Philadelphie a relevé la tête. Passés au travers lors du match 5 à Toronto, les Sixers ont en effet à leur tour donné la leçon aux Raptors dans le match 6, égalisant ainsi à 3-3. Si Toronto a sauvé quelques apparences dans la dernière ligne droite, les 76ers, qui ont mené de 19 points dès le deuxième quart (42-23) et ont compté jusqu’à 24 longueurs d’avance dans le quatrième acte (91-67), n’en ont pas moins gagné 112-101.

Philadelphie a relevé la tête. Passés au travers lors du match 5 à Toronto, les Sixers ont en effet à leur tour donné la leçon aux Raptors dans le match 6, égalisant ainsi à 3-3. Si Toronto a sauvé quelques apparences dans la dernière ligne droite, les 76ers, qui ont mené de 19 points dès le deuxième quart (42-23) et ont compté jusqu’à 24 longueurs d’avance dans le quatrième acte (91-67), n’en ont pas moins gagné 112-101.

Les Philadelphia Sixers ont maîtrisé les Toronto Raptors à domicile jeudi (112-101) afin de renvoyer la série à un septième match décisif (3-3). Joël Embiid a certes connu une nouvelle soirée difficile, devant se contenter de 17 points à 5 sur 14 aux tirs et 12 rebonds, mais à ses côtés, Jimmy Butler et Ben Simmons ont été resplendissants, le premier compilant 25 points à 9 sur 18, 8 passes, 6 rebonds et le second l’imitant avec 21 point à 9 sur 13, 8 rebonds et 6 passes. Chez les Raptors, Kawhi Leonard pouvait bien terminer meilleur marqueur de la rencontre avec 29 points à 9 sur 20 aux tirs et 12 rebonds et Pascal Siakam l’épauler avec 21 points à 8 sur 16 aux tirs, il en aurait fallu plus pour compenser les difficultés du secteur intérieur. Dominé au rebond (52 prises à 34), Toronto a également vu Marc Gasol (7 points à 3 sur 8) et Serge Ibaka (9 points à 3 sur 10) peiner offensivement.

En fâcheuse posture après avoir lâché le match cinq de façon spectaculaire (125-89), les Philadelphia Sixers n'ont pas dit leur dernier mot dans leur série face aux Toronto Raptors. Vainqueurs du match six jeudi (112-101), les hommes de Brett Brown ont ainsi gagné le droit de retourner au Canada afin d'y disputer un septième et dernier match, dimanche (3-3).

Jimmy Butler (25 points à 9/18, 6 rebonds, 8 passes) et Ben Simmons (21 points à 9/13, 8 rebonds, 6 passes) ont été les grands artisans de cet indispensable succès, tandis que Joel Embiid a contribué avec un double-double (17 points à 5/14, 12 rebonds). « (Butler) était partout dans ce match, a apprécié Brown. On a senti le sérieux rien qu'à l'ambiance dans le vestiaire. Les joueurs ont saisi l'instant et je pense qu'il s'en est inspiré autant que les autres et nous a guidés. » 

Philadelphie s'offre le droit de jouer un Game 7 à Toronto pour une place en finale de Conférence Est !

52-34
Philadelphia a outrageusement dominé la bataille du rebond avec 52 prises (dont 16 offensives) contre 34 (9 off.).

Un match 7 qui arrange... Milwaukee
Intenable sur les deux premiers quarts (9/15 au tir), Butler a ainsi mis Philadelphie sur les bons rails. Les locaux ont creusé l'écart en cours de deuxième acte et n'ont plus été repris ensuite (58-43 à la pause). Kawhi Leonard (29 points, 12 rebonds) n'a pesé que trop tard dans la partie. Tout le contraire de Ben Simmons, tranchant d'entrée de match (8 points et 5 passes dans le seul premier quart), ce qui a permis d'attendre le réveil, tardif, d'Embiid (0 point dans le premier quart).

Joel Embiid a été sanctionné de sa troisième faute flagrante - pour un contact sur Marc Gasol - depuis le début des play-offs. La quatrième sera suspensive. « C'est embêtant, a pesté le pivot. C'est stupide. [...] Il va falloir que je fasse attention. »

Philadelphie s'offre le droit de jouer un Game 7 à Toronto pour une place en finale de Conférence Est !

Le prolongement de cette demi-finale de Conférence Est fait les affaires des Milwaukee Bucks. Tombeurs la veille des Boston Celtics, les n°1 de la saison régulière aborderont la finale de Conférence avec quasiment une semaine de repos puisque la série ne devrait pas débuter avant mercredi. Ce qui devrait en faire de logiques favoris face à un adversaire qui n'aura eu que 72 heures pour préparer l'affrontement.

Retour à l'accueil