Victor Oladipo fait chuter les Celtics !

Le leader des Indiana Pacers a réussi le panier de la nuit en NBA. Trae young et Nikola Jokic ont préféré distribuer les passes décisives. Et les Pelicans n'ont rien réussi à faire correctement.

L'action : le panier décisif d'Oladipo
D'ordinaire, c'est Kyrie Irving qui met des vents à ses adversaires. Cette fois, le meneur des Celtics en a pris un beau. Il reste moins de dix secondes à jouer à Indianapolis. Irving vient de rater un double pas qui aurait redonné deux possessions d'avance à Boston. Victor Oladipo, qui a pris le rebond défensif, remonte le terrain. Irving défend sur lui mais reste à distance, sans doute de peur de faire une faute alors qu'il n'y a que deux points d'écart (101-99). Oladipo en profite pour placer une accélération qui lui permet de se retrouver ouvert à trois points. Bingo. Indian s'offre une victoire (101-102) face à des C's qui n'avaient plus perdu depuis douze jours. Conclusion d'un match serré où seuls Irving (6 points) et Oladipo (7 points) ont marqué dans les 58 dernières secondes.

Le MVP : Trae Young (Atlanta)
Les Hawks ne gagneront pas souvent cette saison et quand ils le feront, ce sera sans doute grâce à Trae Young, propulsé leader de l'équipe dès ses débuts en NBA. Le meneur a cumulé 24 points et 15 passes décisives dans un succès à domicile (123-118) face à Miami, qui jouait sans Goran Dragic (pied droit). Il a surtout réussi plusieurs actions qui ont refroidi le Heat en seconde mi-temps et a été très bon dans sa connexion avec le vétéran Vince Carter, plus de deux fois plus âgé que lui (41 ans à 20).

Nikola Jokic est allé au bout de ce qu'il aime faire lors du succès de Denver sur Utah (103-88) en ne marquant que 7 points mais en distribuant 16 passes décisives. Le pivot serbe pointe dans le Top 10 des passeurs (7,7).
Que du bon pour les Lakers

La série : New Orleans prend l'eau
Les Pelicans, qui avaient débuté la saison par quatre victoires, ont enchaîné avec cinq défaites de suite, toutes d'au moins 10 points. La dernière a eu lieu à San Antonio (109-95), où les Spurs se sont détachés dès le premier quart-temps (24-17), malgré le retour d'Anthony Davis (17 points à 5/13, 8 rebonds, 5 contres), qui a joué avec une protection au coude droit. Ce qui a provoqué l'ire du coach Alvin Gentry, qui ne comprend pas pourquoi ses joueurs «veulent faire des exploits à chaque action alors qu'il faudrait jouer simple et laisser venir le jeu à eux.» L'exemple à suivre : les Spurs justement, qui n'ont perdu que 9 ballons (pour 29 passes) alors qu'ils n'ont plus de meneur pur.

Retour à l'accueil