Joel Embiid signe un gros double-double victorieux face aux Clippers

Philadelphie s'est fait peur face aux Clippers. Après avoir largement menés, les Sixers s'imposent finalement 119-113 au terme d'un match bouillant. Joël Embiid termine en double-double avec 28 pts et 19 rbds. Leaders de la Ligue, les Bucks ont tenu leur rang face à Detroit (121-98). Brook Lopez (25 pts) a de nouveau brillé au tir longue distance avec un 7 sur 12 !

Que de rebondissements dans cette rencontre ! Alors qu’ils menaient tranquillement de plus de 20 points avec un grand Joel Embiid (28 points et 19 rebonds), les Sixers ont finalement dû s’arracher dans les dernières minutes pour s’imposer de peu sur le parquet des Clippers (119-113). Une rencontre marquée par quelques échauffourées entre les deux équipes, et notamment les expulsions de Jimmy Butler et d’Avery Bradley.

Il y a quelques jours, Doc Rivers se demandait comment limiter LaMarcus Aldridge, sans vraiment trouver de réponse. Même genre d’équation pour lui ce soir avec la venue de Joel Embiid. Le coach des Clippers réajuste son cinq majeur en y réintroduisant Marcin Gortat, dont le temps de jeu est en chute libre. On ne peut pas dire que le choix soit payant tandis le pivot des Sixers pose son empreinte sur l’entame de match. N’hésitant pas à prendre sa chance à 3-points, Embiid ne rate quasiment rien dès qu’il s’approche du cercle. Les Clippers lui facilitent le travail en ne posant pas les écrans retard pour protéger le rebond défensif. Ni Montrezl Harrell, ni Boban Marjanovic ne font guère mieux que Gortat pour éloigner Embiid du cercle. Ce dernier se rapproche déjà de la vingtaine de points à la pause.

Les Clippers obligés de prendre Embiid à deux
La suite des événements donnent raison à Embiid, qui se plaignait récemment de recevoir moins de ballons en seconde période. Jimmy Butler « oublie » parfois de le servir après l’écran, et surtout, ses adversaires commencent à le prendre à eux systématiquement au poste. Pourquoi s’en faire ? Philadelphie est largement en contrôle. Le jeu en transition est efficace, la balle circule bien, la bataille aux rebonds est largement remportée. Mous en défense, les Clippers peinent à répondre en attaque. Hormis Danilo Gallinari qui termine fort la première période (avant de disparaître…), Harrell et Harris ont de soucis de fautes et peu d’impact sur le match.

L’écart, qui grimpe jusqu’à +24 dans le 2e quart-temps (42-66), se maintient autour de la dizaine de points en faveur des Sixers. Avec un J.J. Redick, sur ses anciennes terres, toujours redoutable longue distance, et quelques bons soldats venant du banc, dont T. J. McConnell, Philadelphie ne semble pas pouvoir lâcher cette rencontre. Le Staples Center se remet pourtant à y croire grâce aux tirs à mi-distance d’un Lou Williams, par ailleurs catastrophique à 3-points (1/8), comme toute son équipe. Même s’il laisse quelques points en route sur la ligne des lancers, l’arrière rebooste son équipe comme à l’accoutumée.

Bousculades, techniques, expulsions…
D’autant que dans le même temps, le match prend un tournant physique. Embiid et Beverley sont les premiers à se chamailler et reçoivent une technique chacun. Puis Butler et Bradley jouent l’acte II pour se faire expulser tous les deux. Ces faits de non-jeu sortent les Sixers de la partie. Complétement amorphes en attaque, ils ne jouent plus tandis que Harrell en face devient possédé dans la raquette. Embiid a beau le contrer une première fois, il y retourne pour obtenir la faute. Avec lui, et malgré deux loupés importants aux lancers en toute fin de rencontre, les locaux reviennent à seulement quelques possessions.

Secoué par Harrell, Embiid rentre quelques tirs clés et Simmons, malgré lui aussi un passage raté sur la ligne (trois manqués de suite…) fait une « Scottie Pippen » sur une remise en jeu avant d’aller dunker pour clore les débats. Victoire finale poussive pour les Sixers (24 victoires – 14 défaites) qui poursuivent leur voyage à Phoenix la nuit prochaine. Les Clippers (21 victoires – 16 défaites) voyagent aussi à Phoenix vendredi.

Retour à l'accueil