NCAA : Sous estimé, Lamine Diane fait pourtant mieux que RJ Barrett et Zion Williamson

Si cela ne fait aucun doute que le canadien RJ Barrett et l'Américain Zion Williamson sont déjà considérées comme des  futures stars de la NBA, le freshman Lamine Diane (21 ans, 2.01 m) fait encore mieux en attaque et en défense cette saison à titre individuel que ces deux monstres médiatiques de la NCAA qui évoluent avec les Blue Devils de Duke sous les ordres du légendaire coach "K".

En effet, sans faire de bruits, l'ailier sénégalais du CSU Northridge Matadors (10-14), qui évolue dans la Conférence Big West est le 8e meilleur marqueur du pays avec une moyenne par match de 24.3 points en 34 minutes, mieux que RJ Barrett (12e avec 23.1 points en 33.6 minutes ) et Zion Williamson (19e avec 21.8 points en 29.1 minutes).

En 23 matchs joués cette saison, Lamine Diane est le seul joueur africain qui figure à la fois dans le Top 10 des meilleurs marqueurs de la NCAA sur le plan national et également dans celui des meilleurs rebondeurs avec une moyenne de 10.7 rebonds (10e au classement national), loin devant Zion Williamson qui occupe la 35e place avec 9.2 rebonds de moyenne. Le Nigérian de West Kentucky, Charles Bassey occupe quant à lui la 17e position avec 10.2 rebonds de moyenne. 

Joueur à la fois très talentueux et polyvalent, Lamine Diane est le leader incontesté des Maradors et aussi l'une des vedettes silencieuse de la NCAA comme en témoigne sa ligne de stats : 24.3 points, 10.7 rebonds, 2 passes décisives, 1.5 d'interceptions et 2.17 contres en 34 minutes par match. Il est classé à la 28e position des meilleurs contreurs, derrière son compatriote Tacko Fall (9e avec 2.64 contres), le nigérian Charles Bassey (17e avec 2.32 contres) et devant Zion Williamson (37e avec 2.04 contres).

Juste pour information, le pivot sénégalais de l'UCF, Tacko Fall est en tête du classement des joueurs ayant le meilleur pourcentage au tir dans la raquette. Zion Williamson est 9e tandis que Charles Bassey occupe la 33e place. 

Gros plan sur le phénomène sénégalais Lamine Diane 

NCAA : Sous estimé, Lamine Diane fait pourtant mieux que RJ Barrett et Zion Williamson

Lamine Diane est un étudiant de première année dit "freshman". Inconnu de la CBB, il fait pourtant mieux que Deandre Ayton, choix numéro 1 de la draft 2018 pour les Phoenix Suns.

Cal St. Northridge (CSUN) ne figure pas sur la liste des programmes de basketball universitaire les plus brillants des États-Unis, qui remportent de nombreux matchs ou qui produisent régulièrement des talents de la NBA. Les Matadors n’ont pas terminé une saison avec une fiche de .500 ou plus élevée depuis 2008-09, et leur dernier (et unique) joueur à se rendre en NBA était Paul McCracken en 1972.

Cela doit être la raison pour laquelle le basketball universitaire et l'industrie de la NBA ont dormi sur Lamine Diane de CSUN.

On pourrait penser qu’un guide de prononciation ne serait pas nécessaire pour un étudiant de première année classé parmi les 10 meilleurs du pays à la fois en points (scoring) et en rebonds par match. S'il jouait pour Duke ou le Kentucky, son nom serait entendu toutes les heures. Mais c'est à quel point ce phénomène a été sous-estimé.

Diane est né à Dakar au Sénégal. Son père, Keletigui, a joué pour l'équipe nationale du Sénégal, le basket a donc toujours occupé une grande place dans la vie de Lamine. Il est arrivé aux États-Unis en 2015 et a joué pendant deux ans au sein du Central Findlay Prep. Et, comme dans l'histoire souvent racontée de Rui Hachimura, premier choix à la loterie de Gonzaga, originaire du Japon, il se heurtait à une barrière linguistique majeure.

