NCAA, Division 1 : Elisabeth Balogun et Elisabeth Dixon, les deux stars nigérianes de Georgia Tech

Elisabeth Balogun 🇳🇬 (meneuse, 1.85 m) et Elisabeth Dixon 🇳🇬 (ailière-intérieure, 1.95 m), deux nigérianes, membres du All-american McDonald's et du Top 20 ESPN des meilleures joueuses de la classe 2018 des États-Unis, vont entamer leur carrière universitaire dans les prochains jours sous les Couleurs de Georgia Tech.

Lorsque Georgia Tech (Division 1 NCAA) fera ses débuts le vendredi 9 novembre en match officiel sur le parquet des Cougars de Houston, il sera impossible de rater l'ailière-intérieure Elisabeth Dixon, née à Germantown (Tennessee) de parents Nigérians et la meneuse Elisabeth Balogun, native de Lagos, au Nigéria, arrivée à Chattanooga il y a sept ans. 

Les deux nigerianes évoluaient toutes les deux au Lycée dans le Tennessee et malgré l'intérêt de nombreuses universités américaines, elles ont choisi toutes les deux de rejoindre Georgia Tech l'été dernier.

Avant de rejoindre l'université de Georgia Tech, Elisabeth Balogun, excellente shooteuse à 3-points, était classée 5ème de la classe 2018 des États-Unis, tandis que Elisabeth Dixon occupait la 19e place sur 100 joueuses.

Dans deux ou trois ans, il ne serait pas surprenant de voir ces deux futures stars porter les couleurs des D'Tigress du Nigéria, à moins que USA Basketball ne s'invite dans la danse pour chipper Elisabeth Balogun, joueuse au profil similaire à Candace Parker.

NCAA, Division 1 : Elisabeth Balogun et Elisabeth Dixon, les deux stars nigérianes de Georgia Tech

«Cela a beaucoup aidé parce qu'elle comprend ce que je dis. Parfois, je dis quelque chose dans la langue nigériane et elle comprend ce que je veux dire et c'est un peu drôle, a déclaré Balogun à propos de sa relation avec Dixon. «Elle me comprend et elle sait quand je suis en colère et quand je ne le suis pas. Elle sait comment m'approcher quand je suis d'humeur. "

Bien qu'elles ne soient plus des colocataires, les taggers de Georgia Tech sont en phase.

«Nous avons partagé des histoires sur la rigueur de nos parents et sur toutes les choses que nous devions faire quand nous étions petites», a déclaré Dixon. «Nous allons vraiment, vraiment bien cette année. Nous savons tous comment gélifier ensemble".

Balogun et Dixon ne se sont jamais affrontées au lycée, ni même sur le circuit estival. Elles se sont rencontrées il y a quelques années dans un camp d'été, à peu près au moment où l'entraîneur principal de Geirgia Tech, MaChelle Joseph, et son personnel ont commencé à les courtiser.

«Aucune d'entre elles ne figurait dans le top 20 du pays lorsque nous avons commencé à les courtiser. Quand elles étaient juniors au lycée, elles figuraient parmi les 30 ou 40 premières joueuses du pays et, à peu près au moment où elles se sont engagées, elles se classaient parmi les 25 premières», a déclaré Joseph.

«Lorsqu'elles ont signé avec Georgia Tech, Elizabeth Balogun se classait parmi les cinq meilleures joueuses du pays et Liz Dixon, parmi les 20 meilleures.

«Nous les avons ciblées parce qu'elles étaient des excellentes athlètes, parmi les 50 meilleures joueuses du pays et qu'elles étaient posté par des universités de haut niveau. Nous savons que les Nigérians attachent de la valeur à l’éducation et nous avons pensé que c’était un très bon choix pour Georgia Tech. »

Le frère aîné de Balogun, Ezekiel, l'a précédée dans son déménagement aux États-Unis et il est maintenant junior dans l'équipe de basketball de North Florida. Ils ont tous deux joué à la Hamilton Heights Christian Academy à Chattanooga dans le Tennessee, vivant avec des entraîneurs.

