Toronto corrige les Grizzlies

Memphis reste dans son marasme après sa lourde défaite chez les Raptors (119-90). Cinquième défaite de rang pour les Ours du Tennessee. Pascal Siakam a brillé avec 17 points et 8 rebonds en 29 minutes. Serge Ibaka n'a pas été en reste, signant 18 points et 5 rebonds en 26 minutes. 

Après deux défaites face aux Pistons et aux Pacers, ainsi qu’une discussion en interne avec le propriétaire Robert Pera, Memphis n’a pas su se révolter sur le parquet des Raptors.

Au contraire, après une première mi-temps disputée, les Canadiens ont infligé une véritable humiliation aux visiteurs. Vainqueurs 119-90 sans Kawhi Leonard, les hommes de Nick Nurse se sont appuyés sur un collectif équilibré et galvanisé par l’adresse extérieure de Danny Green, brillant à 3-points (24 points à 8/13 aux tirs… dont 8/12 derrière l’arc). Côté Memphis, l’absence de Marc Gasol, touché au dos, a pesé mais cela ne suffit pas à expliquer la déroute des joueurs de J.B. Bickerstaff.

Un début de match en faux rythme
Les deux équipes se sont pourtant tenues pendant de longues minutes, Memphis accomplissant de gros efforts sur le repli défensif pour contenir les contre-attaques de Toronto. Mais même sans Kawhi Leonard, la force de frappe de Toronto est conséquente et les Grizzlies lâchent peu à peu du lest.

Menés 23-19 après le premier quart-temps, Memphis reste cependant au contact et égalise même sur un tir primé de Jevon Carter. Déjà à l’aise face aux Grizzlies lors de leur première confrontation, C.J. Miles donne de l’air avec son adresse extérieure, assisté par Serge Ibaka mais Jaren Jackson Jr. reste solide dans la raquette, tout comme Shelvin Mack, beaucoup plus agressif que Mike Conley. Et malgré le travail adverse, Toronto appuie juste avant la pause avec le retour de Danny Green à 3-points puis Kyle Lowry, assez roublard pour provoquer une faute derrière l’arc (55-48).

Danny Green douche les Grizzlies
La période suivante sera un calvaire pour Memphis. Alors que Toronto arrive préparé, les Grizzlies sont visiblement encore au vestiaire. Après Pascal Siakam et Fred VanVleet, Danny Green prend chaud et frappe à trois reprises en moins de deux minutes, sans que les Grizzlies ne daignent le couvrir. Cinq minutes sont passées et alors qu’il y avait match, Toronto compte désormais 18 longueurs d’avance. Sans point d’ancrage offensif, Memphis galère : balles perdues, violation de l’horloge, l’affaire devient bien compliquée puisque Ivan Rabb semble être le seul à se démener. À deux minutes de l’interlude, Danny Green ajoute un tir primé pour prendre 30 longueurs d’avance (90-60) : les Grizzlies sont au fond du trou.

Menés de… 38 points pour l’ultime période, les joueurs de J.B. Bickerstaff ont l’amabilité de se battre un peu plus pour réduire l’écart mais il est clair que la rencontre est pliée. Le banc de Toronto assure sans sourciller, sans jamais être inquiété lors d’un « garage time » bien long. Il y a des signes qui ne trompent pas, comme les 26 balles perdues de Memphis, certes face à l’une des meilleures défenses de la ligue, mais indignes d’une équipe qui se voulait prétendante aux playoffs.

Retour à l'accueil