NCAA : Alexis Yetna, l'une des étoiles montantes du South Florida

Français d'origine camerounaise, Alexis Yetna réalise une saison remarquable en NCAA avec South Florida. Élu plusieurs fois freshman de la semaine dans la Conférence American Atlantic (AAC), Yetna tourne cette saison avec une moyenne de 13 points, 9.8 rebonds et 1.1 passe par match, aidant ainsi les Bulls du South Florida à un bilan de 16 victoires pour 6 défaites. 

Joueur méconnu en France, après avoir découvert le basket sur le tas à Cergy-Pontoise, Alexis Yetna est parti aux Etats-Unis poursuivre sa formation. Après une saison "redshirt", cet intérieur de bientôt 22 ans vu en équipe de France U20 masculine à l'été 2017, brille sous les couleurs de l'Université de South Florida. En moins de 30 minutes de moyenne, il tourne presque en double-double (13 points à 56,3% de réussite aux tirs, 9.8 rebonds - un des meilleures moyennes du pays -, 1,1 passe décisive et 0,6 contre).

Le 27 janvier dernier, lors de la large victoire d'USF (16 victoires en 22 matchs) contre East Carolina (77-57), il a signé son meilleur match en NCAA, cumulant 28 points à 11/13 aux tirs (1/2 à 3-points) - son record -, 13 rebonds et 2 passes décisives en seulement 25 minutes. Pas mal pour un sophomore (deuxième année). Dans la conférence "American", USF est en milieu de tableau avec un bilan équilibré (4 victoires et 4 défaites).

Après avoir raté la victoire de son équipe face à SMU (67-66), Yetna devrait être de retour sur les parquets ce dimanche soir face aux Pirates de la Caroline de l'Est.

Alexis Yetna à la Coupe du Monde avec le Cameroun ?

Très bien placé pour décrocher le cinquième et dernier ticket qualificatif de la zone Afrique pour la Coupedu Monde de FIBA 2019 qui aura lieu en Chine, le Cameroun a en tout cas tout intérêt à se rapprocher de l'entourage de ce jeune dont le talent ne souffre d'aucune contestation. Au vue de ses performances actuelles, il devrait vraisemblablement postuler pour une place en NBA dès son année sénior. Et même si il a porté les couleurs de l'équipe nationale française des U20, il a encore la possibilité d'évoluer avec les Lions Indomptables si il en a l'envie et que la Fédération camerounaise de basketball venait également à se rapprocher de son homologue de la FFBB.

A lire aussi....ALEXIS YETNA UN PARCOURS EN BRONZE. 2017-09-06 | Xavier CALVAIRE

NCAA : Alexis Yetna, l'une des étoiles montantes du South Florida

Bonjour Alexis, pourrais-tu te présenter afin que les fans de basket qui ne te connaissent pas encore en sachent un peu plus sur toi ?

 AY :   Bonjour, je m’appelle Alexis Yetna. J’ai 19 ans (bientôt 20). J’ai grandi dans la ville de Vauréal près de Cergy dans le Val-d’Oise. J'ai fait toutes mes études à Vauréal où j'ai obtenu mon baccalauréat scientifique en 2015. J’ai décidé de  pratiquer le Basket-ball, en 2012, après avoir fait huit ans de football. J'ai passé des détections pour plusieurs centres de formation en France, ce qui m'a permis de prendre conscience qu'il serait difficile d'intégrer un centre de formation tout en continuant mes études. Le projet étudiant/athlète aux USA est arrivé au bon moment. Après avoir passé deux ans en Prep School, j'intègre cette année l'université de South Florida (NCAA 1ère division) en tant que Freshman.

Tu as un parcours vraiment atypique. Pourrais-tu nous expliquer plus en détail d'où tu viens et comment tu as pu arriver jusqu'au championnat d'Europe 2017 avec l'équipe de France ?

AY :   J’ai commencé le basket-ball, en 2012, à l’âge de 15 ans au club de basket de Vauréal. L'année suivante, j'ai poursuivi ma progression au club de Cergy-Pontoise Basket-ball d’abord en cadet région puis la saison suivante en junior championnat de France tout en jouant quelques matchs en junior région.