«En septième année. . . Je voulais avoir une meilleure éducation et devenir une meilleure joueuse de basket-ball et j'ai dit à mon père que je suis prêt à venir », a expliqué Elizabeth.

Mark Balogun a accepté et sa fille est partie. Il est venu du Nigeria, où il vivait à Lagos avec la belle-mère d'Elizabeth.

"Mes parents l'ont rencontré, et ils pensent que c'est comme si j'avais une sœur sur le campus et c'est parce que nous sommes tellement habitués à côtoyer des Nigérians à Memphis", a déclaré Dixon.

Dixon a de la famille dans la région métropolitaine d’Atlanta et elle et Balogun semblent se sentir comme à la maison.

«Liz Dixon est beaucoup plus mature que son âge. Elle veut être médecin. Elle est très motivée et sait exactement ce qu'elle veut. . . elle est très concentrée », a déclaré Joseph. 

«Elizabeth Balogun est très dure avec elle-même. Elle est perfectionniste. . .
«Je n'ai jamais eu à demander d'effort à l'une ou l'autre depuis leur arrivée ici. Elles travaillent aussi dur ou plus dur que tout le monde tous les jours.

Balogun n’est pas du genre à prendre des jours de congé et la majeure en administration des affaires a des projets.

« Vous allez faire des erreurs dans la vie, mais je n'aime pas faire des erreurs. J'aime être parfaite », a-t-elle dit. «Mon objectif est de posséder mon propre hôtel. C'est juste quelque chose. . . Quand j'avais cinq ans, j'aimais m'imaginer avoir un hôtel. Je me suis imaginé être la patronne. J'avais l'habitude d'agir comme si je possédais cette entreprise et je dirigeais tout le monde. 'Vous faites ceci et vous faites cela.' "

Dixon et Balogun sont uniques en tant que All-Americans de McDonald's, mais elles ne sont pas les premières joueuses internationales du programme de Georgia Tech.

Antonia Peresson, cadre supérieure, est originaire d’Italie et a joué quatre saisons pour les Yellow Jackets, suivie de Francesca Pan et de Lorela Cubaj, étudiante de deuxième année. La recrue Lotta-Maj Lahtinen est finlandaise et Anne Francoise Diouf, étudiante de troisième année, est sénégalaise.

NCAA, Division 1 : Elisabeth Balogun et Elisabeth Dixon, les deux stars nigérianes de Georgia Tech

"Je pense avoir eu 28 joueuses internationales en 15 ans", a déclaré Joseph. “Généralement, une fois que vous avez une joueuse d'un pays et qu'elle a une bonne expérience, vous attirez d'autres joueuses de ce pays. . . Je pense que les différences de nationalités au sein de notre équipe, la diversité, les ont aidées, car nous avons tellement de joueuses de différents pays. ”

Dixon et Balogun partagent plus que leur héritage nigérian. Elles envisagent toutes les deux de grands jours pour les Yellow Jackets.

« Je pense que cette équipe est peut être extrêmement bonne. Je pense que si nous jouons comme nous savons le faire, nous pourrions être une équipe du Top 16 et c'est vraiment bien avec beaucoup d'étudiantes de première année sur le terrain », a déclaré Balogun. "Cela commence toujours par la défense."
    
Dixon prévoit cela.
« Nous allons être vraiment, vraiment bons cette année; nous savons toutes comment gélifier ensemble », dit-elle avec un sourire. "Elizabeth est mortelle avec son pull-up, elle tire à 3-points et conduit très bien la balle jusqu'au cercle, et elle bloquera votre tir si vous ne faites pas attention."

NCAA, Division 1 : Elisabeth Balogun et Elisabeth Dixon, les deux stars nigérianes de Georgia Tech
NCAA, Division 1 : Elisabeth Balogun et Elisabeth Dixon, les deux stars nigérianes de Georgia Tech
NCAA, Division 1 : Elisabeth Balogun et Elisabeth Dixon, les deux stars nigérianes de Georgia Tech
Retour à l'accueil