Ezinne Kalu-Phelps, une des pièces maîtresses de l'équipe nationale féminine du Nigéria

Ezinne Kalu-Phelps, une des pièces maîtresses de l'équipe nationale féminine du Nigéria

Championne d'Afrique avec le Nigéria en 2017 et récemment quart-finaliste de la Coupe du Monde féminine de FIBA 2018 à Tenerife en Espagne, Ezinne Kalu (26 ans, 1.73 m) est l'une des stars des D'Tigress et une des meilleures meneuses du continent.

Née et grandit à Newark dans le New Jersey, de parents Nigérians, Ezinne Kalu qui jouit d'une double nationalité américaine/nigériane est une légende vivante de Science Park High School (New Jersey) et de Savannah State University (SSU) en Géorgie. Le numéro 23 qu'elle portait à Science Park a été retiré le 21 décembre 2017, sachant aussi qu'elle reste à ce jour l'une des meilleures marqueuses de l'histoire de SSU et de Science Park High School, atteignant respectivement la barre des 2000 points en carrière. 

Aujourd'hui après une Coupe du Monde historique avec le Nigéria, Ezinne Kalu n'a qu'un seul objectif, réaliser un back-to-back en AfroBasket, une compétition qu'elle disputera certainement l'été 2019 à la maison devant les fans Nigerians. 

News Basket Beafrika est allé à la rencontre d'Ezinne Kalu pour qu’elle nous livre ses sentiments après le parcours historique des D'Tigress à la Coupe du Monde 2018, marqué par trois victoires consécutives contre la Turquie, l'Argentine et la Grèce, et une première mi-temps mémorable face à Team USA. 

Interview - Ezinne Kalu-Phelps : «Notre objectif est de remporter l'AfroBasket pour la deuxième fois d'affilée»

Ezinne, un mois après votre parcours historique avec le Nigéria à la Coupe du Monde féminine 2018, que ressentez vous actuellement ?

"Bonjour. Tout d’abord, je tiens à vous remercier beaucoup de m'avoir choisi pour participer à cette interview. Je l'apprécie vraiment. Après notre voyage historique à Tenerife, en Espagne, je suis très reconnaissante d’avoir été à la hauteur de quelque chose de si incroyable. Pouvoir jouer sur une scène comme la Coupe du monde est une énorme opportunité. Je suis heureuse que le Nigéria ait eu la chance de montrer ce qu'il avait à offrir en tant que pays et équipe."

Avec du recul, quel bilan tirez vous de cette participation ? Avez vous de regrets ?

"Je pense que nous avons très bien réussi. Nous avons terminé la phase de groupe y compris le match des barrages avec un bilan de 3-1, ce qui était incroyable. Finir 8ème au total sur 16 équipes en dit long parce que je sais que les gens ne s'attendaient pas à ce que nous allions aussi loin dans la compétition. Notre seul regret est de ne pas être en mesure de remercier personnellement tous les fans qui nous ont soutenus dans les gradins pendant nos matches de la coupe du monde. Ils ne se sont pas contentés de voir le nom sur nos maillots. Ils ont vu un groupe de femmes qui travaillaient dur pour se battre afin de réaliser quelque chose d'aussi extraordinaire. Gagner ou perdre, nous voulions y aller et rivaliser. Donnez tout sur le terrain pour que les gens puissent être ravis de nous voir jouer."

Interview - Ezinne Kalu-Phelps : «Notre objectif est de remporter l'AfroBasket pour la deuxième fois d'affilée»

Quel est le prochain objectif des D'Tigress? 

"Le prochain objectif des D’Tigress est de remporter l'AfroBasket l'été prochain pour la deuxième fois consécutive. Je crois que nous allons accueillir l'AfroBasket l'année prochaine. Si cela est vrai, cela nous donnera définitivement le dynamisme et la motivation dont nous avons besoin pour atteindre notre objectif, car nous sommes chez nous."

