Joel Embiid éteint les Suns avec 33 points et 17 rebonds

Soirée faste pour Joel Embiid et Philadelphie. Tandis que les Sixers dominaient les Suns 119-114 et décrochaient ainsi leur quatrième victoire en cinq matches, l’intérieur camerounais affolait les compteurs pour terminer avec 33 points et 17 rebonds, inscrivant 19 points après la pause. De quoi rendre vains les 37 points de Devin Booker,  les 21 de TJ Warren ou les 17 points et 9 rebonds de DeAndre Ayton. Car côté Sixers, Joel Embiid n’a pas été non plus le seul à briller, Ben Simmons frôlant le triple-double avec 19 points, 11 rebonds et 9 passes, Mike Muscala sortant du banc pour inscrire 21 points et Jimmy Butler complétant le tableau avec 16 points.

Joel Embiid éteint les Suns avec 33 points et 17 rebonds

Philadelphie pas dans le coup
Le début de rencontre des Suns est tout simplement parfait. Concernés défensivement et redoutables offensivement, les coéquipiers de Booker posent de très gros problèmes aux Sixers. Replacé au poste de meneur de jeu, Booker s’occupe de tout. Il profite de la défense catastrophique des hommes de Brett Brown pour scorer mais aussi pour trouver ses coéquipiers démarqués (16-6).

Drafté par les Sixers puis envoyé le soir même dans l’Arizona, Mikal Bridges est de retour chez lui en Pennsylvanie. Devant sa famille, le rookie se balade sur le parquet du Wells Fargo Center. Tir à 3-points, panier sur contre-attaque, l’ancien joueur de Villanova s’amuse, au grand dam des fans de Philadelphie, déçus par le manque d’envie de leurs joueurs. Joel Embiid et Landry Shamet tentent de remettre Philly dans le droit chemin, mais l’activité de l’ancien Sixer Richaun Holmes et l’adresse de Trevor Ariza permettent à Phoenix de terminer ce quart-temps en tête. Philadelphie n’y est pas du tout (36-26).

Trente-six points encaissés en 12 minutes, c’est beaucoup trop. Brown demande à ses hommes de se montrer plus durs défensivement pour empêcher les Suns de prendre des tirs dans de bonnes positions. Embiid monte en puissance poste bas et l’écart se réduit (36-32). Pas pour très longtemps, car Booker d’un fadeaway puis d’un tir à 10 mètres redonne 10 points d’avance à Phoenix (46-36). L’impression laissée par les hommes d’Igor Kokoskov est très bonne. Devant au score durant toute cette première mi-temps, les Suns jouent les yeux dans les yeux avec les Sixers. Mais attention car Joel Embiid semble monter en régime et grâce à sa superstar camerounaise, Philly limite la casse au moment de rejoindre les vestiaires (62-57).

Joel Embiid se fâche
Fini les bêtises, Joel Embiid décide de prendre les choses en main. Le pauvre Deandre Ayton ne peut pas faire grand-chose face à la puissance du pivot des Sixers, déterminé à montrer qu’il est bien l’un des joueurs les plus dominants de la ligue. Sourire aux lèvres, Jojo est en mission destruction dans ce troisième acte et les Sixers repassent devant pour la première fois depuis le début du match (69-68).

Néanmoins, Phoenix continue de se battre avec ses armes et notamment grâce à l’adresse de Booker et TJ Warren. Mais les Sixers ont retrouvé leur collectif. Ben Simmons gère le rythme des transitions à la perfection et Mike Muscala apporte énormément dans ce quart-temps (80-75). L’ancien Hawk remplit très bien son rôle. Utilisé parfois sur le poste 5, il offre à son équipe énormément d’espace en attaque en sortie de banc. Il signe ce soir sa plus belle performance sous le maillot des Sixers avec 18 points.

De retour sur le parquet, Embiid continue de faire des misères à Holmes ou Ayton mais Booker, en bon leader, maintient son équipe dans le match d’un lay up à deux secondes du buzzer du 3e quart-temps. Philadelphie va devoir batailler pour l’emporter (92-86).

J.J. Redick dans le trafic puis Embiid poste bas lancent parfaitement ce dernier quart temps (98-86). Mais le duo Ayton/Booker montre aussi de belles choses, et c’est tant mieux. Les deux hommes incarnent le futur de cette franchise : ils sont jeunes, talentueux et ce soir ils le démontrent ! Malheureusement, Booker a déjà 5 fautes et il ne peut pas défendre. Simmons le sait et il attaque constamment la star adverse afin de le forcer à faire sa 6e faute, synonyme de fin de partie. Phoenix donne tout, mais TJ Warren et Booker ne gèrent pas très bien les possessions importantes qui auraient pu faire douter les Sixers.

Philadelphie et Joel Embiid assurent sur la ligne des lancers-francs. Dans la douleur et malgré un dernier tir de Bridges à 3-points, les Sixers signent un 9e succès de rang à domicile (119-114). Allen Iverson peut enlacer Jimmy Butler, son équipe de cœur est en forme et elle semble monter en puissance semaine après semaine.

Joel Embiid éteint les Suns avec 33 points et 17 rebonds

Joel Embiid se fâche
Fini les bêtises, Joel Embiid décide de prendre les choses en main. Le pauvre Deandre Ayton ne peut pas faire grand-chose face à la puissance du pivot des Sixers, déterminé à montrer qu’il est bien l’un des joueurs les plus dominants de la ligue. Sourire aux lèvres, Jojo est en mission destruction dans ce troisième acte et les Sixers repassent devant pour la première fois depuis le début du match (69-68).

Néanmoins, Phoenix continue de se battre avec ses armes et notamment grâce à l’adresse de Booker et TJ Warren. Mais les Sixers ont retrouvé leur collectif. Ben Simmons gère le rythme des transitions à la perfection et Mike Muscala apporte énormément dans ce quart-temps (80-75). L’ancien Hawk remplit très bien son rôle. Utilisé parfois sur le poste 5, il offre à son équipe énormément d’espace en attaque en sortie de banc. Il signe ce soir sa plus belle performance sous le maillot des Sixers avec 18 points.

De retour sur le parquet, Embiid continue de faire des misères à Holmes ou Ayton mais Booker, en bon leader, maintient son équipe dans le match d’un lay up à deux secondes du buzzer du 3e quart-temps. Philadelphie va devoir batailler pour l’emporter (92-86).

J.J. Redick dans le trafic puis Embiid poste bas lancent parfaitement ce dernier quart temps (98-86). Mais le duo Ayton/Booker montre aussi de belles choses, et c’est tant mieux. Les deux hommes incarnent le futur de cette franchise : ils sont jeunes, talentueux et ce soir ils le démontrent ! Malheureusement, Booker a déjà 5 fautes et il ne peut pas défendre. Simmons le sait et il attaque constamment la star adverse afin de le forcer à faire sa 6e faute, synonyme de fin de partie. Phoenix donne tout, mais TJ Warren et Booker ne gèrent pas très bien les possessions importantes qui auraient pu faire douter les Sixers.

Philadelphie et Joel Embiid assurent sur la ligne des lancers-francs. Dans la douleur et malgré un dernier tir de Bridges à 3-points, les Sixers signent un 9e succès de rang à domicile (119-114). Allen Iverson peut enlacer Jimmy Butler, son équipe de cœur est en forme et elle semble monter en puissance semaine après semaine.

Retour à l'accueil