"Quand il est arrivé ici, je pense que les deux seuls mots qu'il connaissait étaient" oui "et" non ", a déclaré à Jason Jordan, ancien coéquipier de Findlay Prep et actuel joueur du Kentucky Wildcat PJ Washington.

Quel était le secret de Diane pour apprendre la langue anglaise à la hâte? S'immerger dans une culture pop américaine classique.

"Je regardais beaucoup de dessins animés", déclara Diane en souriant, dans Bleacher Report. "Des spectacles comme les Simpson."

Et une fois qu'il a été capable de mieux communiquer avec ses coéquipiers et de comprendre ce que le personnel du coaching staff lui disait, le talent de Diane a commencé à briller.

Diane a tourné en moyenne de 27,7 points en six matchs pour l'équipe Afrique aux Nations Adidas 2016 et a été classée par Draft Express comme le meilleur joueur de la compétition, devant Deandre Ayton (n ° 6) et probable n°1 de la draft 2019, Zion Williamson (classé n ° 4). C'est à ce moment que des écoles comme Baylor, en Californie et au Missouri ont commencé à s'intéresser à lui.

Il a ensuite cartonné en réalisant une solide campagne senior à Findlay Prep, avec une moyenne de 17,5 points, 6,5 rebonds, 2,2 passes décisives et 1,7 interception en 37 matchs pour une équipe à 33-4, selon MaxPreps.

Sous-estimé, la recrue 4 étoiles — Scout l'avait classé 4 étoiles (selon sa bio CSUN); Rivals et le composite 247Sports l'avaient classé 3 étoiles - s'est engagé dans l'un des programmes les plus obscurs de la Division I du pays.

Diane a raté son redshirt l'année dernière alors qu'il revenait d'une blessure au poignet.

"Mon année de redshirt je n'ai vraiment rien fait", a déclaré Diane. "Je ne pouvais même pas jouer. Cette année est donc très différente."

Au début de la saison, il était clair qu’il n’avait pas attrapé la rouille au cours de cette année sur le banc. Il est sorti en trombe, marquant 34 points contre le Nouveau-Mexique. Dans les cinq rencontres du mois de novembre du CSUN, Diane avait en moyenne 26,2 points et 11,4 rebonds, et il n’a pas beaucoup refroidi depuis.

Il affiche une moyenne de 24,3 points et 10.7 rebonds respectivement, ce qui est incroyable pour un joueur de première année. Kevin Durant, Michael Beasley, Deandre Ayton et Marvin Bagley III ont été les seuls autres étudiants de première année à en avoir au moins 20 points et 10 rebonds en moyenne - quatre joueurs qui se sont classés premier ou deuxième du classement final.

Diane est légèrement derrière Ayton (11,6) et Bagley (11,1) en rebond par match, mais il marque en moyenne plus de points, de contres, de passes décisives et d'interceptions que les N°1 et 2 de la Draft 2018 dans leur première année universitaire. 

Certes, Diane est plutôt âgée pour un joueur de première année, puisqu'il a célébré son 21e anniversaire un jour après sa performance gigantesque contre le Nouveau-Mexique. Durant était déjà une recrue de l'année de la NBA avant ses 20 ans. Bagley aura presque terminé sa deuxième saison de la NBA quand il aura 21 ans. Néanmoins, Diane est une recrue qui fait des shows tous les soirs.

Il a marqué au moins 14 points à chaque match et en a inscrit 20 ou plus dans 18 des 23 rencontres . Il a 13 doubles doubles et est en moyenne de 2,3 blocs (contres), 2,1 passes décisives et 1,5 interceptions par match.

Une partie de la raison pour laquelle il remplit la feuille de statistiques est qu'il est un amoureux du ballon. Diane est en tête sur le plan national en ce qui concerne le pourcentage de possession utilisée et se classe au troisième rang des joueurs ayant tiré plus de lancers francs. Il est essentiellement le James Harden de la Big West Conference.

