Le Thunder s'impose à Salt Lake City, Grave altercation entre Westbrook et un fan du Jazz

Utah n'y arrive pas face au Thunder, Russell Westbrook remonté

L'affront de l'élimination au premier tour des play-offs 2018 n'est pas tout à fait lavé, mais le Thunder a fait le nécessaire cette saison pour signifier au Utah Jazz qu'il y a désormais une classe d'écart entre les deux franchises. Oklahoma City s'est imposé à Salt Lake City (98-89), remportant ainsi sa quatrième victoire en quatre duels face à l'équipe qui l'avait sorti 4 victoires à 2 lors des phases finales la saison dernière.

Dominés sur les deux premiers quarts (50-37 à la pause) et maladroits (36,4 %), Rudy Gobert (15 points, 12 rebonds, 4 contres) et les siens n'ont jamais réussi à se mettre dans le droit chemin. En face, Russell Wesbrook (23 points, 11 rebonds, 8 passes) a frôlé le triple-double et a compensé la maladresse de Paul George (14 points à 2/8, 11 rebonds), qui s'est fait pardonner sur la ligne des lancers (10/12). En sortie de banc, Dennis Schröder (24 points) s'est payé le luxe de finir meilleur marqueur de son équipe, à une unité de Donovan Mitchell (25 points).

Après l'altercation sur le terrain entre Serge Ibaka et Marquese Chriss du côté de Cleveland, la rencontre a été marquée par un échange verbal très chaud entre Russell Westbrook et un fan du Jazz, qui l'aurait invectivé. Westbrook a alors été filmé en train de menacer le supporter et sa femme.

Le Thunder s'impose à Salt Lake City, Grave altercation entre Westbrook et un fan du Jazz

En conférence de presse, le meneur du Thunder a ensuite demandé que la Ligue sévisse contre les insultes que les joueurs reçoivent quotidiennement : « Quelque chose doit être fait. Il doit y avoir des conséquences pour ces gens qui viennent aux matches pour faire et dire ce qu'ils veulent. Ce n'est pas juste pour les joueurs. » Le Jazz a également réagi en assurant que « s'il est avéré que des fans ont transgressé le code de conduite de la NBA, des mesures seront prises ». En cas de retrouvailles entre le Jazz et le Thunder en play-offs, l'ambiance risque d'être plus électrique encore.

"Il m'a dit : 'reste à genoux, comme tu en as l'habitude'. C'est pour ça que j'ai répondu. En ce qui concerne le fait de frapper son épouse, je n'ai jamais levé la main sur une femme. Je ne le ferai jamais. Je n'ai jamais eu le moindre problème de violence domestique et n'en aurai jamais". - Russell Westbrook 

Keisel, l'idiot en question (harceler un joueur est dans tous les cas inacceptable), a donné sa version des faits sur KSL Sports.

"Il doit rester professionnel. Ma femme est restée assise tout du long. Lui et moi on était en fait en train de se marrer. Il a même souri à un moment. Tout le monde s'est mis sur lui parce qu'après une action où Joe Ingles a mis le doigt dans l'oeil de Paul George et s'est excusé, il est arrivé en lâchant des gros mots dans tous les sens. Je suppose qu'il m'a remarqué. Je lui ai dit, 'reste à genoux, frérot'. [...] Et c'est là qu'il a sorti des trucs qu'on ne dit pas en public. Je ne lui ai pas dit le moindre gros mot. Et ma femme n'a pas quitté son siège, pas plus qu'elle n'a dit le moindre mot. A la base, je me disais juste que j'étais en train de parler avec Westbrook, l'un des meilleurs, mais il n'a pas la moindre classe. Il peut me menacer autant qu'il veut, mais pas ma femme. C'est moi qui lui ait parlé, pas elle. Elle fait 1.50m et 45 kg, sérieux mec..."

Le 28 avril 2018, Shane Keisel avait tweeté : "Westbrook est une merde sans la moindre classe. Il faut que quelqu'un lui botte le cul". Il a donc clairement Russell Westbrook dans le viseur depuis pas mal de temps.

La NBA va se pencher sur cette affaire dans les prochaines heures.

Retour à l'accueil