Paul George terrasse Philadelphie sur un énorme game winner !

Alors que le Thunder avait le match en main, Oklahoma City a failli se saborder dans le money time chez les 76ers avant d'être sauvé par un shoot décisif de Paul George (115-117).

Quel incroyable finish ! Grâce à une action à quatre points de Paul George (31 points), le Thunder s’impose in extremis sur le parquet des Sixers (117-115). « PG » a ainsi répondu à Jimmy Butler, qui venait d’intercepter une passe de Dennis Schröder pour donner l’avantage aux siens. Les Sixers de Joel Embiid (31 points) et Ben Simmons (20 points, 15 rebonds et 9 passes), qui restaient sur trois victoires de suite, ont ainsi cru au « hold-up » après avoir été menés pendant la majorité du match…

Le Thunder démarre fort
Avec un seul succès sur six derniers matchs, le Thunder a un besoin urgent de victoire. Les visiteurs confirment cette intention en démarrant fort leur match. Outre George et Westbrook, adroits dans le périmètre à l’entame, OKC peut s’appuyer sur son point de repère intérieur, Steven Adams. Le Kiwi prend à plusieurs reprises au poste le dessus sur son vis-à-vis Joel Embiid. Tant et si bien qu’OKC prend rapidement et largement les commandes (13-25).

Philadelphie parvient à recoller sans trop de difficulté grâce à son banc. T.J. McConnell n’est peut-être pas adroit, mais ses passages à la mène boostent l’attaque des Sixers. Son coéquipier et catch-and-shooteur en chef, Landry Shamet, en profite pour aligner trois tirs primés en quelques minutes (38-40).

Il faut bien cette adresse pour répondre au gros coup de chaud de Dennis Schroder qui enchaîne… 11 points de suite, dans le deuxième quart-temps. Bien dans son tir extérieur, l’ancien meneur des Hawks profite des passages sur le banc de Joel Embiid pour attaquer le cercle. OKC, équipe comptant parmi les plus faibles au niveau de l’adresse de loin, domine ainsi au nombre de points inscrits dans la raquette. Malgré sa poignée de points de retard, Philly s’appuie sur son créateur, Ben Simmons, qui alimente ses coéquipiers, tout en étant hyper présent au rebond offensif. Sa claquette dunk juste avant la pause permet de réveiller son équipe et son public (56-59).

Un duel final Butler-George de folie
Et le tandem Simmons – Embiid impose un peu plus sa marque sur la rencontre dans le troisième quart. Pas très heureux aux lancers-francs, et quasiment inexistants à longue distance, les deux hommes s’alimentent mutuellement pour aller au cercle, profitant des espaces libérés par leur shooteur fou, J.J. Redick. Ce dernier tente de compenser le non-match de Jimmy Butler, d’une maladresse impensable. L’ancien Wolf laisse sans doute de la gomme à vouloir gêner défensivement Paul George, qui ne se prive pourtant pas pour le punir avec un « stepback » de loin.

Avec lui, OKC semble toujours être en contrôle avant un final de folie (81-92). Le Thunder veut se mettre à l’abri en pratiquant le « hack-a-Simmons ». Cela n’empêche néanmoins pas Philly de recoller et Jimmy Butler d’envoyer un énorme tir à 3-points inattendu. Toujours à la peine avec son tir de loin, Russell Westbrook insiste trop, avant finalement de trouver Terrance Ferguson pour calmer l’enthousiasme local. Mais Jimmy Butler s’impose de nouveau sous le cercle, avec sa main gauche et la faute cette fois, puis vole un ballon clé devant Dennis Schroder. Philadelphie repasse ainsi devant sous les yeux d’un Russell Westbrook, sorti pour six fautes quelques secondes plus tôt, agacé après avoir pris un coup de genou de Joel Embiid.

C’est là, alors que les Sixers semblent tenir le hold-up, que Paul George prend les choses en main et envoie un énorme tir primé, à cinq secondes du terme, avec la faute de Jimmy Butler ! Ce dernier ne parviendra pas à répondre dans la foulée.

Victoire précieuse du Thunder (27 victoires – 18 défaites), qui rejoue à New York lundi. Les Sixers (30 victoires – 17 défaites) restent à domicile avec la réception des Rockets le même soir.

Retour à l'accueil