À la fin d'un match junior région, le coach de l'équipe adverse m’a dit que j'avais le potentiel pour peut-être obtenir une bourse sportive aux USA me permettant d'allier sport et études. C’est dans ces circonstances qu'il m'a présenté Coach X, Xavier CALVAIRE, afin qu’il m’assiste dans mon projet sportif et académique. J'ai fourni à Xavier un montage vidéo de mes matchs réalisé par mes parents qui l'a alors transmis à son partenaire aux USA, pour qu’il la montre aux différentes Prep Schools.

La première année à Mount Zion Prep m'a permis de me familiariser avec la langue anglaise. Ce fut une année de découverte et d'adaptation au basket américain, me faisant travailler physiquement et gagner en agressivité.

Durant l’été 2016, j’ai participé au tournoi AAU d'Adidas où j'ai terminé meilleur rebondeur. À l'issue du tournoi, j'ai été sélectionné pour faire partie de la ADIDAS SELECT TEAM USA, réunissant les 11 meilleurs joueurs du tournoi, pour une participation à l'EUROCAMP, à Trévise (Italie), où j'ai joué contre l'équipe de France U20 (génération 1996). C'est sans doute ce qui a permis au coach de l’équipe de France de me découvrir et de me suivre tout au long de ma saison à Putnam Science Academy, une des meilleures écoles des USA tant au niveau académique que sportif. En mai 2017, j'ai été heureux d'être convoqué en équipe de France U20, afin de participer aux stages de préparation pour le championnat d’Europe de basket U20.

Je saisis cette occasion pour remercier le coach de l’équipe de France (Jean-Aimé Toupane) et tout son staff de la confiance qu’ils m’ont témoignée en me donnant l’opportunité de vivre cette expérience internationale.

Tu étais dans la même structure qu'Hamidou Diallo (annoncé comme Lottery Pick pour la Draft 2018) à Putnam Science, l'un des meilleurs programmes de Prep School aux USA. Peux-tu nous expliquer un peu comment fonctionne une journée de cours et basket dans cette école ?

AY :  Effectivement, j'ai pu jouer à Putnam Science Academy avec Hamidou Diallo, qui est annoncé pour la Draft 2018. Chaque match suscitait le déplacement de plusieurs scouts. Je me souviens qu'à un match, le GM des Celtics de Boston, Danny Ainge, était présent.

Une journée type à Putnam Science Academy commence avec le petit déjeuner à 7h30, puis à 8h, une heure de musculation suivie de 20 min de shooting, lancers francs, post moves etc…

Ensuite, nous avons 10 à 15 min pour nous doucher, avant d’aller en cours de 9h30 à 12h30. Jusqu'à 13h, vient ensuite la pause déjeuner, puis les cours reprennent jusqu’à 14h30. Les entrainements commencent généralement à 14h50 pour finir à 17h15. Nous dînons à 17h30. Après, il y a des heures d’études programmées et du temps libre.

Tu as été sélectionné en juin 2016 pour jouer avec la sélection US Adidas à l'Eurocamp de Trévise, où tu as d'ailleurs joué contre la France lors de cet événement, cela a dû te faire un drôle d'effet, non ?

AY :   En effet, en tant que Français, jouer avec une sélection US contre l’équipe de France me semblait bizarre ; je me disais que j’avais une opportunité de me faire remarquer par le sélectionneur français car, pour tout sportif, représenter son pays dans une compétition internationale est un objectif et un moment de grand plaisir. Mais sur le terrain, je suis resté concentré sur mon match et je me suis donné à fond pour l'équipe.

Tu as été recruté par plus de 20 universités de NCAA 1ère division avec une bourse complète. Peux-tu nous expliquer comment se passe le recrutement d'un étudiant/athlète aux USA ?

