Emmanuel Mudiay mène les Knicks vers la victoire

Après Boston, c’est New Orleans qui tombe face à des New-yorkais déterminés et solidaires (114-109). Les joueurs d’Alvin Gentry avaient pourtant le match en main grâce à un Anthony Davis surpuissant (33 points et 12 rebonds) mais ils ont complètement déjoué dans le money time. Tout l’inverse des Knicks où le meneur congolais Emmanuel Mudiay (27 points, 7 rebonds, 4 interceptions et 2 passes décisives) et Allonzo Trier (25 points et 8 rebonds) et ont été exceptionnels dans le dernier quart-temps. Avec ces deux victoires de rang, New York peut partir en road trip avec le maximum de confiance.  

Cette saison, Jrue Holiday est en grande forme et son début de match sur le parquet du MSG face aux Knicks ne fait que confirmer cette impression. Le meneur des Pelicans mène avec brio l’attaque de son équipe et Emmanuel Mudiay souffre face à sa vitesse. New Orleans est bien rentré dans son match. En souffrance face à Joel Embiid cette semaine, Anthony Davis a plus de facilité pour attaquer face à un Enes Kanter nettement moins puissant que le pivot des Sixers. La star de Pelicans enchaine les bons choix en attaque et son équipe en profite (22-15).

Néanmoins, les apparitions sur le parquet de Frank Ntilikina et de Mitchell Robinson combinées avec l’adresse du libérien Noah Vonleh (14 points, 11 rebonds et 5 passes) font du bien aux Knicks. Auteur d’un contre sur E’Twaun Moore puis d’un tir à 3-points en transition, le Français permet New York de recoller aux score (29-27). Mais la fin du quart-temps est compliquée pour les locaux qui peinent en attaque. Sans être extraordinaire, New Orleans profite aussi de la naïveté des jeunes New-yorkais pour conclure ce quart-temps en tête (34-28).

Anthony Davis porte les Pelicans…
Le choix de Fizdale de jouer avec Mario Hezonja en poste 4 s’avère payant. Défensivement, les Knicks peuvent changer sur tous les écrans et offensivement ils jouent avec de la vitesse et du mouvement. A l’inverse, les Pelicans se précipitent en attaque et laissent trop de libertés à leurs adversaires. New York régale le Madison et inflige un 14-2 aux Pelicans (42-36). New-York a repris confiance.

Malgré quelques déchets dans leur jeu, les coéquipiers de Tim Hardaway Jr jouent avec du cœur et de la passion et pour l’instant ils font jeu égal avec leurs adversaires (52-52). Les jambes de Mudiay ou la détermination de Kanter sont à souligner. Mais en face, Anthony Davis est très appliqué et cela fait mal. C’est simple, il est le seul à se montrer à son avantage côté Pelicans. Sa première mi-temps est gigantesque (24 points et 9 rebonds) et il permet à son équipe de mener d’un point à la pause (60-59).

… puis sort sur blessure
Holiday lance parfaitement son équipe après la mi-temps. Du talent, il en a plein les mains, c’est indéniable (70-63). Mais les Pelicans n’ont pas trop envie de défendre… Tant mieux pour New York. Hardaway Jr marque enfin ses premiers points ce soir d’un tir primé et Mudiay puis Kanter ramènent les Knicks à hauteur des joueurs de la Nouvelle Orleans (79-79).

Coup dur pour les Pelicans, Davis touché demande à sortir et part directement au vestiaire se faire soigner. Mais Nikola Mirotic d’un tir à 3-points avec la faute et Julius Randle tout en puissance poste bas permettent aux Pelicans de garder les commandes. Mais rien ne sera simple pour eux ce soir (90-87).

Mudiay - Trier : le duo gagnant
La sortie de Davis ne dérange visiblement pas les Pelicans. Nikola Mirotic et Cheick Diallo prennent le relais à la perfection (97-91). New York laisse passer l’orage et repart de plus belle. Allonzo Trier hauteur de son record en carrière ce soir et Mudiay enflamment le Madison. Ces deux hommes vont renverser les Pelicans dans le money time (103-99). Le retour pour la fin de match de Davis est une bonne nouvelle pour les visiteurs mais elle ne changera rien car son équipe est dans l’incapacité de se faire 3 passes et surtout de le servir dans de bonnes conditions.

En face, Mudiay et Trier continuent leur récital. Le dernier quart-temps du meneur d’origine congolaise est juste monstrueux. Son drive à travers toute la défense des Pels donne 5 points d’avance à New York à 34 secondes de la fin (108-103). Moore d’un tir de loin ramène son équipe à 2 points (108-106). Solide sur la ligne des lancers-francs, New York remporte ce match grâce à un duo Mudiay/Trier héroïque et auteur de 27 des 23 points des Knicks dans le dernier quart-temps.

Emmanuel Mudiay mène les Knicks vers la victoire

Mudiay - Trier : le duo gagnant
La sortie de Davis ne dérange visiblement pas les Pelicans. Nikola Mirotic et Cheick Diallo prennent le relais à la perfection (97-91). New York laisse passer l’orage et repart de plus belle. Allonzo Trier hauteur de son record en carrière ce soir et Mudiay enflamment le Madison. Ces deux hommes vont renverser les Pelicans dans le money time (103-99). Le retour pour la fin de match de Davis est une bonne nouvelle pour les visiteurs mais elle ne changera rien car son équipe est dans l’incapacité de se faire 3 passes et surtout de le servir dans de bonnes conditions.

En face, Mudiay et Trier continuent leur récital. Le dernier quart-temps du meneur d’origine congolaise est juste monstrueux. Son drive à travers toute la défense des Pels donne 5 points d’avance à New York à 34 secondes de la fin (108-103). Moore d’un tir de loin ramène son équipe à 2 points (108-106). Solide sur la ligne des lancers-francs, New York remporte ce match grâce à un duo Mudiay/Trier héroïque et auteur de 27 des 23 points des Knicks dans le dernier quart-temps.

Retour à l'accueil