Klay Thompson permet aux Warriors de prendre leur revanche sur Portland

Deux jours après avoir été battu à domicile par les Blazers, Golden State s'est vengé samedi en s'imposant sur le parquet de Portland (115-105) grâce à un Klay Thompson retrouvé.

Quarante-huit heures à peine après s'être quittés à l'Oracle Arena sur le shoot décisif de Damian Lillard au bout de la prolongation, Warriors et Blazers se retrouvaient à nouveau, dans l'Oregon cette fois-ci. Le meneur de Portland a encore été énorme : auteur de 40 points, une barre qu'il franchissait pour la cinquième fois de la saison, il n'a cette fois pas été capable d'accompagner sa perf' d'une victoire. Son collectif est en effet tombé sur une armada californienne des grands soirs (50 % aux tirs, 48 % à trois points), menée par un Klay Thomson enfin performant.

Le shooteur californien était en effet en plein doute depuis le mois de décembre, où il n'avait quasiment jamais fini une soirée en rentrant plus d'un shoot sur deux et enchaîné plusieurs contre-performances (12,3 points à 30,9 % sur les cinq derniers matches). Samedi, l'arrière a retrouvé la mire en réussissant 12 de ses 21 tentatives : il a fini la rencontre avec 32 points au compteur (un total qu'il n'avait plus dépassé depuis sa nuit mémorable à 52 unités fin octobre), boosté peut-être par le fait de jouer dans la région où il a grandi jusqu'à son adolescence. Visiblement soulagé après son quatrième trois-points (4/5), il a levé sa main à hauteur de son visage et lâché : « Tu m'avais manqué ».

En plus d'avoir brillé, Thompson a bénéficié du soutien des deux autres leaders de Golden State, Kevin Durant (25 points) et Stephen Curry (25), lesquels ont permis aux visiteurs de mener de 17 longueurs avant la pause. Malgré l'expulsion d'Andre Iguodala, coupable d'avoir balancé le ballon dans les tribunes à la mi-temps, les champions en titre ont maîtrisé leur avance et creusé un nouvel écart de 18 points pour finir par résister à un retour des Blazers. Ce succès met un terme à la mauvaise passe des Warriors, à la peine en cette fin d'année, et qui débuteront 2019 par un déplacement à Phoenix le 1er janvier.

Retour à l'accueil