AY :   Aux États-Unis, ce sont les coachs des universités qui se déplacent pour observer les joueurs dans leurs championnats respectifs, contrairement au système de détection Français où ce sont les joueurs qui se déplacent pour un regroupement dédié à la détection. Les universités disposent de gros budgets pour ces recrutements. Le système de scouting est un outil pour aider les universités dans leurs choix de joueurs. Les coachs repèrent généralement les joueurs durant les tournois AAU d'été, puis les suivent durant la saison régulière en discutant régulièrement avec les joueurs et les coachs de ceux-ci. C’est au moment où ils sont convaincus qu’ils veulent un  joueur qu’ils lui font une offre officielle de bourse. Un joueur peut recevoir un nombre illimité d’offres de bourses de la part de différentes universités. Il a droit à 5 visites officielles d’universités pour l’aider à faire le meilleur choix. Lorsque son choix est fait, le joueur s'engage avec l'université (Commitment).

Ton choix s'est finalement porté sur USF (University of South Florida), pourquoi cette école plutôt qu'une autre ?

AY : Mon choix s’est porté sur USF parce qu’après avoir parlé longuement avec les coachs, j’ai vu qu’ils avaient la même vision de développement de mon jeu que moi. Ils m’ont expliqué leur projet pour moi et pour l’équipe, que j’ai trouvé ambitieux. L’USF a un programme académique qui correspond à mon objectif de formation ; c'est une université qui est très bien cotée pour le programme business school. Les installations et les équipements sont juste incroyables et le staff est vraiment attentif à mes besoins.

Revenons sur cette médaille de bronze à l'Euro U20 Masculin 2017 en Crête. Comment s'est passée votre campagne et quelle est la différence principale que tu as pu voir entre le basket de haut niveau en Europe comparé à celui pratiqué aux US ?

AY : Notre campagne était longue pour certains joueurs ayant commencé en février 2017. En ce qui me concerne, l’aventure a débuté le 15 juin 2017, avec un groupe élargi de 19 joueurs. Ensuite le coach n’a retenu que 12 joueurs pour représenter la France à cette compétition en Grèce. Cette campagne a été riche sur tous les plans : humainement, culturellement et sportivement. C’est une réussite totale pour ma part dès ma première participation, je rentre avec une médaille de bronze. Tout s’est bien passé car on a su créer une bonne alchimie dans l’équipe afin d’être prês pour l’Euro. Je dirais que la différence entre le basket européen et américain, c’est que le basket européen est plus stratégique, technique, en recherche d'un basket « sûr », « propre et juste », alors qu’aux États-Unis, c’est plus direct et efficace, et très athlétique.

Quels sont tes projets maintenant que tu es rentré en France ? As-tu des vacances ?

AY :   Je vais profiter de ma famille, de mes amis ou me reposer parce que j’ai eu très peu de vacances cette année: deux semaines avant de la campagne avec l’équipe de France et une semaine après.

Merci Alexis, en espérant que ta carrière scolaire et sportive soit la plus belle possible. Souhaites-tu passer un dernier petit message ?

AY : J’aimerai juste dire à tous ceux qui veulent vraiment jouer au plus haut niveau qu’il faut travailler dur tout le temps et qu’il faut se nourrir des échecs pour devenir meilleur, ne jamais abandonner ses rêves et ses objectifs. Et surtout, être fort mentalement pour toujours continuer à se battre et à se donner à fond dans tous les domaines, que ce soit sur ou en dehors du terrain.

Le plus important reste les résultats scolaires, plus particulièrement pour ceux qui souhaitent avoir une aventure américaine. Les résultats scolaires font partie des prérequis.

Cette médaille de bronze, je la dédie à ma famille, mes amis, mes équipes formatrices (Vauréal et Cergy-Pontoise en France et Mount Zion Prep et Putnam Science Academy aux USA), à David ESA (coach d’Andresy qui m’a permis de rencontrer Coach X), à Coach X, qui a fait (et continue à faire) confiance à mon potentiel, et à son partenaire aux USA coach Sean, qui m’a accompagné dans mon projet et m'a permis de participer au tournoi d’ADIDAS aux USA.

Retour à l'accueil