Avec le potentiel que dispose le Nigéria, peut on s'attendre à ce que vous soyez sur le podium olympique ou mondial dans un avenir proche ?

"Oui bien sûr! Si nous continuons à travailler sur nos faiblesses et à nous renforcer mutuellement, nous pouvons certainement nous attendre à participer aux Jeux olympiques."

Selon vous, quels sont les points sur lesquels l'équipe doit s'améliorer avant l'Afrobasket 2019 ?

"En tant qu'équipe, je pense que nous devons améliorer notre communication sur le plan défensif et nous faire davantage confiance les uns aux autres."

Le Nigéria sera l'équipe à abattre lors de l'Afrobasket 2019. Est-ce une motivation pour vous ?

"Oui!! C’est une motivation pour nous tous."

Ezinne Kalu-Phelps est une légende de SSU et ne se sépare jamais de son N°23 que ce soit en clubs ou en équipe nationale.

Ezinne Kalu-Phelps est une légende de SSU et ne se sépare jamais de son N°23 que ce soit en clubs ou en équipe nationale.

Récemment, vous étiez en visite à SSU, votre ancienne université dont vous avez marqué l'histoire. Pouvez vous nous en dire un peu plus sur cette visite ?

"Oui. Le but de mon voyage à SSU était d’assister aux Retrouvailles et de parler aux joueurs qui fréquentent actuellement l’université pour le basketball. J'ai passé un moment formidable. Je ne suis plus retournée à mon école depuis 2016. C’était vraiment cool d’avoir la possibilité de leur rendre visite. Notre équipe de football a également remporté le match."

A quoi ressemble la journée d'Ezinne Kalu ?

"HOU LA LA! Mes journées se déroulent parfois plus de 24 heures. Seulement parce que je suis constamment en déplacement ou que je trouve des moyens de m'améliorer, de développer mon activité et mon métier. Les matinées et le début d’après-midi sont généralement les heures de pointe où je travaille beaucoup. Que ce soit pour s'entraîner, écrire, travailler, aider ma mère ou simplement sortir pour faire des courses."

La meneuse de Vasas Akadémia (Hongrie) a créé en mai 2017 une ligne de cosmétiques appelée: Kalu Kosmetics.

La meneuse de Vasas Akadémia (Hongrie) a créé en mai 2017 une ligne de cosmétiques appelée: Kalu Kosmetics.

Avez vous un projet pour les jeunes filles sur le plan local ou africain ? Si oui, pourriez vous détailler...

"Je travaille actuellement sur quelque chose, je vous informerai quand tout sera terminé."

Quel conseil en tant que grande soeur souhaiteriez vous donner à toutes les jeunes filles d'Afrique qui aimeront pratiquer ce sport ?

"Pour mes jeunes soeurs, tout est possible. Restez concentrés. Ne vous découragez JAMAIS et surtout, n'abandonnez jamais vos rêves. Je suis un témoignage vivant que vous pouvez accomplir n'importe quoi dans la vie quand vous travaillez fort et encore plus fort quand on vous dit que vous ne pouvez pas. Vous êtes responsable de votre succès! PRIEZ TOUS LES JOURS! Prenez soin de votre corps lors de l'entraînement. TON CORPS EST TON TEMPLE ! Et croyez en vous !!"

Interview réalisé par Cyrille NGARIO, directeur de publication de News Basket Beafrika, média en ligne basé à Belfort en France, accrédité par la NBA, la WNBA, l'Euroleague, la NCAA et FIBA. 

 

HERE IS THE INTERVIEW IN ENGLISH

Champion of Africa with Nigeria in 2017 and recently quarterfinalist of the FIBA ​​2018 Women's World Cup in Tenerife, Spain, Ezinne Kalu (age 26, 1.73 m) is one of the stars of the D'Tigress and one of the most best leaders of the continent.

