The Enquirer Cincinnati a récemment rencontré Romain Sato, ancien joueur de l'Université de Xavier, pour voir ce que le diplômé de 2004 est en train de préparer. Photo de 2002.

The Enquirer Cincinnati a récemment rencontré Romain Sato, ancien joueur de l'Université de Xavier, pour voir ce que le diplômé de 2004 est en train de préparer. Photo de 2002.

La première chose qu'elle remarqua fut son sourire.

Beaucoup d'étudiants-athlètes se sont assis en face du bureau de Sister Rose Ann Fleming à l'Université Xavier à Cincinnati dans l'Ohio, mais il n'y en a pas eu beaucoup comme Romain Sato qui la regardait. 

Il y a près de deux décennies, Skip Prosser, ancien entraîneur de basket-ball chez Xavier, a présenté Sato à Fleming, qui est aujourd'hui l'assistante spéciale de la présidente de l'université de Xavier dans le domaine du sport.

"Skip était absolument déterminé à recruter et à faire venir Romain", a déclaré Fleming. "Skip n'allait pas échouer. 

"J'étais donc assez impatiente de savoir qui était celui dont Skip me parlait de lui si intensément. Un jour, j'ai reçu un appel de Skip m'informant que Romain arrivait. 

"J'ai attendu tout l'après-midi et ils sont enfin arrivés et la première chose dont je me souvienne à propos de Romain fut son sourire. Je me suis dit:" Comment ne pas aimer ce sourire? " 

Fleming a été impressionnée par la maîtrise de l'anglais de Sato. 

"Il était aux États-Unis au moment où je le rencontrais depuis au moins un an", a déclaré Fleming.

Le programme étudiant qui a amené Sato en Amérique de sa ville natale de la République centrafricaine, aurait pu le placer n'importe où, mais il a atterri à Dayton, dans l'Ohio.  

"Quand vous voyez une carte de l'Afrique, c'est un petit pays au milieu", a déclaré Sato, qui vient d'obtenir la citoyenneté américaine. 

Le coup du sort qui a placé Sato à environ une heure de Xavier n’a pas été une mauvaise chose.

Ce n’est pas non plus le fait qu’il ait atterri dans une bonne maison qui l’a aidé à se préparer à Xavier. 

"J'ai de la chance d'avoir d'excellents parents dans l'Ohio qui m'ont accepté et accueilli dans leur maison", a déclaré Sato. "Pouvoir rester avec eux, c'est une grosse opportunité. Mes parents ont fait un excellent travail. Sans eux, je ne serais pas où je suis en ce moment. Ils travaillent dur et m'aident à étudier et à apprendre la langue. Ils m'ont aidé à aller à l'école. Cela signifie tellement pour moi. Pouvoir apprendre la langue et faire le travail scolaire n'a pas été facile pour moi. " 

Au cours de la carrière de Sato à Xavier, qui lui a valu une place au Temple de la renommée des mousquetaires (Musketeers), il a enregistré un total record de 130 titularisations consécutives dans le cinq majeur, participé à quatre tournois consécutifs dans la NCAA et participé à la première apparition de léquipe dans l'Elite Eight, en 2004. . Il est également quatrième sur la liste des meilleurs scoreurs de Xavier (2 005 points) et huitième meilleur rebondeur de tous les temps avec 892 rebonds. 

The Enquirer Cincinnati a récemment rencontré Romain Sato, ancien joueur de l'Université de Xavier, pour voir ce que le diplômé de 2004 est en train de préparer. Photo de 2001. ENQUIRER FILE PHOTO

The Enquirer Cincinnati a récemment rencontré Romain Sato, ancien joueur de l'Université de Xavier, pour voir ce que le diplômé de 2004 est en train de préparer. Photo de 2001. ENQUIRER FILE PHOTO

Le travail paie
Sato n'avait pas peur de travailler.

À cause de cela, son éthique de travail est devenue sans doute sa plus grande force.

"Romain était un travailleur acharné", a déclaré Fleming. "Au début, il essayait de prendre tous ses livres - il avait un dictionnaire - en prenant le temps de regarder chaque mot d'une cession. S'il ne connaissait pas le mot, il le cherchait. 

