Les Warriors remportent le choc face à Boston sur le fil du rasoir

Les Warriors ont signé une 10e victoire consécutive (115-111) dans l'un des chocs du week-end sur le parquet des Boston Celtics. Al Horford signe un double-double avec 22 points et 13 rebonds, tandis que Jayson Tatum a inscrit 20 points, capté 5 rebonds avec 3 passes. Kyrie Irving a mené les C's avec 32 points, 6 rebonds et 10 passes décisives. 

A la reprise, en octobre dernier, l'équation paraissait assez simple. Les Cleveland Cavaliers étant sortis du cercle des favoris après le départ de LeBron James, la Conférence Est devait devenir la chasse gardée des Boston Celtics, avec des Finales NBA les mettant aux prises avec les Golden State Warriors. Trois mois plus tard, la donne a un peu changé. L'affiche de samedi entre les deux équipes semblait avoir perdu un peu son côté "finale avant l'heure". Boston, cinquième et un peu distancé dans la Conférence Est, a tout de même tenu son rang et poussé les doubles champions en titre à livrer un beau combat. Les Californiens avaient besoin de mettre leur invincibilité du moment à l'épreuve face à une formation au complet et pas battue d'avance. C'est chose faite.

Si les Warriors l'ont emporté (115-111) sur le parquet des Celtics dans une atmosphère de playoffs au TD Garden, la bataille a été âpre: 21 changements de leader au tableau d'affichage, un Kyrie Irving en pleine bourre (32 points, 10 passes) et un avantage définitif pris uniquement dans la dernière minute, Golden State a cravaché. Les 33 points de Kevin Durant et le sang froid de Klay Thompson (21 points) en fin de match ont fait la différence et permis aux hommes de Steve Kerr de conquérir une 10e victoire consécutive.

Kerr, justement, pointait du doigt sur ESPN le péril que représentait l'ambiance électrique du TD Garden dans pareil contexte. Malgré l'avantage procuré par "des fans bostoniens qui ont eu jusqu'à 20h30 pour boire quelques bières de plus", le coach des Warriors a vu son équipe lui offrir un nouvel accomplissement personnel. Jamais un technicien n'avait atteint les 300 victoires en carrière aussi rapidement dans l'histoire de la NBA. L'ancien sniper des Chicago Bulls et des San Antonio Spurs, cinq fois champion en tant que joueur, n'a eu besoin que de 377 matches. Au vu de la forme de ses joueurs, il n'a sans doute pas fini de battre des records de précocité.

Retour à l'accueil