le tout dernier billet qualificatif pour la Chine.

"Il n'y a pas grand-chose à dire au sujet de ces trois rencontres. Nous voulions tous réussir un truc pour notre pays. Nous étions concentrés pour aller chercher cette qualification," explique Koné. "Nous n'avons pas eu beaucoup de temps pour préparer ces matchs. Jouer à domicile, devant nos familles, a rajouté de la difficulté, car remplir cette mission pour les rendre fières nous a mis sous énormément de pression. Nos victoires dans l'ultime fenêtre ne sont que le fruit de notre volonté. Nous devons conserver ce type de mentalité à la Coupe du Monde."

Mohamed Koné, Côte d'ivoire.

Mohamed Koné, Côte d'ivoire.

Le succès de 26 points contre le Nigeria a dépassé les attentes, ce d'autant que le champion d'Afrique 2015 présentait un bilan de 9-0 avant cette dernière fenêtre. 

"Nous nous savions capables de le battre. Quand nous nous étions affrontés au Nigeria (en septembre 2018), nous étions passé tout près de la victoire," se souvient Koné. "Ce sont de bons joueurs, mais nous nous sommes bien battus. Nous étions mentalement prêts à vaincre le Nigeria. Nous savions le résultat que nous nous devions d'obtenir. Les Nigérians étaient dans un jour sans et nous avons réalisé une bonne performance. Tout s'est donc déroulé au mieux pour nous."

Pour le coéquipier de Koné à Vichy-Clermont Arnaud Adala Moto, du Cameroun, la pilule a été difficile à avaler.

"Nous en parlons encore entre nous. Nous étions dans une meilleure position et avions de bonnes chances de nous qualifier, surtout que nous évoluions à domicile," admet Koné. "Nous avons su saisir notre chance et le résultat en est la preuve. Je suis désolé pour eux [les Camerounais]. [Adala] est fâché, mais il faut savoir se montrer fair-play. Dans la situation inverse, je ne serais pas du tout énervé."

Le joueur de 38 ans, qui a déjà visité la Chine, conclut en disant que ce géant d'Asie de l'Est "est devenu depuis quelques années une grande nation du basket. Les Chinois adorent ce sport et ils ont des infrastructures dignes de la NBA."

FIBA

Retour à l'accueil