L'arrière nigérian Josh Okogie défendu par LeBron James

L'arrière nigérian Josh Okogie défendu par LeBron James

Derrière un 5 sur 5 de loin de Jimmy Butler (32 points, 6 rebonds, 4 passes) dans le dernier quart-temps, Minnesota repousse les Lakers pour renouer avec la victoire (124-120). Butler a trouvé en Karl-Anthony Towns (25 points, 16 rebonds, 6 passes) un parfait complément alors que le rookie nigérian Josh Okogie (17 points, 4 rebonds, 3 passes, 3 interceptions) s’est de nouveau montré à son avantage en l’absence d’Andrew Wiggins. Côté Lakers, si Kyle Kuzma (19 points) et Brandon Ingram (24 points) avaient commencé fort, mais ce sont LeBron James (29 points, 10 rebonds, 7 passes) et Rajon Rondo (13 points, 8 passes, 6 rebonds) qui ont été à deux doigts d’offrir un succès à leur équipe. Après leur belle victoire face à Denver, les Lakers enchainent donc une deuxième défaite décevante avec un nouveau money time raté.

Kyle Kuzma et Brandon Ingram commencent fort
Ridiculisés lors de leur dernière sortie à Milwaukee, les Wolves entament le match avec le couteau entre les dents. Malgré onze points rapides de Kyle Kuzma, c’est Karl-Anthony Town qui domine ce début de match en lançant un 8-0 qui donnent sept points d’avance à Minnesota (21-13). À l’image de Brandon Ingram, auteur de dix points pour prendre le relais de Kuzma, ils parviennent à marquer avec une relative facilité pour passer devant (30-29). Le trio Derrick Rose, Josh Okogie, et Gorgui Dieng (9pts et 5rbds) terminent toutefois le quart-temps sur un 7-2 pour reprendre l’avantage (36-32).

Le trio Butler - Towns - Okogie écoeure les Lakers !

Il faut attendre la 3e minute du deuxième quart-temps pour voir LeBron James marquer son premier panier du match. LeBron James est toutefois bien suppléé par Kuzma et Ingram mais également par Lance Stephenson et JaVale McGee. De l’autre côté, c’est la montée en puissance de Jimmy Butler qui permet aux Wolves de garder le contrôle des opérations (50-44). La fin de la première mi-temps tourne toutefois à l’avantage des Lakers. Derrière cinq points et deux passes décisives de LeBron James, L.A. termine la période sur un 10-2 pour rentrer aux vestiaires avec un mince avantage (66-64).

Jimmy Butler prend les choses en main
Dans le sillage de Jimmy Butler et de Karl-Anthony Towns, les Wolves frappent en premier pour débuter le troisième quart temps et reprendre 3-points d’avance (79-76). Les Lakers répondent toutefois immédiatement avec cette fois Rajon Rondo dans le rôle de l’étincelle. Deux passes décisives et un lay-up lancent un 6-0, qui se transforme en 14-6 grâce à LeBron James (90-85). C’est Derrick Rose qui réveille son équipe avec deux floaters digne de sa campagne de MVP en 2011 mais un step-back à 3-points de LeBron James permet aux Lakers de garder les devants avant le dernier quart-temps (94-93).

Le trio Butler - Towns - Okogie écoeure les Lakers !

Avec douze minutes à jouer, les deux équipes ne se lâchent plus. Rondo répond à Rose, Butler répond à James, et Ingram répond à Butler pour égaliser à 105 partout. Alors que le chassé-croisé continue, c’est l’adresse longue distance des Wolves qui commencent à faire la différence. Tyus Jones puis Jimmy Butler par deux fois, et enfin KAT font en effet mouche derrière la ligne à 3-points pour passer un 14-2 aux Lakers et prendre dix points d’avance à cinq minutes de la fin du match (119-109).

Les Lakers n’ont pas dit leur dernier mot
La défense de Los Angeles décide alors de monter d’un cran en gardant les loups muets pendant plus de quatre minutes. Malheureusement pour Luke Walton, et comme à San Antonio, c’est son attaque qui flanche. Tirs forcés, tirs ouverts à 3-points manqués, balles perdues, les Lakers enchainent les mauvaises décisions mais parviennent tout de même à revenir à -2 sur le dos de LeBron James (119-117). L.A. aura même une occasion d’égaliser ou de passer devant mais comme à San Antonio, une nouvelle possession cafouillée se solde par un 3-points forcé de Kyle Kuzma contré par Taj Gibson.

Avec 38 secondes au chrono, les Californiens décident alors logiquement de ne pas faire faute. Jimmy Butler hérite de la balle, demande un écran pour forcer Rajon Rondo à switcher sur lui, et plante un tir primé sur la tête de son ancien coéquipier pour tuer le match et plonger les Lakers dans le doute avec une cinquième défaite en sept matchs.

Retour à l'accueil