Mais regardez-le jouer, et il n’est pas étonnant que l’entraîneur-chef Mark Gottfried et les Matadors se contentent de s’asseoir et de laisser Diane faire son travail.

NCAA : Sous estimé, Lamine Diane fait pourtant mieux que RJ Barrett et Zion Williamson

Le 30 janvier, Diane a marqué un record en carrière de 39 points à Cal St. Fullerton. À une minute de la fin de la première période, il n’avait que six points et CSUN menait 46-21. À lui seul, il a dominé Fullerton 33 à 32 et il a sacrément mené les Matadors jusqu'à la victoire.

"Au début de la seconde mi-temps, nous étions à environ 20 points", a déclaré Diane. "Alors, je me suis dit" D'accord, je dois jouer fort pour aider mon équipe à gagner. " En première période, je n'ai pas assez joué. "

Il y avait une séquence en particulier alimentée par l'effort qui pourrait aussi bien être la totalité de sa mixtape de pré-Draft.

Cela a commencé avec un turnaround jumper après avoir reçu une passe d’entrée juste à l’extérieur de la voie du bloc inférieur. Il a pris deux dribbles, tourné, a redressé ses épaules et - avec un toucher parfait et un point de sortie élevé - n'a touché que le filet. Ce n’était pas Tim Duncan-esque ou quoi que ce soit, mais c’était un très beau poste d’un homme qui a été formé (6'7 ", 205 lbs) comme une ailier.

Lors de la prochaine possession de CSUN, Diane a traversé tout le terrain pendant environ 10 secondes, emmenant la défense avec lui avant de jeter un coup d'œil pour prendre un tir à 3-points. Ce n'est pas son point fort. Il est entré dans le match avec 3 sur 11 à partir de la ligne des trois points, alors vous pouvez comprendre pourquoi son défenseur lui a laissé de la place pour l'empêcher de conduire la balle jusqu'au cerceau. Mais avec un peu de mouvement funky, il réussit à conclure auprès du cercle comme s'il s'agissait d'un lay-up.

Après une défaite de Fullerton, Diane a saisi le rebond défensif pour un coast-to-coast, battant deux défenseurs avec un Eurostep avant de placer le ballon dans le cerceau - le coup le plus athlétique de cette séquence, mais il le fait régulièrement.

Il obtint un autre rebond défensif lors de la prochaine possession de Fullerton et tente de jouer le coup. Mais cette fois, la défense a réagi immédiatement pour l’arrêter, alors il a retrouvé Cameron Gottfried ouvert dans le coin. Il a pris le tir mais pouvez-vous deviner qui était là pour l'attraper? Diane attrapa le ballon et exécuta un up-and-under pour un panier facile.

Cela représente neuf points et trois rebonds en moins de deux minutes et de diverses manières. C’est un couteau suisse à l’offensive qui déploie également suffisamment d’efforts en défense pour réaliser une moyenne de près de quatre blocs et d'interceptions par match.

Si Diane venait de nulle part, vous pourriez peut-être comparer ses chiffres au niveau de la concurrence. Mais il a déjà montré à Adidas Nations qu'il pouvait jouer de la sorte contre n'importe qui.

Tôt ou tard, le public simulé prendra note de ce Matador.

Sans aucun doute, il y a des trous dans son jeu. Le pourcentage de lancers francs (51.5%) est une pilule difficile à avaler. Il devra également travailler encore plus dur pour améliorer ses pourcentages au tir d'une manière générale. Et vous ne pouvez pas vraiment savoir comment il se comporterait dans une situation beaucoup moins dominante tant que vous ne le verrez pas en action.

Mais ceux-ci pourraient être des défauts corrigibles ou gérables pour un gars qui a un potentiel aussi grand que n'importe quel joueur du pays. Que Diane se déclare pour le Draft de cette année ou qu’il décide de rester trois autres années encore à CSUN, la franchise de la NBA qui se présentera au deuxième tour peut faire une très bonne prise.

Retour à l'accueil