"Il restait littéralement debout toute la nuit pour faire son travail. Il était ce genre d'étudiant. Il ne voulait pas que quelqu'un se plaint de lui. Il le considérait simplement comme un travail à faire étant donné que l'anglais était sa seconde langue. . " 

Fleming lui ai finalement venu en aide. Elle ne voulait pas qu'il reste éveillé toute la nuit, "essayant de faire l'impossible." 

"Mais c'est le genre de personne qu'il était une fois ses objectifs fixés", a déclaré Fleming. "Il s’est spécialisé en français, en fait. Et j’ai reçu un appel du département de la langue française. Ils l’adoraient parce qu’il travaillait si dur. Quand vous êtes majeur en français, vous lisez beaucoup de documents en français. Vous lisez des histoires en français et vous faites la littérature en français. " 

Le département de la langue française a invité Fleming à assister à la présentation principale de Sato. 

C'était il y a environ 14 ans, mais Fleming se souvient toujours du rapport de Sato "sur sept langues d'Afrique qu'il connaissait. L'anglais était l'un d'entre eux, mais il le savait. En tout, environ sept langues différentes et quelles étaient les différences. Elle était si fier de lui. 

"Ce jeune homme issu d'une culture totalement différente a fait partie de cet environnement érudit-athlète de Division I à haute pression et il a réussi parce qu'il voulait réussir." 

Cet éthique du travail sera pour lui une force tout au long de sa carrière, notamment en Europe. 

"C'était difficile pour moi à cause de la langue", a déclaré Sato. "Je venais d'arriver aux Etats-Unis il y a à peu près trois ans (avant Xavier) ... Xavier est l'une des écoles les plus difficiles. Être un étudiant athlète et faire du bon travail en classe n'est pas chose facile. J'ai donc dû mettre beaucoup de volonté y travailler pour pouvoir obtenir mon diplôme. 

"C'est la seule chose, tu sais, m'a promis Xavier. Skip Prosser dit: 'Il peut aller dans n'importe quel collège, il peut jouer pour n'importe quel entraîneur, mais la seule chose que je peux te promettre, c'est quand tu arriveras à Xavier, tu y vas pour obtenir une éducation, mais tu devras travailler dur pour obtenir ton diplôme. " 

The Enquirer Cincinnati a récemment rencontré Romain Sato, ancien joueur de l'Université de Xavier, pour voir ce que le diplômé de 2004 est en train de préparer. Photo de fichier de 2004 avant la rencontre du tournoi de la NCAA de Xavier avec Duke. ASSOCIATED PRESS/DAVE MARTIN

The Enquirer Cincinnati a récemment rencontré Romain Sato, ancien joueur de l'Université de Xavier, pour voir ce que le diplômé de 2004 est en train de préparer. Photo de fichier de 2004 avant la rencontre du tournoi de la NCAA de Xavier avec Duke. ASSOCIATED PRESS/DAVE MARTIN

La carrière en Europe 
Après l'obtention de son diplôme, il a été sélectionné par les Spurs de San Antonio lors du deuxième tour du repêchage de la NBA en 2004. 

Lorsque les Spurs l'ont mis sur la liste des blessés et ont renoncé à son contrat l'année suivante, il a adopté son éthique de travail en Europe et a obtenu un contrat dans la deuxième division de la Ligue italienne, où il a bien joué en terminant deuxième meilleur marqueur de la saison régulière avec 25,5 points et 7.5 points de moyenne. Lors des trois matches de séries éliminatoires de Romain cette saison-là (2005-2006), il tournait en moyenne de 35 points et 14,6 rebonds.

Il a tellement bien joué, en fait, qu'il n’a même pas terminé cette première saison en deuxième division italienne parce qu’il avait une offre pour jouer à Barcelone. 

"J'ai passé un bon moment et après cette saison, toutes les grandes équipes me voulaient", a déclaré Sato, qui est rentré en Italie et a remporté le premier de quatre championnats consécutifs de la Ligue italienne. Sans oublier deux trophées de MVP, un de la Série A et l'autre de la Coupe d'Italie. Il a participé au Final Four de l'Euroleague avec le Montepaschi Siena, terminant deuxième meilleur marqueur du tournoi à Madrid en 2008.

