Victoire facile pour Boston et Kyrie Irving qui signe 23 points et 10 rebonds. De leur côté les Knicks enchainent un douzième revers de suite.

Victoire facile pour Boston et Kyrie Irving qui signe 23 points et 10 rebonds. De leur côté les Knicks enchainent un douzième revers de suite.

Les Celtics ont dominé, sans forcer, les Knicks (99-113) dans la nuit de vendredi à samedi, grâce notamment aux 23 points, 6 passes et 8 rebonds de Kyrie Irving. Boston décroche ainsi un 8e succès de rang en neuf matches, grimpant à la 4e place de la conférence Est. Pour New York, c’est une 12e défaite d’affilée…

Dans un cinq improbable, sans les recrues en provenance de Dallas, Kevin Knox et Luke Kornet assument le scoring en début de match. Par son enthousiasme, New York pose des soucis à des Celtics assez lents. Bousculés, Jayson Tatum et sa bande vont augmenter leur niveau de jeu petit à petit. La jeune star de Boston brille par sa vitesse de drive et sa faculté à scorer à mi-distance (17-15).

Séduisants pendant les premières minutes, les joueurs de la Big Apple ont nettement plus de mal, notamment en attaque et le manque de rotation se fait ressentir. C’est tout l’inverse des Celtics qui peuvent compter sur l’apport des remplaçants et notamment de Gordon Hayward ou Jaylen Brown pour mener après 12 minutes de jeu (25-20).

Le retour aux affaires des Knicks montre que les hommes de David Fizdale ont des ressources (32-30). Dotson à 3-points puis Knox redonnent l’avantage aux locaux. Mais le retour sur le terrain de Kyrie Irving change la donne. La star des Celtics, timide jusqu’à présent, décide de prendre les choses en mains. Ses deux actions de grande classe conclues par un drive puis un tir à longue distance montrent à quel point il peut faire des merveilles (42-37).

« We Want Kyrie » scandé par le public newyorkais
Après avoir repris les commandes de ce match, Boston termine plutôt bien ce deuxième acte. Certes Dotson ou Kornet montrent des choses intéressantes en attaque mais la puissance collective dégagée par les coéquipiers de Marcus Smart est redoutable. À la pause, Boston maîtrise son sujet même si l’écart reste sous la barre des 10 points (56-47).

Trouvé poste bas, Al Horford se montre à son avantage. Boston garde les même intentions qu’en première période. Sans forcer, Irving et sa bande proposent un basket séduisant. Sous les yeux de son père et acclamé par le MSG, qui le réclame sous le maillot des Knicks, Kyrie Irving montre l’exemple. Adroit de loin, il parvient aussi à trouver ses coéquipiers dans de bonnes conditions. Hayward, seul à 3-points, ne se fait pas prier pour augmenter l’avance de son équipe dans ce 3e acte (70-56).

La force collective des Celtics fait la différence
L’ancien ailier du Jazz est en forme ce soir. Adroit, il pose de gros problèmes à la défense des Knicks. Courageux et solidaires, Knox et sa bande lui répondent. Déçu de ne pas être au sélectionné au Rising Stars Challenge, le rookie montre de très belles choses et c’est lui, tout seul comme un grand, qui maintient son équipe à flot (72-66). Le run new-yorkais a réveillé le Madison Square Garden. Pas pour très longtemps puisque Hayward, encore à 3-points, puis Irving avec la faute terminent ce 3e quart-temps sur une bonne note (80-73).

Rozier à 3-points puis Brown d’un fadeaway lancent parfaitement le dernier quart-temps des Celtics, et on sent que les Celtics n’ont pas envie de vivre une fin de soirée compliquée. La balle circule en attaque et l’alternance poste haut/poste bas est bonne. Marcus Morris et Terry Rozier en profitent pour scorer à longue distance et signer un 14-4 pour prendre le large (94-77).

Enes Kanter et Knox tentent tout dans cette fin de match, mais le talent adverse fait à chaque fois la différence, et Boston décroche une 8e victoire en neuf matches pour grimper à la 4e place. À New York, c’est une 12e défaite de suite…

Retour à l'accueil