La disponibilité de la superstar blessée Kevin Durant pourrait avoir un impact sur les résultats des Finales NBA de cette année.

La disponibilité de la superstar blessée Kevin Durant pourrait avoir un impact sur les résultats des Finales NBA de cette année.

Les Warriors attendent avec impatience le retour tant attendu de Kevin Durant, blessé à un mollet depuis le match 5 de la demi-finale de Conférence Ouest contre les Rockets de Houston. 

De temps en temps, la meilleure équipe ne remporte pas le championnat NBA; parfois c’est l'équipe qui arrive en Finales NBA en meilleure santé qui finit par remporter le titre. Quelques exemples me viennent à l’esprit, comme les Lakers de 1988-1989 qui ont perdu Byron Scott à la suite d’une blessure à la cuisse causée par le camp d’entraînement précédant la finale de Pat Riley, puis Magic Johnson de la même manière dans la série avec les Pistons, qui ont infligé un coup de balai mémorable. Ensuite, les Cavaliers de 2015, déjà sans Kevin Love, ont vu Kyrie Irving se blesser avec une rotule fracturée au premier match de la série face aux Warriors de Golden State. 

Peut-être que ces deux équipes auraient gagné, peut-être pas. C’est l’un de ces mystères du basketball qui restera sans solution.

Eh bien, ce que les Warriors essaient de faire est de devenir la meilleure équipe à gagner malgré leur santé, en particulier avec Kevin Durant, qui devrait jouer contre les Raptors même si, quand, dans quelle mesure et avec quelle efficacité, tout reste flou en ce moment. 

Les Warriors ont été impressionnants, voire légèrement surprenants, lors des cinq derniers matchs sans Durant dans les deux dernières rondes des séries éliminatoires de la Conférence Ouest, et bien que cela soit de bon augure pour leur confiance, à un moment donné, la pensée conventionnelle dit qu'ils auront besoin de Durant. Sera-t-il là pour les renflouer quand la balle ne tombera pas dans le panier pour Steph Curry et Klay Thompson?

Si Durant est le Durant qui a fait des vagues au premier tour et pendant une bonne partie du deuxième tour, cette série risque de manquer de suspense.

Et si DeMarcus Cousins revient?

Bien. Pour la première fois en cinq ans, les Warriors n'ont pas à passer par LeBron James pour remporter un titre. Bien que Kawhi Leonard soit un ancien joueur le plus utile des finales et qu'il porte les Raptors à chaque match, rappelant les moments de gloire d'un certain Michael Jordan, qui en plus va toujours à droite (tous les défenseurs le savent) mais personne ne peut l'arrêter. 

Cette saison a été satisfaisante pour la franchise des Raptors, qui a finalement connu une percée dans l’après-saison (grâce en partie à la défection de LeBron). Pourtant: Kawhi devrait être une imitation proche de LeBron pour garder un public national fixé et les Raptors suffisamment proches pour empêcher les Warriors de prendre un autre bain de champagne d’été avant le début officiel de l’été.

Trois choses à suivre

1. Kawhi Leonard survivra-t-il à Draymond Green et à Andre Iguodala?

C’est une chose de voir un solide défenseur sur votre chemin, comme Kawhi l’a fait avec Giannis Antetekounmpo. Mais que se passe-t-il lorsque les Warriors peuvent lancer Green puis Iguodala et peut-être Klay Thompson et peut-être Kevin Durant, qui apportent tous des looks différents? Cela pourrait être problématique pour Toronto et frustrant pour Kawhi, surtout si Danny Green, Pascal Siakam, Serge Ibaka et leurs coéquipiers ne se manifestent pas.

2. Kyle Lowry peut-il suivre Stephen Curry en défense?

Ce sera tout un défi pour Lowry de placer les menottes à un meneur qui a marqué 35 points en moyenne en cinq matchs (quatre contre les Blazers, une des Rockets) sans Kevin Durant et qui apporte la même énergie à l’autre bout pour alléger le fardeau de Kawhi Leonard. . Lowry n'a défendu sur aucun arrière-scoreur adverse dans les trois rondes: DJ Augustin (Orlando), JJ Redick (Philadelphie), Eric Bledsoe (Milwaukee).

3. Un ajustement sera-t-il nécessaire si et quand Kevin Durant revient?

C’est l’un des débats les plus déconcertants qui se déroulent en dehors de l’organisation des Warriors. Durant ne devrait pas être gêné. En outre, il est entouré des coéquipiers les plus désintéressés (qui n'agissent  pas par intérêt personnel) qu’il aura probablement, à commencer par Curry.
 

Les chiffres à retenir 
6.2 - Au cours des trois premiers tours des séries, les Warriors ont devancé leurs adversaires de 6.2 points pour 100 possessions. C'est leur pire note lors des trois premières rondes de cette série sur leurs cinq aller-retours en finales NBA.