Ces succès lui ont permis de signer un contrat juteux en Grèce, où il a aidé le Panathinaikos Athènes à remporter un titre de l'EuroLeague en deux participations consécutives au Final Four, un championnat et une coupe nationale. Après deux saisons en Grèce, il a poursuivi sa carrière en Turquie pendant une saison, remportant la Coupe nationale avant de revenir pour une autre escale en Espagne avec Valencia Basket, où il a remporté l'EuroCup, la Liga Endesa et a été finaliste de la Coupe du Roi (Copa del Rey). Il a également été élu dans le cinq majeur de la Liga Endesa en 2014.

"De toute évidence, je suis un gars chanceux", a déclaré Sato, qui a eu l'occasion au fil des années de revenir en NBA, mais cela ne s'est jamais concrétisé. "Chaque équipe sur laquelle j'ai joué a gagné quelque chose. C'est une chose dont je ne me plaindrai jamais. 

"J'ai tellement à remercier." 

Avant que le basket-ball l'envoi en Europe pendant 12 ans, Sato a rencontré sa femme alors qu'il se trouvait à San Antonio en NBA. Ensemble, ils ont trois enfants et sont de retour aux États-Unis, vivant dans le Texas. Sato a déclaré qu'il restait en forme au cas où il venait à avoir un bon contrat pour continuer à jouer.

En attendant, il profite simplement du temps passé avec sa famille. 

Quand on lui a demandé à quoi sa vie ressemblerait après qu’il ait mis un  terme à sa carrière de basketteur, Sato a répondu: "Pour le moment, je ne pense jamais à ce qui va se passer. Je crois que Dieu a un plan pour ma vie et qu'il a le contrôle de celui-ci. Il sait ce que je vais faire. En ce moment, je profite de la vie en famille ... je côtoie mes enfants et ma famille et je fais des choses que je n’ai pas pu beaucoup apprécier. 

"Le basket-ball va bientôt se terminer. J'aurai 38 ans en mars. C'est un peu vieux pour le basket-ball." 

The Enquirer Cincinnati a récemment rencontré Romain Sato, ancien joueur de l'Université de Xavier, pour voir ce que le diplômé de 2004 est en train de préparer. Photo de 2002.

The Enquirer Cincinnati a récemment rencontré Romain Sato, ancien joueur de l'Université de Xavier, pour voir ce que le diplômé de 2004 est en train de préparer. Photo de 2002.

"Dieu avait le plan de ma vie"
Dieu a permis à Romain Sato comme il l'a dit lui-même de quitter le continent africain pour Dayton (Ohio). Ensuite, il lui a permis de rejoindre Xavier, avant de jouer  partout en Europe. 

Sato n'a pas manqué l'occasion d'exprimer toute sa gratitude pour ce parcours exceptionnel. 

"Je suis un grand croyant", a déclaré Sato. "Je crois en Dieu. Les choses fonctionnent pour une raison. Parfois, je pensais à: 'Si je n'allais pas voir Xavier, que pourrait-il m'arriver?" 

"C'est beaucoup de choses mais je ne peux pas penser comme ça parce que je sais que Dieu avait un plan pour moi. Tout a fonctionné pour moi. Je sais qu'il a pris le contrôle de ma vie et il m'a mis dans une situation et je ne peux pas demander Rien de mieux que de faire partie de Xavier. Ma vie a beaucoup changé. Etre non seulement dans le programme de basket-ball, mais être capable d’obtenir une éducation, de rencontrer des gens et d’apprendre à être un homme. Le basket-ball vient toujours après. Je suis juste heureux d'en faire partie. " 

Il aime rester en contact avec Xavier et espère revenir bientôt. 

«C’est là que j’ai commencé», rigole Sato en parlant de l’endroit situé sur Victory Parkway qui occupe une place permanente dans son cœur. "C'est toujours bien pour moi de rester en contact avec ces gens. Je veux toujours faire partie de Xavier. C'est ma famille." 

Retour à l'accueil