Born and raised in Newark, New Jersey, from Nigerian parents, Ezinne Kalu, a dual American/Nigerian national, is a living legend of Science Park High School, New Jersey, and Savannah State University, Georgia. The number 23 she was wearing at Science Park was removed on December 21, 2017, knowing that she remains to this day one of the best scorers in the history of SSU and Science Park High School, respectively reaching the bar 2000 career points.

Today after a historic World Cup with Nigeria, Ezinne Kalu has only one goal, to make a back-to-back in AfroBasket, a competition that she will certainly play in summer 2019 at home in front of Nigerians fans.

News Basket Beafrika met Ezinne Kalu to express her feelings after the historic D'Tigress run at the 2018 World Cup, marked by three consecutive victories against Turkey, Argentina and Greece , and a memorable first half against Team USA.

Ezinne, one month after your historic journey with Nigeria at the 2018 Women's World Cup, what do you feel now?

Ezinne KALU: Hello. First I’d like to say thank you very much for choosing me to be apart of this interview. I truly appreciate it. After our historic journey in Tenerife, Spain I feel very grateful to have been apart of something so amazing. To be able to play on a stage like the World Cup is a huge opportunity. Im happy that team Nigeria got a chance to showcase what we have to offer as a country and team.

 Looking back, what is your assessment of this participation? Do you have regrets?

" I think we did very well. We finished the group stage including the play-offs with a 3-1 record, which was unbelievable. Finishing 8th overall out of 16 team speaks volumes only because I know people didn’t expect us to go as far as we did.The only regret I have is not being able to personally thank each and every fan that supported us in the stands during our games in the World Cup. They didn’t just see the name on the front of our jerseys. They saw a group of hard working women fighting to achieve something so extraordinary. Win or lose we wanted to go out there and compete. Leave it all out on the floor so that people could be excited to see us play."

What is the next goal of D'Tigress?

"The next goal for D’Tigress is to become back to back champions of AfroBasket next summer. I believe we will be hosting AfroBasket this year. If that’s true that will definitely give us the drive and motivation we need to accomplish our goal because we are right at home. "

With the potential of Nigeria, can you expect your country to be on the Olympic or world podium in the near future?

"Yes of course! If we continue to strengthen any  weaknesses and build with each other we can definitely expect to compete in the Olympics."

What do you think the team needs to improve before Afrobasket 2019?

" As a team I think we need to improve our communication defensively and trusting each other a little more on the floor. "

Nigeria will be the team to defeat at Afrobasket 2019. Is this a motivation for you?

"Yes!! It’s motivation for all of us."

Recently, you were visiting SSU, your old university. Can you tell us a little more about this visit?

"Yes. The purpose of me traveling to SSU was to attend Homecoming and talk to the players that are currently attending the University for basketball. I had an amazing time. I haven’t been back to my school since 2016. So having that opportunity to go an visit was really cool. Our football team won the game too"

What does Ezinne Kalu's day look like?

"WOW! My days sometimes feel more than 24 hours. Only because I’m constantly on the go or finding ways to improve myself, my business and my craft. Mornings and early afternoon are usually my peak hours where I’m doing a lot. Whether it’s working out, writing, working, helping my mom or just out and about handling errands."

Do you have a project for girls on the local or African level? If yes, could you detail ...

"I am currently working on something will be sharing news when everything is complete."

What advice as a big sister would you like to give to all the girls in Africa who will like to play this sport?

"To my young sisters ANYTHING is possible. Stay dedicated. NEVER get discouraged and more importantly NEVER give up on your dreams. I am a living testimony that you can accomplish anything in life when you work hard and even harder when you are told you can’t. You are responsible for your success! PRAY EVERYDAY! Take care of your body when training. YOUR BODY IS YOUR TEMPLE ! And BELIEVE IN YOURSELF!! "

Interview by Cyrille NGARIO, editor of News Basket Beafrika, online media based in Belfort, France, accredited by the NBA, WNBA, Euroleague, NCAA and FIBA.

Retour à l'accueil