Au cours des quatre années précédentes, le différentiel de points le plus bas des Warriors au cours de trois manches était de plus de 6,4 en 2016, année où ils ont perdu en finale contre Cleveland. Le temps nous dira si le différentiel de point inférieur est une indication que les Warriors sont battables (à nouveau). Ce que nous savons maintenant, c’est que statistiquement, ils n’ont tout simplement pas été aussi bons qu’ils ne l’étaient au cours des deux dernières années.

Les six matchs de la demi-finale de la conférence Ouest contre les Houston Rockets ont été moins de cinq points au cours des cinq dernières minutes. Et bien qu'ils aient balayé Portland lors de la finale de conférence, ils ont accumulé 51% des minutes de la série et au moins 17 points à chacun des trois derniers matchs.

C'est sur la défense où les Warriors n'ont pas été aussi forts cette année. Au cours de chacune des quatre années précédentes, ils ont attribué moins de points par 100 possessions par rapport à la moyenne des séries depuis les trois premiers tours (5.3 de moins que la moyenne en 2015, 1.6 de moins en 2016, 8.7 de moins en 2017 et 6,5 de moins en 2018). 

Lors de ces éliminatoires, ils ont attribué 110,2 points pour 100 possessions, une note qui se classe au neuvième rang des 16 équipes qualifiées en playoffs et à 1,8 points pour 100 possessions de plus que la moyenne (108,4).

Bien sûr, l'attaque des Warriors, malgré l'absence de Kevin Durant lors des cinq derniers matchs, n'a jamais été meilleure. En 16 matchs, les Warriors ont marqué 116,4 points pour 100 possessions, soit 8 de plus que la moyenne de la ligue. Et une attaque incroyablement efficace pourrait bien suffire pour un troisième titre consécutif.

Le pronostic 
Par le biais de Masai Ujiri, leur président des opérations basketball et General Manager, les Raptors ont lancé les dés l’été dernier pour obtenir Kawhi Leonard en échange de DeMar Derozan (envoyé aux Spurs) et même s’ils perdaient cette série et que Kawhi Leonard partait par la suite, c’était un pari qui valait la peine d'être essayé, ne serait-ce que pour leurs premières Finales NBA de l'histoire. Le Canada sera à jamais reconnaissant. Malgré tout, et malgré la performance "jordanesque" de Kawhi en séries éliminatoires, Toronto est désavantagée partout sauf par le soutien des fans. Une équipe des Warriors à part entière gagnerait facilement. Une équipe sans Kevin Durant pendant deux matchs gagnerait un peu moins facilement. Je vois les Warriors remportés la série en 5 matchs à condition que les Raptors prennent un des deux premiers matchs à la Scotiabank Arena, car à 0-2 face aux Warriors, tout peut aller très vite du côté de l'Oracle Arena dans la baie de San Francisco. 

Par contre si les Raptors parviennent à protéger leur avantage du terrain lors des deux premiers matchs, ils peuvent aller au bout de la série et on aura donc probablement un match 6 ou voir 7. Si KD revient dès le match 2, la tâche peut s'avérer compliquée pour les Raptors, même si rien ne dit qu'il sera à 100%. 

Le grand défi des hommes de Nick Nurse sera de ralentir le trio infernal Curry-Thompson-Green, capable de prendre feu à tout moment dans une rapidité incroyable. C'est justement grâce  à sa défense que Toronto a plié Milwaukee, la meilleure attaque de la ligue en saison régulière à travers des ajustements à partir du match 3.

Sont-ils capables de jouer les deux premiers matchs avec la même agressivité défensive retrouver face aux Bucks en finale de Conférence Est ?

La première réponse dans la soirée du 30 au 31 mai prochain à la Scotiabank Arena de Toronto. 

Grâce à un meilleur bilan en saison régulière, les Raptors recevront lors des deux premières manches des Finales NBA, jeudi et dimanche prochains, avant deux matches à Oakland. A noter que toutes les rencontres débuteront à 3h du matin, heure française, à l’exception du Game 1 et d’un éventuel match 7, à 2h. A suivre sur le NBA League Pass et les antennes de BeIn Sports. Les Warriors ont remporté trois des quatre derniers titres, dont les deux derniers, tandis que les Raptors disputent les Finales NBA pour la toute première fois de leur histoire.

Le programme complet des Finales NBA : 
Game 1 : Toronto-Golden State (dans la nuit du jeudi 30 au vendredi 31 à 3h du matin)
Game 2 : Toronto-Golden State (dans la nuit du dimanche 2 juin au lundi 3 à 2h du matin)
Game 3 : Golden State-Toronto (dans la nuit du mercredi 5 juin au jeudi 6 à 3h du matin)
Game 4 : Golden State-Toronto (dans la nuit du vendredi 7 juin au samedi 8 à 3h du matin)

Si nécessaire 
Game 5 : Toronto-Golden State (dans la nuit du lundi 10 juin au samedi 11 à 3h du matin)
Game 6 : Golden State-Toronto (dans la nuit du jeudi 13 juin au vendredi 14 à 3h du matin)
Game 7 : Toronto-Golden State (dans la nuit du dimanche 16 juin au lundi 17 à 2h du matin)

Retour à l'accueil