Boris Diaw : «La pression des clubs NBA, à mon avis, c'est souvent du vent»

Dans un entretien au magazine L'Equipe, le néo-retraité Boris Diaw défend avec fermeté son choix d'avoir joué en équipe de France tout au long de sa carrière. «Jamais je n'ai imaginé ne pas y aller», insiste-t-il.

De son titre de champion d'Europe juniors en 2000 à sa 247e sélection en juillet dernier, l'équipe de France fut le fil rouge de sa carrière, et Boris Diaw en parle toujours avec ferveur. Dans un entretien au magazine L'Equipe, le néo-retraité explique :  «Jamais je n'ai imaginé ne pas jouer en équipe de France. Quand on dit que ''le club donne le droit ou pas d'aller en équipe de France'', bah, oui et non ! O.K., les clubs peuvent te mettre la pression pour ne pas que tu y ailles, mais c'est ton choix de céder à la pression ou pas. Des pressions plus ou moins grandes, plus ou moins financières. À mon avis, c'est souvent du vent.»

Boris Diaw dans le magazine L'Equipe : «J'ai envie de liberté, de voyager, de découvrir»

Champion d'Europe 2013 avec les Bleus, l'ancien capitaine ajoute : «Que les clubs te disent : ''On ne va pas te signer de nouveau parce que tu joues en équipe de France'', non ! Tu es bon, ils te signent, que tu joues l'été ou pas. Moi, j'ai toujours été clair, dès mon premier club NBA : j'ai deux saisons. L'année, la NBA, et l'été, l'équipe de France. Il n'y a pas de ''l'un ou l'autre'' ni d'''une année sur deux''. C'est aussi pour ça que j'ai besoin de cette liberté aujourd'hui. Parce que jouer onze mois par an, je n'en pouvais plus.»

Retour à l'accueil